* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

ALERTE PESTE PORCINE
 
Samedi 12 Janvier 2019

Peste porcine africaine
Réunion au sommet lundi à Paris

http://www.lafranceagricole.fr/ra/lowres/Publie/FA/p1/Images/Web/2019-01-11/sanglier-ktrB-U101844296205rvC-860x420@lafranceagricole.fr.jpg
La peste porcine se propage par les sangliers ©Pixabay
Illustration source :
lafranceagricole.fr

Les éleveurs, les chasseurs et les responsables forestiers se réunissent lundi, le 14 janvier 2019, à Paris pour améliorer les mesures de protection de la France contre la maladie.

Un plan d’ensemble pour renforcer le dispositif national de lutte contre la peste porcine, notamment à la frontière belge, doit être élaboré lundi lors d’une réunion à Paris d’éleveurs, chasseurs et responsables forestiers, a-t-on appris vendredi auprès du ministère de l’Agriculture.
« Il va falloir renforcer les mesures de biosécurité en France et élaborer une stratégie nationale renforcée pour que la France reste indemne de la peste porcine africaine », a indiqué un responsable du ministère, en marge d’un déplacement du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume à Sedan dans les Ardennes.

Une pression grandissante
Après la découverte le 9 janvier de deux cadavres de sangliers porteurs du virus de la peste porcine tout près de la frontière française, la Belgique a étendu vendredi sa zone géographique de vigilance contre la propagation de cette maladie venue d’Europe de l’Est et transmise notamment par la faune sauvage.
Le gouvernement français « n’a qu’un seul objectif, faire que la France reste indemne de peste porcine africaine et préserver la filière porcine de cette menace économique majeure », a dit Didier Guillaume lors de sa visite, durant laquelle il a aussi rencontré son homologue wallon René Collin.

Une menace économique importante
Devant l’avancée de l’épidémie qui menace les élevages porcins, plusieurs mesures de biosécurité, notamment d’isolement des élevages… ont été prises depuis plusieurs semaines par les éleveurs français.
Les éleveurs restent « très inquiets » même si la maladie n’est pas transmissible à l’homme, a indiqué Jeff Trébaol, éleveur porcin et vice-président de la Fédération Nationale porcine (FNP) en charge des dossiers sanitaires, joint au téléphone dans les Ardennes.
L’épizootie « menace économiquement les élevages porcins. Si elle devait être détectée sur un porc, il faudrait procéder à des abattages pour endiguer sa progression, ce qui menacerait l’économie du secteur » a-t-il ajouté.
Selon lui, quelque 400 « détenteurs de porcs » ont été recensés dans la région Grand Est, dont « 200 éleveurs professionnels ». Aucun chiffre n’était disponible vendredi sur le nombre d’élevages potentiellement concernés dans le nord de la France.

AFP
Publié par : lafranceagricole.fr

Vendredi 11 Janvier 2019
 
   Meuse - 55
 Peste porcine : pour les chasseurs meusiens,
"la réglementation doit changer"

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/9F594EAD-67DC-43B6-9076-23C6975299CA/LER_v1_04/reunion-d-information-sur-la-peste-porcine-africaine-1547108613.jpg
Réunion d'information sur la Peste Porcine Africaine
Illustration source :
estrepublicain.fr
 
« Je suis un légaliste. » Le président de la fédération des chasseurs, Michel Thomas, pense que la situation est grave, tant la maladie, si elle se propage peut avoir des répercussions catastrophiques sur l’élevage des porcs.
Comme de nombreux chasseurs dans la salle, il ne comprend pas cet arrêté préfectoral qui interdit la chasse avec des chiens, le long de la frontière belge. « On risque quoi, exactement, si on se fait prendre ? », demande un chasseur qui a bien du mal à obtenir une réponse.
« C’est le procureur qui décidera », lui répond finalement un membre de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.
En fait, le chasseur voulait poser sa deuxième question : « Et l’éleveur de porcs, à la frontière, qui va en Belgique livrer sa paille et peut ramener le virus avec lui à cause de son véhicule, il risque quoi, lui ? » Pour Michel Thomas, il y a des décisions à prendre pour que les chiens soient autorisés : « La réglementation doit changer. »

Publié par :
estrepublicain.fr

Jeudi 10 Janvier 2019
 
  Grand Est

Peste porcine : l'épidémie se rapproche de la Lorraine

Présente en Wallonie, La peste porcine se rapproche de la Lorraine. / © F.Rosaci-France3 Lorraine
Présente en Wallonie, La peste porcine se rapproche de la Lorraine.
/ © F.Rosaci-France3 Lorraine-Source :
francetvinfo.fr

La peste porcine africaine est une maladie qui touche uniquement les porcs et sangliers. Ce virus, non transmissible à l’homme, a été détecté le 13/09/2018 en Belgique sur des sangliers sauvages. Des mesures de protections sont prises en Lorraine et en Belgique. Etat des lieux le 7 janvier 2019.

Depuis le 13 septembre dernier en Belgique, plusieurs centaine de cadavres de sangliers ont été retrouvés porteurs du virus de la peste. Sur 879 animaux prélevés dans une zone interdite à toute circulation de personnes, 281 étaient porteurs du virus. Jeudi 20 décembre 2018, à Meix-devant-Virton commune frontalière belge avec le département de la Meuse, des carcasses de sangliers ont été retrouvées positives au virus.
Cette maladie ne touche que les porcs et sangliers, elle se transmet par contact entre ces animaux mais peut également se disséminer en forêt par de la nourriture contaminée, des mouvements de véhicules ou de personnes en provenance des zones infectées.

Éviter la propagation de la peste porcine présente en Belgique
En Lorraine et en Belgique, les mesures pour éviter la propagation de la peste porcine africaine ont été renforcées pour éviter la propagation du virus dans les élevages de porcs. Trente kilomètres de clôtures ont déjà été posées pour empêcher les sangliers de passer en France. Ce lundi 7 janvier 2019, une clôture supplémentaire de 15 km est installée à la frontière française de la forêt d’Orval à Sommethonne, jusqu’à la commune de Meix-devant-Virton.
En Belgique, dans une zone d’observation renforcée, les chasseurs sont invités à exterminer l’espèce : pièges, appâts, primes exceptionnelles aux chasseurs par sanglier tué.

Un virus qui inquiète les éleveurs
Une possible contamination inquiète les éleveurs de porcs, ce serait un désastre économique pour la filière porcine.
  •     "Les éleveurs sont forcément angoissés avec le spectre de la peste porcine qui pourrait leur tomber dessus" a indiqué à l'AFP le 13 octobre 2018 le président de la FDSEA de Meurthe-et-Moselle, Luc Barbier.
Des mesures prises dans le département de la Meuse.
Dès le 14 septembre, la préfecture de la Meuse a immédiatement mis en place des mesures de restrictions dans une zone d’observation renforcée (ZOR) sur 41 communes le long de la frontière belge. Toutes les activités de loisirs et de sport (promenade, escalade, cueillette…) sont autorisées dans la zone d’observation sous réserve de respecter les mesures de biosécurité suivantes :
  •     Stationnement des véhicules de transport des personnes sur de parking prévus à cet effet ou sur des empierrées en lisière de forêt.
  •     Nettoyage des bottes et chaussures ainsi que des pneus de vélos en entrée et en sortie de l’activité en forêt.
  •     Interdiction de divagation des chiens en forêt.
Rappel des principales mesures en vigueur depuis le 14 septembre 2018 en Meurthe-et-Moelle :
  • Mise en place d’une zone d’observation renforcée (ZOR) dans un périmètre de 50 communes. Une zone d’observation est également mise en place pour tout le reste du département.
 
  •     Recensement de tous les détenteurs de porcs domestiques et de sangliers d’élevage ainsi que tous les parcs et enclos de chasse.
  •     Suivi rapproché de tous les éleveurs situés en ZOR (obligation d’information des autorités en cas d’apparition de signes cliniques suspects, visite sous 7 jours de tous les élevages par la DDPP).
  •     Renforcement des mesures de biosécurité (sas à l’entrée des exploitations, restrictions de circulation des véhicules et des personnes sur site, interdiction de nourrir les animaux avec des déchets de cuisine, mise en place de clôtures étanches interdisant le contact entre faune sauvage et animaux domestiques pour les élevages en plein air.
  •     Interdiction de la chasse aux ongulés sur toute la ZOR.
  •     Mise en place de patrouilles par les fédérations de chasseurs et l’ONCFS pour effectuer une recherche active des cadavres.
  •     Prélèvement et analyse de tous les cadavres de sangliers découverts.
Au départ, les experts avaient estimé l’avancée de la maladie d'environ 1,2 km par mois.  Maintenant, ils la jugent à 3 kilomètres ce qui indique une forte accélération de l'épidémie.
Regardez notre
 

 
Par T. Jarvillet
Publié par : francetvinfo.fr

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com