* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter


LES DANGERS POUR LES ANIMAUX
 
 
   Nord - Cysoing - 59
Dans la Pévèle, des chiens sont victimes
d’un pesticide interdit


La semaine dernière, le chiens qui est mort après avoir ingéré du Temik s’était promené près de ce chemin.
La semaine dernière, le chiens qui est mort après avoir ingéré du Temik s’était promené près de ce chemin. Illustration source : lavoixdunord.fr
 

L’alerte a été lancée par la clinique vétérinaire Saint-Roch. Des chiens sont intoxiqués et certains mourraient après avoir ingéré, dans les champs de la Pévèle, un produit normalement interdit en France : le Temik.
 
Emmanuelle Cottin
veut alerter la population et surtout les propriétaires de chiens qui se promènent dans les chemins vicinaux de la Pévèle. Cette vétérinaire de Cysoing a constaté que, depuis plusieurs années, de plus en plus de chiens lui arrivent avec les mêmes symptômes  : vomissements, diarrhées et tremblements si intenses que l’animal ne tient plus sur ses pattes. Elle en sauve beaucoup mais, dernièrement, l’un d’entre eux est mort suite à l’intoxication.
«  J’ai fait une autopsie et j’ai trouvé dans son contenu digestif un produit qui ressemble à de gros grains de semoule noirs. Les maîtres m’ont dit qu’ils s’étaient promenés sur le chemin des Caches-Vaches à Cysoing il y a deux heures. Le chien est allé fouiller dans une carcasse d’animal. Dix minutes plus tard, il a commencé à vomir et avait du mal à tenir sur ses pattes. Ces symptômes et ces grains noirs, c’est du Temik !  »

 
  • « Le chien [...] a commencé à vomir et avait du mal à tenir sur ses pattes. Ces symptômes et ces grains noirs, c’est du Temik ! »
La vétérinaire a réussi à sauver un chien quasiment la même semaine, parce que les propriétaires ont très vite réagi. Mais, selon elle, ce produit est un poison foudroyant. Elle constate le même phénomène d’empoisonnement plusieurs fois par an, et par série. Et toujours sur des chiens qui se sont promenés avec leurs maîtres dans les champs autour de Cysoing, mais également à Cappelle-en-Pévèle, Bachy et Templeuve-en-Pévèle.

«  Chaque année, je soigne entre 10 et 15 intoxications au Temik. C’est valable pour ma clinique de Cysoing. Mais il y a aussi des cas à Baisieux, Genech et Templeuve. Maintenant, on en sauve plus qu’on en perd. » À la clinique de Pont-à-Marcq, des intoxications de chiens ont bien été traitées, mais il s’agissait d’ingestions de raticide.

La vétérinaire conseille aux habitants de la Pévèle d’éviter de promener leur animal dans ces zones. Elle explique que les chats sont moins touchés par le phénomène parce que plus méfiants vis-à-vis de la nourriture. Mais elle se demande ce qu’il en est des animaux sauvages. Et, surtout, qui peut bien déposer ce poison foudroyant dans les champs ?

«Se débarrasser du Temik comme ça, c’est pire que de vendre de la drogue!»
Carlos Descamps est agriculteur sur Vendeville. En tant que membre de la Coordination rurale, syndicat qui défend une autre vision de l’agriculture, plus paysanne, il n’en revient pas. «  Légalement, le Temik n’est plus en circulation ! Plus un seul agriculteur n’utilise ça dans les champs. C’est quelqu’un de malveillant. Qui n’a rien à voir avec la pratique agricole. »

Selon Carlos Descamps, on ne peut plus se procurer le Temik en France et en Europe. «  Il était encore utilisé dans les pays de l’est il y a cinq ou six ans. Mais aujourd’hui, c’est interdit. » L’agriculteur estime que la personne qui laisse le produit dans les champs de la Pévèle cherche à se débarrasser d’un ancien stock qui lui est resté après l’interdiction. «  Mais les agriculteurs payent une filière de retraitement des produits phytosanitaires obsolètes. Les négociants sont obligés de les reprendre. Se débarrasser du Temik comme ça, c’est pire que de vendre de la drogue. Il faut le signaler à la gendarmerie !  »

À la chambre d’agriculture des Hauts de France, c’est également la stupeur. Un responsable nous a indiqués que le Temik est «  un produit extrêmement dangereux  » qui a longtemps été utilisé pour tuer les pucerons dans les semis de betterave. «  Mais le produit est interdit en France depuis 2007. On ne le trouve plus nulle part. Avec une cuillère à café, vous pouvez tuer dix chiens !  »

«Vous croyez qu’on mettrait en danger nos chiens de chasse?»
S’il ne s’agit pas d’agriculteurs, se peut-il que des chasseurs se servent du Temik pour tuer des prédateurs de gibier ? Nous avons posé la question à Jean-Pierre Pasternak, directeur de la fédération des chasseurs du Nord. «  La réglementation interdit l’utilisation de la drogue ou des apparts pour droguer ou tuer un gibier ou prédateurs, indique-t-il. Si les agriculteurs ont pu utiliser le Temik jusqu’en 2007, cela a toujours été interdit pour les chasseurs. Il y a très longtemps, on utilisait des produits contre les prédateurs, mais il fallait avoir une autorisation.  »

Jean-Pierre Pasternak explique que les chasseurs font régulièrement des campagnes de collecte de cadavres d’animaux pour savoir de quoi ils sont morts et pour savoir s’ils ont été victimes de maladies. Et il avance un argument qui met hors d’accusation les chasseurs : les chasseurs organisent des opérations avec leurs chiens pour piéger les renards ou les blaireaux : «  Nos chiens de chasse entrent dans les terriers. Vous croyez qu’on les mettrait en danger, qu’on prendrait le risque de les tuer ? »

Cédric Gout
Publié par : lavoixdunord.fr

 
https://chenilles-processionnaires.fr/ressources/Images/FRC/defoliation_processionnaire_pin.jpg
 

Chenilles processionnaires un danger pour les animaux

 

https://chenilles-processionnaires.fr/ressources/Images/FRC/nid2.jpghttps://www.fidanimo.com/assets/actualities/000/081/large/chenilles-processionnaires-danger-animaux.jpg



Attention, en ce moment, les chenilles processionnaires prolifèrent sur la côte d’Azur : ces chenilles sont très dangereuses pour les animaux.

Pourquoi ces chenilles sont-elles un danger pour les animaux ?

Avant de devenir un papillon de nuit inoffensif, la chenille processionnaire est un insecte auquel il vaut mieux ne pas se frotter…

En effet, les chenilles processionnaires sont recouvertes de poils urticants pouvant être à l’origine d’atteintes sur la santé des personnes et animaux exposés. Ces poils se détachent très facilement et sont très fragiles. Un simple contact avec ces poils (sans nécessairement toucher la chenille) entraine une irritation et des démangeaisons très vives.

Ces chenilles sont présentes en France depuis quelques années, il est donc important de connaître leur existence et les risques :
  •     La chenille processionnaire du pin est urticante de novembre à mars;
  •     La chenille processionnaire du chêne est urticante de mai à juillet.

Les chenilles dont il faut actuellement se méfier sont les chenilles processionnaires du pin. Elles vivent en colonie de plusieurs centaines de chenilles dans des nids accrochés aux pins et se déplacent en procession. Elles prolifèrent actuellement en région PACA mais elles sont présentes sur 3/4 du territoire français.

Un animal peut facilement entrer en contact avec les poils urticants en léchant ou mordant des chenilles, ou en manipulant une branche porteuse de nid. Elles présentent un réel danger pour les animaux. Il est donc important de connaître les risques et les bons réflexes à adopter pour protéger nos compagnons.

Quels sont les risques ?

Chez l’homme, l’exposition aux poils peut provoquer des effets au niveau :
  •     de la peau : vives démangeaisons et rougeurs,
  •     des yeux : conjonctivite,
  •     des voies respiratoires : éternuements, maux de gorge, gêne voire asthme dans les cas les plus graves.

Chez l’animal, l’inflammation est vive et entraîne brûlure, rougeur et oedème au contact avec la peau ou les muqueuses. Pour atténuer la douleur, l’animal se lèche et répand les poils sur sa langue. Les effets de la toxine peuvent alors être très graves :
  •     Choc allergique entrainant une gène respiratoire,
  •     La nécrose de la langue entraînant la perte de la langue.

Ces deux symptômes peuvent entraîner la mort de l’animal. Ils doivent donc être pris très au sérieux. Afin d’éviter ces situations, il faut adopter certains réflexes simples. Ils peuvent sauver la vie de votre chien ou votre chat.
Quels réflexes adopter ?

Afin de limiter les risques, voici quelques mesures de précaution à adopter :

L’ARS Paca recommande au public :
  1.     D’éviter la fréquentation des zones à proximité des pins infestés, de porter des vêtements couvrants si l’on se rend malgré tout dans ces zones.
  2.     De ne pas manipuler les chenilles et les nids.
  3.     De ne jamais balayer une procession de chenilles afin d’éviter de créer un nuage de poils urticants qui pourrait provoquer une atteinte cutanée, oculaire et respiratoire.
  4.     D’éviter de se frotter les yeux en cas d’exposition.
  5.     De ne pas faire sécher le linge à l’extérieur près des pins par grand vent.
  6.     De prendre toutes les mesures de précaution pour éviter le contact avec les poils urticants déposés en particulier sur les pelouses, d’éviter de tondre les pelouses sous les arbres infestés.

En cas de contact, les poils urticants se fixant sur les cheveux et les vêtements, il est recommandé de :
  1.     Prendre une douche tiède avec lavage soigneux des cheveux au shampoing,
  2.     Changer de vêtements et laver les vêtements contaminés au dessus de 60°C.

Pour tout autre symptôme et en cas de problème, il est recommandé de consulter son médecin traitant.

Précaution importante chez les enfants en bas âge : Dans le cas où un enfant en bas âge aurait porté une chenille à la bouche, il est important de consulter immédiatement le service des urgences.

Pour protéger vos animaux, le Conseil régional de l’ordre des vétérinaires Paca-Corse recommande :
  •     D’éviter de frotter mais laver à grande eau.
  •     Si la contamination s’est produite, de faire appel sans délai à son vétérinaire pour qu’il effectue un traitement d’urgence.
  •     Dans tous les cas, d’éviter de se contaminer soi-même en manipulant l’animal sans précautions (zone abritée du vent, masque, lunettes, gants, etc.).

Sources :
Communiqué de presse de L’Agence Régionale de Santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) et l’Ordre régional des vétérinaires de la région Paca-Corse sur la Prolifération des chenilles processionnaires en région Provence-Alpes-Côtes d’Azur.

Site Internet France Chenilles : chenilles-processionnaires.fr

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com