* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter


LA MALTRAITANCE DES ANIMAUX
 
Mardi 12 Mars 2019
   Lot-et-Garonne - 47

Condamnée pour avoir détenu 11 chiens dans une cave
 
https://images.sudouest.fr/2019/03/11/5c86461066a4bde4675ac1fb/widescreen/1000x500/marie-dubos-linfatigable-presidente-de-larpa-et-l-avocate-estelle-derien.jpg
Marie Dubos, l’infatigable présidente de l’Arpa et l'avocate Estelle Derien B. P.
Illustration source :
sudouest.fr
 
La quinquagénaire qui habite Montagnac a écopé de six mois de prison avec sursis.

Le dossier lui tenait particulièrement à cœur. Escortée de son avocate Me Estelle Derrien, Marie Dubos, l’infatigable présidente de l’Arpa (association pour le respect et la protection de l’animal) s’est rendue ce lundi matin au palais de justice, où devait être jugée, en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, une quinquagénaire poursuivie pour sévices graves et actes de cruauté envers des animaux domestiques.
En l’espèce, ce sont onze chiens que cette habitante de Montagnac-sur-Auvignon détenait dans des conditions écœurantes, dans le noir complet, dans une cave de 12m2, et dans leurs excréments.
Découverts en 2017, en très mauvais état, dans les sous-sols de la Grand-rue de Montagnac, Elliot, Gilou, Cerise et les autres ont depuis été recueillis par l’Arpa. Mais pas question pour l’association de s’arrêter là.

 
 
 

Interdiction de détenir des animaux
Car Marie Dubos était déjà intervenue chez cette dame, en 2014, alors qu’on lui avait signalé qu’elle détenait un beauceron, bâillonné du soir au matin dans sa cave.Trois ans plus tard, en dépit des conseils pédagogiques dispensés par la présidente de l’Arpa, la quinquagénaire persiste et signe, au point donc, de se retrouver devant la justice aujourd’hui.
Scandalisée d’avoir constaté que la propriétaire des chiens vit dans une très grande maison avec jardin, qui permettrait largement de faire vivre ses chiens dans de bonnes conditions, Marie Dubos espérait que la Montagnacaise ne puisse plus, à l’avenir, détenir des animaux.
Elle a obtenu gain de cause, puisque le tribunal a condamné la quinquagénaire à six mois de prison avec sursis et prononcé une interdiction définitive de détenir des animaux.

Blandine Philippon
Publié par :
sudouest.fr

Samedi 23 Février 2019
 
Une femme condamnée pour avoir négligé
et contraint son chien à vivre entre un volet et une fenêtre
 

https://www.woopets.fr/assets/img/005/987/screen/son-chien-vivait-entre-le-volet-et-la-fenetre-elle-est-condamnee.jpg
Illustration source : woopets.fr

Elle a reconnu les faits et a accepté la peine dans le cadre d’une CRPC. Une femme coupable d’avoir maltraité son chien, découvert amaigri, dans un état proche de la mort, a été condamnée à de la prison ferme. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui a sauvé l’animal à temps, n’en espérait pas moins. Elle s’était d’ailleurs constituée partie civile.

La justice ne lésine plus sur les peines prononcées à l’encontre de ceux coupables de négligences et de cruautés envers les animaux. Après avoir prononcé une peine de 6 mois de prison, dont 3 fermes, à ce jeune homme de 25 ans qui avait noyé 5 chiens, un autre tribunal correctionnel a annoncé de la prison ferme (un mois) en plus d’une interdiction de détenir un animal pendant 5 ans à une femme propriétaire d’un Dogue Argentin du côté de Bolbec.
Un chien nommé Paco retrouvé à l’article de la mort par la Fondation 30 Millions d’Amis. Retrouvé prisonnier entre le volet et la vitre d’une fenêtre dixit la Fondation sur son site internet. Il faut dire que son incroyable maigreur (23 kg) lui permettait de tenir dans cet espace étroit d’une vingtaine de centimètres, pendant plusieurs jours. Le tout sans boire, sans manger, sans bouger et obligé de piétiner dans ses excréments.

« Une interdiction à vie de détenir un animal aurait été justifiée »
Loin d’éprouver des remords pendant l’audience, la femme annonce qu’elle avait « autre chose à faire » et n’hésite pas à rejeter la faute sur son ex-compagnon. De quoi faire monter la colère réelle de la Fondation, qui s’était constituée partie civile lors du procès. La peine d’un mois de prison et de 5 ans d’interdiction de posséder un animal de compagnie a été acceptée par la femme, qui avait reconnu les faits. En revanche, son mari s’y est opposé et sera donc jugé par le tribunal correctionnel en avril prochain. De son côté, l’avocate de la Fondation 30 Millions d’Amis, regrette une interdiction trop légère. « Au regard de la gravité des faits, une interdiction à vie de détenir un animal aurait été justifiée », estime-t-elle.
De son côté, Paco va bien mieux. Il a été secouru à temps et a reçu un traitement qui lui a permis de regagner du poids. Ses nombreuses plaies infectées ont également été soignées. Il devrait désormais profiter du calme de son quotidien pour se refaire la cerise avant d’être apte à l’adoption, et à une belle vie bien méritée.

Ecrit par Alexandre Dieu
Publié par : woopets.fr

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com