* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 

BRIQUET DE PROVENCE-LEVESQUE-PORCELAINE

 




LES CHIENS COURANTS


 
http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2010/03/12/201003120817.jpg
Source : ladepeche.fr
 


Le Briquet de Provence

 

S'appuyant sur des racines profondes, cette race Méridionale ne devra pas tarder à fleurir de sa robe " Rouge" les terains de chasse de notre pays.



Taille au garrot : mâle de 50 à 55 cm, femelle de 44 à 50 cm Poids : 18 à 25

 

L' histoire de ce courant est un conte provencal. Au point que comme l'Arlésienne d'Alphonse Daudet, il faisait parler de lui sans jamais apparaître sur la scène cynophile.

Présent de longue date auprès des chasseurs de lièvre et de sanglier de la région dont il porte le nom, le briquet de Provence fit l'objet d'une première description en 1934 dans l'ouvrage du vétérinaire Heuillet, Tous les chiens.

Quelques années plus tard, R. de Kermadec, juge et chroniqueur réputé, rapportait avoir examiné à Marseille « un trio de ses représentants, alors que la race était en stage de reconnaissance par la SCC ». Malheureusement, on ne sait trop pour quelle raison (la Seconde Guerre mondiale sans doute) la démarche n'aboutit pas. Pour autant, ce courant singulier fut de nouveau évoqué par Burnand dans "La Chasse" en 1967. Puis en 1998, j'affirmais que le briquet de Provence était éteint.

Le sang de Jacques Bolla ne fit qu'un tour. Mieux, en cynophile averti, il ouvrit sans le savoir une nouvelle page du grand livre de la cynologie.

De recensement en partie de chasse, la « machine » prit de l'élan. Les plus grands spécialistes au sein de la SCC furent approchés pour traiter le dossier.
Un club fut crée dès 2003. Et au terme de dix années d'efforts, « le jour de gloire est arrivé » .

Le 8 octobre 2008 : Le standard de la race fut enfin porté sur les fonts baptismaux de la cynophilie par le conseil d'administration de la SCC.
En conséquence, « la race briquet de Provence, groupe 6, section 1,2 chiens courants de taille moyenne - avec épreuve de travail » est à présent admise à concourir dans les expositions nationales et les épreuves de travail où s'attribue le brevet de chasse.

Progressivement, tous les chiots auront un pedigree. Dans le sillage du grand bleu de Gascogne, les courants dit « du Midi » jouissent d'une belle réputation.
Le briquet de Provence apporte une touche supplémentaire à cette palette de virtuoses.


Aptitudes et Comportement :

C'est un courant courageux, efficace, résistant, équilibré. Est-il utile d'ajouter qu'il est fin de nez ? Puisque cela va de soi pour un chien originaire d'une province où la terre et, souvent, l'air ne sont pas favorables à la qualité de la voie. Prudent dans son travail, il est un bon lanceur de lièvre et se créance naturellement sur le sanglier.

Sa gorge généralement grave, courte et régulière de cogneur, s'avère plus aiguë chez quelques sujets hurleurs.

Vif et rapide, doué d'un excellent esprit d'initiative, il est capable de se débrouiller seul ou en petit nombre, sur les terrains les plus difficiles, où le secours et l'appui d'un piqueur sont illusoires.

D'un naturel doux, il est obéissant, très attaché à son maître et sociable avec ses congénères.

 

Utilisation : Lièvre, renard, grand gibier : seul, en couple ou en meute.


Le chasseur Français / Sept. 2009

 

 




Le Levesque
(Nationalité  Française)


 

- Personnalité : Exubérant, affectueux, passionné de la chasse.

- Aptitudes : Créé à l'origine pour chasser en meute, le Levesque a un odorat très sensible et est aussi rapide que résistant. Les rares survivants de cette race chassent le sanglier, le chevreuil, le lièvre et le renard.

- Origines : Cette race fut créée en 1873 par un éleveur français, Rogatien Levesque, à partir du Bleu de Gascogne, du Virelade, du Saintongeais, du Vendéen et du Fox-Hound. Elle a aujourd'hui pratiquement disparue.

- Standard : c'est un chien de grande taille, mince, vif, au squelette accusé. Il mesure entre 65 et 72 cm pour un poids allant de 25 à 30 kg. La tête est forte et allongée, avec un front large, un crâne arrondi, un nez bien développé, des babines épaisses et pendantes. Yeux : marron clair, assez grands mais enfoncés, doux et intelligents. Orerilles : légèrement papillotées. Cou : court et fort, avec traces de fanon. Queue : longue, attachée haut et relevée. Epaule et cuisses : musclées. Poil : ras, fort et serré. Robe : invariablement blanche et noire, le noir ayant souvent des reflets violacés.


 



 
 Le Porcelaine

(Nationalité Française)


La bête noire représente aujourd'hui la seconde vocation du porcelaine,
après le lièvre.

,
 
 
La race est apparue pour la première fois dans les textes, à défaut d'un historique précis, sous la brillante plume du marquis de Foudras, dans un ouvrage dédié à ses propres souvenirs et ceux de son père. Il y rapporte qu'en 1779, des veneurs réunis au sein d'une garnison d'élite à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) créèrent des équipages destinés à courir différents gibiers. Pour le lièvre, le comte de Choiseul « avait fait venir de Suisse soixante chiens d'une espèce nouvellement connue, et déjà renommée pour chasser le lièvre», explique Foudras, qui précise que " jamais on n'avait rien vu d'aussi vif, d'aussi élégant, d'aussi propre que ces soixante chiens : on eût vraiment cru que chacun d'eux avait été élevé sur les genoux d'une duchesse et nourri avec de la mouée de biscuits de Reims". 

D'où, peut-être, ce nom de « chien de porcelaine» qui demeure une immuable énigme. Le succès de cette race arrivée comme par enchantement chez les veneurs du XIIIe siècle fut aussitôt scellé ! Au point que Louis XVI s'y intéressa. Ensuite, cet élégant courant fut élevé dans l'est de notre pays, notamment dans les abbayes de Cluny et de Luxeuil, en pays de Vaud et en Savoie. Vers 1850, l'équipage de M. Marey-Gassendi fut également renommé et le cercle des amateurs du  porcelaine s'élargit. La race subit dès lors une infusion de sang anglais, comme la  plupart des chiens de chasse de cette époque. La meute exposée à Paris en 1884 en manifestait déjà les effets bénéfiques.

D'autres alliances, avec du chien de Billy, augmentèrent sa taille et modifièrent son caractère. Ce fut du reste le plus gros problème que rencontrèrent les éleveurs de porcelaines. Mais reconnaissons que si ces retrempes lui ont ôté un peu de son chic, la race y a gagné en santé, en force et en vigueur.

Le club du porcelaine fut créé en 1971. À cette époque, les amateurs de la race se trouvaient dans le sud-ouest de la France, bastion de la chasse du lièvre aux chiens courants, et c'est là que le porcelaine prit un nouvel élan. À présent, c'est dans le quart sud-est du pays que se trouve le plus gros de l'effectif de la race, dont 80 % sont découplés sur sanglier.

Aptitudes et comportement :
 
- Le porcelaine a été créé pour la chasse du lièvre où il excelle grâce à son nez, sa vivacité et sa vitesse. En outre, sa docilité et son intelligence permettent de le créancer facilement. Les chasseurs apprécient sa gorge de hurleur, dotée d'une série de gammes dans le médium. Cette variété de sons se révèle un précieux outil pour distinguer chacun des chiens de la meute.

- Spécialiste du chevreuil, il a acquis une réputation pour le sanglier grâce à son nez très fin qui lui permet de se rabattre sur les voies de la nuit. Sa gorge sonore et sa tenue au ferme donnent les indications précieuses à cette chasse. Sa capacité et son enthousiasme à bien s'ameuter ainsi que sa robe blanche, qui aide à le repérer de loin, en font un précieux auxiliaire des chasseurs de sangliers.

 - Il n'a cessé de progresser sans succomber aux phénomènes de modes. Beau, rustique, ce courant fin de nez et bien gorgé, est de plus en plus employé pour le grand gibier. il en a perdu sa spécificité de chien de lièvre.

Il existe des épreuves de travail où est délivré un certificat de chien rapprocheur (CCR) porté sur le pedigree, un repère pour établir un bon, choix.
 
Guide du cynophile :
Références officielles :
Classification SCC-FCl : Groupe 6. Chiens courants, chiens
de recherche au sang et races apparentées.
Section 1.2 Chiens courants de taille moyenne.
Avec épreuve de travail.
Contact :
Club du porcelaine: Jean-Pierre Michel,
25, route d'Orange,
Les Croisières, 84150 Violès.
Té1./fax : 04. 90. 7O. 93. 14,
portable : 06. 18. 78. 44. 26,
mé1. : club.du.porcelaine@free.fr,
site : clubduporcelaine.fr

Par Claude Rossignol,
Publié par Le chasseur français - Juillet 2013 - P. 46/47

 
 
EN SAVOIR PLUS
 


 

- Personnalité : Energique, impétueux et féroce à la chasse, doux et paisible au chenil.

 - Aptitudes : Vigoureux, infatigable, doté d'un odorat subtil et d'une voix bien modulée. C'est un excellent chasseur de lièvres et de gros gibiers. Il compte parmi les rares chiens de chasse français dont la renommée se soit étendue à l'étranger.

 - Origines : C'est le plus ancien des chiens courants français. La race vit ses effectifs diminuer dangereusement pendant la Révolution française mais devint à nouveau populaire vers 1845, grâce à l'obstination de quelques éleveurs français et suisses.

 - Standard : Distingué de forme et d'allure, le Porcelaine mesure entre 53 et 56 cm pour un poids allant de 25 à 28 kg. Il a une tête finement sculptée, un nez noir aux narines bien ouvertes, un front plat et un museau de bonne longueur. Yeux : sombres, doux et intelligents. Oreilles : fines, coniques, terminées en pointe. Cou : long et mince. Queue : forte à la naissance, s'amaincissant graduellement vers l'extrémité. Comme son nom l'indique, son poil est ras, fin, brillant, et très blanc. Sa robe est marquée de taches orange, de forme arrondie.

 

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com