* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

LE GOUVERNEMENT
& LES CHASSEURS

Mardi 31 Juillet 2018
 
Hulot va-t-il inaugurer le plan biodiversité
en autorisant la chasse de 550.000 alouettes ?
 
https://media.nouvelobs.com/referentiel/633x306/16589240.jpg
Nicolas Hulot ne souhaite pas abaisser le quota annuel de piégeages d'alouettes. (Bertrand GUAY / AFP / Wikimedia Commons / Zeynel Cebeci / Montage Obs) - Illustration source : nouvelobs.com

Le ministère de la Transition écologique se refuse à abaisser les quotas de piégeage. La LPO dénonce des techniques "cruelles", ciblant une population menacée.
"30% d'oiseaux en moins en quelques années. [...] Très sincèrement, tout le monde s'en fiche, à part quelques-uns !" Le coup de gueule de Nicolas Hulot du 21 mars dernier sur le rythme effrayant de la disparition de la vie sauvage, "tragédie invisible et silencieuse", résonne encore dans les travées de l'Assemblée nationale. Depuis, le ministre de la Transition écologique a présenté, le 4 juillet, un grand plan de défense de la biodiversité à 600 millions d'euros sur quatre ans.
Mais trois semaines plus tard, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) alerte sur son compte Facebook : un projet d'arrêté ministériel sur le piégeage des alouettes a reçu le feu vert, le 24 juillet, du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, écrit l'association. Objectif : maintenir pour la saison prochaine le quota annuel autorisé de piégeages d'alouettes à 370.000 dans le sud-ouest du pays, en plus des 180.000 tuées au fusil chaque année (chiffres ONCFS).
En tout, résume la LPO, l'arrêté prévoit d'autoriser le piégeage de 210.000 alouettes dans le seul département des Landes (120.000 en Gironde, 25.000 dans les Pyrénées-Atlantiques et 15.000 dans le Lot-et-Garonne).

Deux fois moins d'alouettes nicheuses en 30 ans
Une décision d'autant plus incompréhensible, note l'association, que ce chiffre va bien au-delà du nombre d'alouettes déclarées piégées l'an dernier (106.285) et que l'alouette des champs est régulièrement citée par les chercheurs (CNRS, MNHN) parmi les espèces en péril. Selon le Pan-European Common Bird Monitoring Scheme (EBCC), la population nicheuse d'alouettes des champs aurait chuté de moitié en Europe (-55%) sur la période 1980-2014. Au vu de cette situation démographique calamiteuse, argue la LPO, les quotas de chasse auraient dû depuis longtemps être drastiquement revus à la baisse.
"Certes l’agriculture intensive reste l’une des premières causes du déclin des alouettes des champs", concède l'association. Mais la LPO, qui a mis en ligne une pétition, souligne aussi l'aspect "cruel" et non sélectif des techniques de piégeage, qu'elles utilisent des pantes (double filet horizontal disposé au sol) ou des matoles (petite cage tombante disposée au sol).
"Lorsque la police de la nature arrive sur place, si jamais elle arrive, il est souvent trop tard. Et quand bien même, lorsqu’un pinson ou un chardonneret est pris et que le garde arrive, le piégeur a beau jeu de dire qu’il allait le relâcher", écrit la LPO, qui dénonce aussi plusieurs techniques utilisées pour d'autres espèces telles que la chasse à la glu ou la tenderie.
  • "Au stress s’ajoutent les heurts physiques du grillage, la souffrance des oiseaux collés par les pattes, par les plumes des ailes, par la queue ou par le corps, et lorsqu’ils sont décollés, aux stress des manipulations, à la violence des collets..."
Illustration source : nouvelobs.com

"Double langage"
Le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui qualifie ces techniques de "chasses traditionnelles", se fonde sur une directive européenne de 2009, à 1% de la mortalité naturelle estimée, qui ne prend pas en compte la rapide diminution de la population de l'espèce. Le texte interdit par ailleurs "le recours à tous moyens, installations ou méthodes de capture ou de mise à mort massive ou non sélective ou pouvant entraîner localement la disparition d’une espèce".
"On souhaite mettre en place une 'gestion adaptative des espèces'", assure-t-on à "Libération" du côté du ministère.
  • "Les travaux de scientifiques seront regardés dans le détail dans les mois qui viennent et, en fonction des constats, ces questions de quotas pourraient être réadaptées et rationalisées."
"Il y a vraiment un double langage", dénonce le président de la LPO Allain Bougrain-Dubourg auprès de France-Inter. "D'un côté on nous invite à préserver la biodiversité et puis de l'autre on assiste un véritable massacre de l'une des espèces les plus affectées actuellement. En France, on tue 66 espèces différentes d'oiseaux, contre une moyenne en Europe de 14 espèces."
Outre sa pétition, la LPO appelle également à répondre négativement à la consultation publique sur les arrêtés, ouverte jusqu'au 14 août.
T. V.
Publié par : nouvelobs.com

Vendredi 1er Juin 2018
 
Nicolas Hulot se sent seul, les chasseurs sont à sa disposition !

https://www.chassons.com/wp-content/uploads/2018/05/maxresdefault-1-1074x483.jpg
Illustration source : chassons.com
 
Trente pourcent d’oiseaux en moins en quelques années, 80 pourcent d’insectes en moins à l’échelle européenne, disparition du dernier grand mâle rhinocéros blanc il y a quelques semaines, voici les premiers mots de notre ministre à l’assemblée nationale  à propos de la dégradation permanente de la biodiversité en France, en Europe et dans le monde.
 
 
Le constat est réel et à prendre très au sérieux. Nicolas Hulot souhaite un élan national pour tenter de susciter une réaction de la part de nos élus. Voici  la conclusion récente de son élocution à propos de la biodiversité : « tout seul je n’y arriverai pas ».

Pour autant, nous pouvons nous poser la question pour savoir si cet appel ne serait pas un aveu de faiblesse de l’Agence Française pour la biodiversité, organisme dont il  a la charge depuis son arrivée au gouvernement. L’AFB  regroupe l’Office National de l’eau et des milieux aquatiques, l’établissement public des parcs nationaux, l’agence des aires marines protégées et le groupement d’intérêt public des espaces naturels.

Nous pouvons néanmoins nous poser une question : l’objectif de la biodiversité n’est-il pas de protéger la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes dans l’espace et dans le temps ?
Avec plus d’un million et demi de pêcheurs, un million de chasseurs et neuf cent mille agriculteurs en France, n’avons-nous pas oublié des acteurs potentiels de préservation de la biodiversité qui pour beaucoup d’entre eux sont déjà de fervents acteurs de cette biodiversité ?
Récemment, le propriétaire chasseur d’un marais expliquait qu’en l’espace de quinze ans, à force de travaux de fauchage, de curage et d’entretiens réguliers, son marais était devenu un exemple de retour à la biodiversité. Du gibier, bien sûr mais aussi de butors étoilés, de colonie de barges à queue noire, de nombreux batraciens et de libellules.
Cessons de ne voir la chasse que dans sa symbolique du coup de fusil.
Qui mieux que les chasseurs, les pêcheurs ou les agriculteurs connaissent l’état de santé des populations d’animaux (sauvages ou non) qu’ils côtoient chaque jour, chaque semaine ou chaque week-end pendant toute l’année ? Les chasseurs ne sont-ils pas les premiers à alerter les autorités en cas de découverte sanitaire malheureuse (grippe aviaire, tuberculose, peste porcine…).
Nicolas Hulot se sent seul mais ne s’est-il pas isolé dès 2017 en oubliant de convier les chasseurs à sa table ? Les derniers échanges entre le Président Macron et le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs Willy Schraen auraient pu être le moment opportun pour initier un début de réflexion…
Par quel moyen l’image des chasseurs  ou des pêcheurs doit-elle encore évoluer pour être acceptée dans le consortium de réflexion du ministère de la transition écologique et solidaire ?
Dans un certain nombre de nos territoires Outre-Mer, les autorités en place travaillent avec les chasseurs (ceux-ci  obtiennent même des subventions) pour réguler les espèces invasives résultantes de la disparition d’espèce endémiques (en Nouvelle Calédonie, Polynésie, Réunion…).
Pensez-vous que les études réalisées par des organismes tels que l’ONCFS, l’Isnea ou la Fondation François Sommer ne présentent aucun intérêt concret sur des réflexions à opérer sur le terrain en termes de valorisation de la biodiversité ?
Comment expliquer enfin que dans certains départements des actions puissent aboutir entre les chasseurs, la LPO, WWF ou le Fond International Pour La Protection Des Animaux et qu’à contrario les chasseurs ne puissent s’exprimer auprès du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Yannick Jadot, lui avait accepté de recevoir les chasseurs et avait initié un début de dialogue. Nous approchons d’une sixième extinction massive d’espèce, peut-être nous faudrait-il mettre toutes les chances de notre côté pour faire bouger les choses.
Tout seul, vous n’y arriverez pas si compte tenu de la gravité de la situation écologique mondiale, vous ne montrez pas l’exemple. Dans un contexte aussi important, peut-être serait-il bon de mettre de côté les aprioris, les clivages et les couleurs politiques pour initier un début de dialogue.
Les chasseurs sont à votre disposition
@bon entendeur !

Par Baudouin de Saint Leger
Publié par : chassons.com

Jeudi 31 Mai 2018

Vers une réforme de la chasse et une baisse du prix du permis

Vers une réforme de la chasse et une baisse du prix du permis
Sébastien Lecornu a annoncé une baisse du prix du permis annuel de chasse.
@ Loic Venance / AFP / Illustration source :
europe1.fr

Le gouvernement entend mieux définir les rapports entre chasseurs, agriculteurs et écologistes. Un projet de réforme doit être présenté d'ici la fin du mois de juin.
Le gouvernement prépare une réforme de la chasse qui inclura une baisse du prix du permis, a indiqué mercredi le secrétaire d'Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu, s'attaquant à un sujet sensible pour les écologistes. "Pour améliorer l'accessibilité à la pratique de la chasse et permettre une meilleure répartition des rôles entre chaque acteur, nous proposerons avec Nicolas Hulot, deux ou trois scénarios de réforme au président de la République et au Premier ministre", a-t-il déclaré dans Le Figaro, décrivant un "système très complexe, qui est parfois source d'incompréhensions entre chasseurs, agriculteurs et écologistes".
Une réforme présentée en juin.
"Ces scénarios simplifieront le système et baisseront le prix du permis annuel", aujourd'hui de 400 euros, a-t-il ajouté, sans donner de précision sur l'ampleur de la baisse. Ces scénarios seront présentés au courant du mois de juin, après une concertation qui a déjà commencé avec divers acteurs du monde de la chasse et de la protection de l'environnement, a précisé le ministère. Les pistes de réformes se pencheront également sur la sécurité et la "durabilité des pratiques vis-à-vis de la biodiversité", a indiqué le secrétaire d'Etat.
Conserver les espèces.
Il évoque également une "gestion adaptative des espèces", qui passerait par une évaluation régulière "de l'état de conservation des espèces chassables et les quantités de prélèvements possibles ou non". Enfin, le gouvernement réfléchit à une "consolidation" de la police de l'environnement dans les zones rurales, pour "s'assurer de rendre exécutoires toutes les décisions sur les prélèvements de la chasse, mais aussi contrôler l'artificialisation des terres, les dépôts d'ordures ou la qualité de l'eau", a ajouté Sébastien Lecornu.
Chasses présidentielles.
Plus d'un million de personnes disposent en France d'un permis de chasse, national ou départemental. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'était dit favorable à la réouverture des chasses présidentielles, remplacées en 2010 par des "battues de régulation" et en décembre dernier, il était allé saluer des chasseurs, lors d'un week-end près du château de Chambord.
Publié par : europe1.fr

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com