* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 
LES ACCIDENTS ET INCIDENTS
SAISON CHASSE 2018-2019
 
Mardi 6 Novembre 2018

   Bas-Rhin - Bourgheim - 67
 Chasse : un joggeur touché par des projectiles de plomb à Barr
 
https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/11/fa89cdd9-8dd0-480a-b042-45be2a61e7c6/870x489_maxnewsfrthree848085.jpg
Joggeur en forêt (illustration). © Maxppp - Vincent Isore
Illustration source :
francebleu.fr
 
Un habitant de Bourgheim (Bas-Rhin) a reçu des projectiles de plombs dimanche matin alors qu'il courait non loin d'une zone de chasse. Le joggeur n'a pas été blessé.
Belle frayeur pour un joggeur bas-rhinois dimanche. Hubert Burckbuchler, habitant de Bourgheim (Bas-Rhin) a reçu des projectiles plombs, alors qu'il courait du côté de Barr. Ce sont des chasseurs qui en sont à l'origine d'après lui. Il n'a pas été blessé, ne déposera pas plainte, mais il tient à témoigner pour éviter que des accidents ne se produisent.
  •     "J'ai reçu comme des petites billes sur le côté droit de l'abdomen et dans la tempe"
"J'ai vu deux chasseurs de l'autre côté de l'autoroute, j'ai entendu des coups de feu claquer, mais c'est tout", raconte Hubert Burckbuchler, qui court tous les dimanches au même endroit, sur ce chemin qui longe l'A35, vers Barr. "D'un coup j'ai senti une drôle de sensation, j'ai reçu comme des petites billes sur le côté droit de l'abdomen et dans la tempe, c'est comme si on recevait des petits cailloux sur la joue".
"J'ai tout de suite fait le rapprochement avec le groupe de chasseurs". Le responsable local de la chasse l'a appelé depuis cet incident et lui a dit de ne pas s'inquiéter. "Il m'a dit : ils tirent en l'air apparemment et ce sont des retombées de plomb". Rien de grave ajoute Hubert Burckbuchler. Il avait envisagé dans un premier temps de déposer une main courante à la gendarmerie de Barr, mais le joggeur a décidé finalement d'en rester là. L'incident est clos.
 

Par Céline Rousseau
Publié par :
francebleu.fr
==============
   Calvados - 14
Près de Caen, des chasseurs tirent au passage
d’une jeune femme à cheval, elle va porter plainte


Dimanche 3 novembre 2018, à Ranville (Calvados), des chasseurs ont tiré au passage d'une jeune cavalière.
Dimanche 3 novembre 2018, à Ranville (Calvados), des chasseurs ont tiré au passage d’une jeune cavalière. (©Archives La Chronique Républicaine)- Illustration source : actu.fr
Au lieudit le Panorama à Ranville près de Caen des tirs de chasseurs ont effrayé une jument qui a éjecté sa cavalière. L'accident aurait pu être très grave. Elle va porter plainte
"En plein débat sur la chasse le dimanche", un incident s’est produit à 11h45 dimanche 4 novembre 2018 aux alentours de Ranville (Calvados), à une quinzaine de kilomètres de Caen.
Au lieudit Le Panorama, à l’endroit même où se sont illustrés les parachutistes de la 6e Airborne anglaise le 6 juin 1944, Anne 23 ans, faisait une balade à cheval comme elle en a l’habitude. Sa monture lui avait été prêtée non loin de là par un propriétaire qu’elle connaît bien.
Cinq coups de feu
Devant elle, un groupe de trois chasseurs portant le gilet orange règlementaire. Deux sont côte à côte, le 3e un peu plus avancé. Arrivée à la hauteur des deux premiers, la cavalière a subitement entendu cinq détonations… Cinq coups de feu tirées par les chasseurs, affirme-t-elle.
Evidemment, la jument pur-sang a pris peur et s’est élancée au triple galop avant de se cabrer dans un herbage et d’éjecter la jeune femme. Par chance, la cavalière est parfaitement équipée d’un protège dos et d’un casque. Elle s’en sort avec une bosse et quelques contusions et une sacrée frayeur. Une chance car elle aurait pu être bien plus sérieusement blessée.
La jument terrorisée s’est sauvée et a traversé une route
Complètement terrorisée, la jument a parcouru plus d’un kilomètres sur le chemin de randonnée et traversé une route pour rentrer à l’écurie. Et si l’animal avait heurté un cycliste, un joggeur et pour finir une voiture ?
On ignore pourquoi les chasseurs ont tiré lorsque la cavalière est passée près d’eux. C’est une enquête qui devra le déterminer car la jeune femme est bien décidée à porter plainte.
  •     "Je ne suis pas du tout anti-chasse, témoigne-t-elle, je suis simplement anti-cons et ceux-là doivent comprendre qu’ils ont failli occasionner un accident très grave".
Anne est d’autant plus remontée que les trois chasseurs n’ont même pas pris la peine d’aller voir comment elle allait après la chute.
Par : Philippe Rifflet
Publié par : actu.fr

Mardi 30 Octobre 2018
Deux chasseurs se tirent accidentellement
une balle dans le pied

 
Au moment des deux accidents, le fusil des chasseurs était chargé (illustration).
LP/Matthieu de Martignac - Source :
leparisien.fr

Les accidents se sont produits l’un dans les Ardennes, l’autre dans le Lot-et-Garonne. Les deux chasseurs ont été hospitalisés en urgence.
Deux hommes ont été sérieusement blessés dimanche lors de deux accidents de chasse survenus l’un à Monflanquin (Lot-et-Garonne) et l’autre à Mazerny (Ardennes).
--Le premier accident est survenu dimanche matin vers 9 heures aux abords du lieu-dit Beyssac, à Monflanquin, dans le nord du Lot-et-Garonne, rapporte La Dépêche.
Un homme âgé de 67 ans chassait seul avec son chien quand il a tenté de franchir un obstacle naturel à l’orée d’un bois. Son fusil était chargé et le coup est parti, le blessant grièvement au pied droit. La victime a pu être secourue rapidement et transportée aux urgences de Villeneuve-sur-Lot.
--Un autre accident assez similaire s’est produit dans l’après-midi, vers 16 heures, à Mazerny, dans le département des Ardennes, indique l’Ardennais.
Un chasseur âgé de 48 ans aurait glissé sur un terrain pentu quand il a accidentellement appuyé sur la gâchette de son fusil. La balle s’est logée dans son pied et il a été dirigé en urgence vers l’hôpital de Charleville-Mézières.
--Ces deux accidents interviennent alors que le ministre de la Transition écologique François de Rugy doit recevoir ce lundi des représentants des chasseurs pour leur demander des engagements en matière de sécurité, après la mort d’un vététiste, accidentellement touché par un tir lors d’une battue.
--Pour rappel, en mesure de sécurité, lorsque l’on manie un fusil il existe quelques règles primordiales. Ainsi, quand on se déplace, il faut toujours casser le fusil, voire le décharger. Ces mesures s’imposent d’autant plus lorsque le chasseur franchit un obstacle. Des précautions qui sont rappelées… lors de l’obtention du permis de chasse.
C’est dans ce contexte que le maire de Jarsy, une commune de Savoie, a pris selon France Bleu un arrêté imposant aux ramasseurs de champignons de porter un gilet fluorescent les quatre jours où la chasse est autorisée (mercredi, jeudi, samedi, dimanche).

V.F.
Publié par : leparisien.fr

Lundi 29 Octobre 2018
Un chasseur s’est gravement blessé pendant une partie de chasse
en voulant achever un sanglier à coups de crosse de fusil...
 


http://www.jeanmarcmorandini.com/sites/jeanmarcmorandini.com/files/styles/image_750_324/public/jt-we-l-examen-pour-le-permis-de-chasse-un-test-de-plus-en-plus-exigeant-20161023-1426-8dea39-01x_0.jpeg
Illustration source : jeanmarcmorandini.com
 
Un chasseur s’est gravement blessé pendant une partie de chasse.
Ce retraité de 65 ans venait de blesser l’animal en lui tirant dessus avec son fusil, relate Le Dauphiné Libéré, mais son arme s’est enraillée et il a voulu achever l’animal à coups de crosse de fusil. C’est à ce moment-là que le coup est parti et qu’il a été blessé à l’abdomen.

Il est grièvement blessé.
Depuis plusieurs semaines, des accidents de chasse en série émaillent l’actualité au point que le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a demandé aux représentants des chasseurs des « engagements pour renforcer la sécurité ».
Publié par :
jeanmarcmorandini.com
Lundi 29 Octobre 2018
   Lot-et-Garonne - Sainte-Maure-de-Peyriac -47

Landes de Gascogne : un blessé après des coups de feu
entre chasseurs et garde chasse

https://static.ladepeche.fr/content/media/image/large/2018/10/28/20181028113447432-0.jpg
 
Les landes de Gascogne théâtre d'une altercation entre chasseurs hier.
Photo DDM./archives. Publié par :
ladepeche.fr

 
Ce dimanche 28 octobre 2018, les gendarmes entament les auditions de l'ensemble des témoins de la scène, pour faire la lumière sur les responsabilités dans les violences commises ce samedi vers 16 heures à Sainte-Maure de Peyriac, dans les Landes de Gascogne.
Une battue déclarée, donc officielle, y était organisée. Un groupe de chasseurs locaux s'est introduit dans une propriété privée avec cette autorisation, selon des renseignements fournis dès hier soir.

Série de coups de feu
En face, un garde chasse ne l'a pas entendu de cette oreille et s'est opposé à leur passage.
Le ton est monté, il a tiré quelques coups de feu en l'air pour les convaincre de s'éloigner. Les chasseurs n'ont visiblement pas souhaité quitter les lieux, et le face-à-face s'est soldé par des coups portés par les uns sur l'autre.
Blessé à la tête, un retraité de 68 ans a été hospitalisé et doit être lui aussi entendu par les enquêteurs, qui cherchent à définir qui a fait quoi dans cet accident de chasse.
Par : Stéphane Bersauter
Publié par : ladepeche.fr

Samedi 27 Octobre 2018
   Doubs - Pirey - 25
Pris en chasse, un sanglier fracasse son pare-brise

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/337B92F9-0226-43BC-9576-FA0EACBC8D34/LER_v1_04/sternum-brise-vertebres-fracturees-nicole-souffre-aussi-psychologiquement-hantee-par-son-accident-photo-w-g-1540488387.jpg
Sternum brisé, vertèbres fracturées, Nicole souffre aussi psychologiquement, hantée par son accident.  Photo W.G./ Illustration source : estrepublicain.fr
 
Poursuivi par des chiens de chasse, un énorme sanglier a pulvérisé le pare-brise de sa Twingo, alors qu’elle circulait sur la D75 à Pirey. « Une vision d’horreur » décrit Nicole Guyot, 70 ans, trois semaines plus tard. Gravement blessée, elle entend porter plainte, mais souhaite surtout témoigner. « Pour que cela serve de leçon ».
Le haut du corps enserré dans une coque en plastique, encore traumatisée par son accident, Nicole Guyot raconte « avoir vu sa vie basculer en une seule seconde ». En une seule course folle.
15 h, jeudi 4 octobre. Depuis sa chambre du centre de rééducation des Tilleroyes, à Besançon, cette dynamique septuagénaire revit l’instant : « Je sortais de la piscine et roulais tranquillement entre Pirey et Franois, sur une ligne droite. Je me souviens avoir vu 67 km/h affiché sur le compteur. Et d’un seul coup, j’ai eu cette vision horrible, qui ne me quitte plus : une tête de sanglier écrasée, sa truffe éclatée et ensanglantée, ses yeux exorbités face aux miens. Lui qui voyait sa mort, et peut-être la mienne. Sa défense a brisé la vitre. J’ai hurlé, hurlé, hurlé… »
« Une panique totale »
Poursuivi par deux chiens de chasse, le massif animal venait de bondir d’un talus, situé en surplomb de la D75, pour directement atterrir sur la Twingo de Nicole. L’impact l’a propulsée sur la voie de gauche : « Un camion m’a évité de peu. J’ai vu le talus arriver, j’ai simplement serré le volant et je me suis calée au fond du siège. »
Tête en bas, coincée par sa ceinture de sécurité, choquée, Nicole entre alors dans une « panique totale », persuadée « que (sa) voiture allait prendre feu ». Il n’en fut rien. Des passants, dont le chauffeur du poids lourd, aux petits soins, ont fini par redresser le véhicule martyrisé, avant que pompiers et gendarmes prennent le relais. À quelques mètres, deux chiens reniflaient alors le cadavre du sanglier mort, avant de soudain filer dans les bois voisins où se tenait une partie de chasse, ainsi que le signalaient plusieurs panneaux installés en bordure de route.
Une plainte bientôt déposée
Trois semaines plus tard, Nicole reste hantée par « ce flash », ce qui plonge son mari Marcel dans une profonde inquiétude, doublée d’une colère noire à l’encontre des chasseurs. Son épouse a entamé un long travail avec une psychologue. « Pour effacer de ma tête le flash de cette bestiole écrasée », détaille-t-elle. Sternum brisé, vertèbres fracturées, hémorragie interne, multiples hématomes : l’accident a également laissé de lourdes séquelles sur son corps.
Le couple entend déposer plainte. « Comment peut-on acculer un gibier si près d’une route à forte circulation ? Après, forcément, ça passe ou ça casse », s’énerve Marcel. Nicole est plus mesurée : « Je voudrais que ça serve de leçon. Le problème de la chasse est une chose, mais ces temps-ci, il y a des animaux vraiment partout le long des routes. Il faut que les automobilistes soient vigilants. »
"On ne chasse pas n'importe où"
C’est l’Association communale de chasse agréée (ACCA) de Serre-les-Sapins qui, le 4 octobre dernier, était sur le terrain en bordure de la D75. Son président, Nicolas Moine, dit « regretter cet incident de chasse » et s’inquiéter « de l’état de la personne ».
Il assure « avoir fait le nécessaire au niveau des assurances », mais tient à défendre ses compagnons de battue : « On ne chasse pas n’importe quand, n’importe comment, n’importe où. Il y a toute une organisation pour qu’un sanglier ne vienne pas percuter les voitures, mais ça reste des animaux sauvages, au comportement justement sauvage ». Pour le reste, il rappelle « qu’une enquête est en cours » et se refuse à donner davantage de détails.
Willy Graff
Publié par : estrepublicain.fr

Vendredi 26 Octobre 2018

   Loire-Atlantique - 44
Un sanglier blesse deux chasseurs
dont un grièvement en Loire-Atlantique
 
Un sanglier en fuite, lors d’une battue (illustration). LP/Arnaud Dumontier
Source :
leparisien.fr
 
Les deux hommes ont été chargés lors d’une battue par un animal d’une centaine de kilos.
Deux chasseurs ont été blessés par un sanglier, mercredi, en Loire-Atlantique. L’accident s’est produit sur la commune de Frossay, rue du Bel Air, selon « Presse Océan ».
Vers 17 heures, les deux hommes, qui participaient à une battue, ont été chargés par l’animal. L’un d’entre eux, âgé de 65 ans, a été grièvement blessé. Il a été hospitalisé en « urgence absolue » au CHU (Centre hospitalier universitaire) de Nantes.
Le site Actu.fr précise que l’animal sauvage pesait environ une centaine de kilos. Il s’en est d’abord pris à l’un des deux hommes, âgé d’une quarantaine d’années, avant de revenir à la charge.
Cet accident survient en plein débat sur la pratique de la chasse. Plusieurs personnes ont en effet été récemment victimes de tirs de chasseurs.
Mi-octobre, un vététiste a été tué par un tir, en Haute-Savoie, survenu lors d’une battue. Dimanche, un autre cycliste a été grièvement blessé, dans des circonstances similaires, pendant une battue qui se déroulait dans l’Ariège.
Publié par :
leparisien.fr
Afficher la suite de cette page

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com