* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

L'OREILLE DU CHIEN ET SES AFFECTIONS

 





 


Les symptômes d'alerte

 

L'oreille du chien présente fréquemment des affections inflammatoires.
Ces affections, généralement bénignes à leur début, peuvent fortement s'aggraver. L'entretien régulier des oreilles est indispensable et fait partie des soins d'hygiène de base.

 


Source iconographique : www.biocanina.com


Les oreilles tombantes sont un des facteurs prédisposant aux problèmes auriculaires. En effet, le pavillon recouvre l'entrée du conduit, ce qui favorise la macération. Cette macération facilitera le développement de nombreux germes. C'est pour cette raison que l'on a longtemps coupé les oreilles de certaines races de chien. Le pavillon restant droit et n'obstruant plus l'entrée du conduit, ces chiens à oreilles coupées présentaient significativement moins d'infections auriculaires. Cette pratique est désormais interdite en France (depuis 2004) sauf dans le cas d'une indication médicale particulière.

Les otites sont plus fréquentes chez les chiens à poils longs : il arrive que des poils poussent à l'entrée du conduit, et en direction de sa lumière, ce qui l'irrite. Si un chien à poils longs (griffons par exemple) présente des otites à répétitions, il peut être utile d'épiler ou de couper les poils situés à l'entrée du conduit auditif.

Un entretien régulier et efficace des oreilles prévient les infections.

 


Source iconographique : www.poil-luxe.com


Lorsqu'il souffre d'un problème auriculaire, le chien a la tête penchée du côté atteint et se gratte très souvent l'oreille, à l'aide de sa patte ou en la frottant contre le sol. La démangeaison peut être si importante que l'oreille peut fortement s'épaissir, à cause d'un hématome (appelé othématome) formé par les battements des oreilles secondaires au prurit.

Ce type d'hématome se rencontre le plus souvent chez les chiens à oreilles longues et pendantes. L'inflammation auriculaire est très douloureuse pour le chien qui peut devenir agressif et tenter de mordre quand on lui touche l'oreille.

 

Source iconographique : http://kikivet.over-blog.com


Quelques règles simples d'hygiène préventive


II faut régulièrement nettoyer les oreilles de son chien. Il existe de nombreux produits vétérinaires destinés aux soins de base des oreilles. Pour l'administration de nettoyant auriculaire, la seule méthode valable est d'introduire légèrement l'embout du flacon dans le conduit auditif, afin de déposer le nettoyant DANS le conduit. II faut bien veiller à tenir le flacon verticalement. Ensuite, on masse la base de l'oreille avec le pouce et l'index pour répartir le liquide au mieux, et enfin, on laisse le chien se secouer la tête : il éliminera ainsi lui-même les impuretés dissoutes dans le produit choisi. De cette manière, on chasse le cérumen accumulé sans provoquer d'irritation.

Grâce à l'anatomie particulière de l'oreille du chien, il n'y a aucun risque de blesser le tympan. Il ne faut en aucun cas utiliser un coton-tige : le conduit auditif canin a une forme de L, l'emploi du coton tige ne fait que tasser les saletés au fond de la partie horizontale du conduit. De plus, il provoque une forte irritation du conduit, et le risque de perdre l'embout coton n'est pas négligeable. Il ne faut pas non plus utiliser de l'eau pour nettoyer le conduit auditif car ellefavoriserait les fermentations.

La fréquence des soins préventifs portés aux oreilles peut être diminuée en hiver. Il est primordial d'habituer son chien aux soins auriculaires. En effet, ce ne sera pas le jour où le chien aura une otite aiguë très douloureuse qu'on commencera à lui faire accepter l'administration de gouttes auriculaires. C'est pourquoi il est judicieux d'imposer à son chiot (dès ses 2 ou 3 mois) un nettoyage régulier (au moins une fois par mois) des oreilles.

Dans la mesure du possible, il faut éviter de laisser les chiens dans un courant d'air, surtout après un bain ou une forte pluie.


 

 1/ Administration la solution dans le conduit auriculaire

 

 

 2/  Massage de la base de l'oreille
 

 

 3/ On laisse le chien se secouer la tête




IL est important de réagir vite en cas de douleur au niveau des oreilles chez le chien. En effet, ces pathologies se compliquent fréquemment et peuvent rapidement devenir un véritable enfer pour le chien et son propriétaire : plus on attend, plus ce sera difficile à traiter.
 



Les otites

 

Il existe 3 types d'otites :
les otites externes, moyennes et internes, selon la localisation de l'inflammation.

 


Tympan - Source iconographique : www.dermatoveto.com

 

L'otite externe est une inflammation du conduit auditif externe. Les principaux symptômes sont la démangeaison et la présence de cérumen épais et abondant, voire même de pus. Souvent, lorsque l'on palpe l'oreille du chien, on identifie un bruit de «clapotis». Ces otites sont parfois dues à un corps étranger (épillets par exemple en été, herbes...) et très souvent à des parasites. Ceux incriminés sont Oto-dectes cynotis pour les acariens, des levures et de très nombreuses bactéries. Le traitement consiste à enlever le corps étranger ou à tuer l'agent parasitaire (utilisation d'antibiotique approprié, d'acaricide ou d'antifongique), tout en lui associant un produit nettoyant spécifique aux oreilles.

L'otite moyenne est fréquente, elle résulte en général de l'extension d'une infection de l'oreille externe au travers de la membrane tympa-nique. La plupart des chiens atteints ne présentent pas de symptômes typiques de l'oreille moyenne. Il y a dans ce cas-là une otite externe suite à la décharge du «trop plein» de contenu purulent de l'oreille moyenne. Le traitement est semblable à celui de l'otite externe. L'otite moyenne doit toujours être envisagée en présence d'une otite externe récidivante ou bien lorsque celle-ci résiste aux traitements.

L'otite interne est rare, elle provoque chez le chien une perte de l'équilibre et un nys-tagmus horizontal (c'est à dire une oscillation horizontale des yeux).

 




La gale auriculaire ou otocariose


Il s'agit d'une cause fréquente d'otite externe du chien, elle est due à Otodectes Cynotis un très petit parasite, néanmoins visible à l'œil nu.
Il se développe dans les conduits auditifs et provoque l'apparition d'un cérumen noirâtre.

 


Source iconographique : www.dermatoveto.com


Lors d'infestations massives, il n'est pas rare de voir des chiens avec des plaies autour des oreilles, liées aux démangeaisons violentes. La gale des oreilles est contagieuse pour les autres chiens, mais heureusement elle n'est pas transmissible à l'homme.
Il faudra appliquer un traitement général des otites externes auquel on ajoutera un antiparasitaire. Comme la majorité des antiparasitaires sont inefficaces sur les œufs de ces acariens, il convient de répéter le traitement chaque semaine pendant un mois.


Maude Marcoccio - Dr Vétérinaire
Sanglier Passion - Oct/Nov 2006
 



Les épillets


Les affections dues aux épillets surviennent à la fin du printemps et en été, moments où les graminées sont abondantes.
 
 

 
Les épillets sont des enveloppes rigides recouvrant les graines de graminées.
À la fin du printemps et pendant l'été, ils sont la cause de nombreux abcès récidivants et de plaies difficiles à soigner.

 
 
Les graminées poussent au printemps, à ce moment-là les herbes sont vertes et ne posent aucun problème.
En revanche quand le végétal s'assèche, leur fruit, l'épillet devient plus dur et très adhérent.
Les épillets s'accrochent très facilement aux poils des chiens.
À cause de la structure de leurs barbules, ils ont tendance à migrer dans les cavités naturelles :
Principalement dans l'oreille des chiens (surtout chez les chiens à oreilles tombantes), souvent dans les yeux et la truffe.  

 
Leur hampe, très dure, les aide à traverser la peau :
  • Ils se logent aussi dans les replis, puis grâce aux frottements, ils progressent et se localisent dans les tissus de l'organisme. Ils s'ancrent à la peau et pénètrent les tissus sans pouvoir en ressortir comme c'est le cas par exemple, au niveau des espaces inter digités. Ce qui pose problème, c'est qu'ils ne peuvent pas faire chemin inverse à cause de l'orientation de leurs aspérités.
  • Les affections dues aux épillets surviennent à la fin du printemps et en été, moments où les graminées sont abondantes. Mais il faut bien penser que les symptômes peuvent se manifester occasionnellement à un autre moment de l'année. En effet, les épillets sont capables d'effectuer un long trajet dans le corps avant de se localiser. Ils sont ensuite reconnus par l'organisme comme un corps étranger et provoquent ainsi l'apparition d'un abcès.
 
Les symptômes varient suivant la localisation
 
1. Oreille : La présence d'un épillet dans l'oreille est très douloureuse pour le chien.
Il se gratte, tient la tête penchée du côté atteint et réagit fortement lorsque l'on lui touche l'oreille.
Des épillets peuvent être présents au niveau des poils situés à l'entrée du conduit auditif.
Ceux-ci ne sont pas responsables de l'affection, mais il faut tout de même les retirer afin qu'ils ne pénètrent pas dans le conduit auditif.
En revanche, ceux qui se sont introduits dans le conduit auditif sont invisibles à l'œil nu.
Il faut donc consulter le vétérinaire qui inspectera l'oreille grâce à un otoscope et identifiera le ou les épillets.
Dans la majorité des cas, il devra retirer le fragment végétal à l'aide d'une longue et fine pince prévue à cet effet, et ce sous anesthésie générale parce que c'est une tâche minutieuse, irréalisable si le patient bouge.
L'intervention doit se faire dans le calme et avec patience afin de ne laisser aucun débris, et d'être attentif à ne pas léser le tympan.
Suite au retrait des corps étrangers, une désinfection et un nettoyage réguliers du conduit auditif sont indispensables.
 
2. Les pattes :
les épillets peuvent atteindre la région inter digitée, surtout chez les chiens qui ont de longs poils en bas des membres.

3. Les symptômes sont frustes : le chien se mordille au niveau des doigts, se lèche souvent car l'épillet le démange. L'épillet peut être une cause de boiterie.
En inspectant attentivement l'extrémité du membre, une plaie suintante est identifiable. Rapidement, il y aura la formation d'un abcès, qui ne guérira pas tant que l'épillet ne sera pas retiré.
 
4. Dans le cas d'épillets inhalés : ceux-ci remontent les cavités nasales tout en provoquant des dégâts aux endroits de leur passage, peuvent traverser le poumon, suivre les piliers du diaphragme et ils peuvent même aller jusqu'à se localiser dans un espace intervertébral.
Dans ce cas, comme la moelle épinière est touchée, des symptômes neurologiques apparaîtront, et le diagnostic ne sera pas chose facile.
Au niveau des poumons, l'épillet peut induire des foyers d'infections et provoquer de graves pneumonies.

Le retrait d'épillet doit être effectué chirurgicalement afin que le vétérinaire s'assure qu'il ne reste aucun débris, mais aussi parce le site de localisation est délicat (et il faut préserver les structures présentes dans la région).
Le moindre morceau végétal restant réactivera l'inflammation et induira rapidement un nouvel abcès.
Certains chiens aiment jouer dans les grandes herbes : régulièrement, ils mordent les graminées et se plantent des épillets dans la cavité buccale. Un tel comportement favorise les abcès au niveau des gencives, des babines...
 

 
Quelle attitude adopter ?
 
Dans le cas d'un abcès causé par un épillet, cela ne sert strictement à rien de prendre l'initiative d'administrer soi-même des antibiotiques. Certes, tant que le chien sera sous traitement antibiotique l'abcès dégonflera, mais dès que le traitement sera arrêté, l'abcès récidivera.
Tant que l'épillet, accompagné de tous ses débris, ne sera pas retiré, l'abcès persistera.
Après retrait de l'épillet et drainage de l'abcès, il sera dans la plupart des cas nécessaire de flusher, c'est-à-dire de rincer la plaie avec des antiseptiques (type isobétadine par exemple) pendant quelques jours et jusqu'à ce que celle-ci se referme.
Les plaies dues aux épillets ne posent en général aucun problème si elles sont désinfectées régulièrement et si l'on a bien pris soin de retirer tout l'épillet.
Pour éviter les problèmes liés aux épillets, l'idéal est de couper l'herbe du chenil régulièrement, au printemps, ce qui interrompra la croissance des végétaux. Les graminées vont sécher sur le sol, et les chiens auront beaucoup moins de risque de subir les dégâts dus aux épillets.


Maude Marcossio - Sanglier Passion - Juin 2007

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com