* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 ALERTE PESTE PORCINE
 
 
Mercredi 17 Juillet 2019
Peste porcine africaine :
"Que fait la Commission pour lever les embargos ?"
  
 
Peste porcine africaine:
Illustration source : rtl.be
 
Le ministre fédéral belge de l'Agriculture, Denis Ducarme, a réclamé lundi à la Commission européenne d'agir pour lever les embargos "injustes" de plusieurs pays d'Asie contre la viande de porc belge, alors que cette filière reste indemne de la peste porcine africaine grâce à de nombreux efforts consentis.

"Nous faisons le travail, nous suivons les recommandations, nous nous engageons", a martelé M. Ducarme (MR), présent avec son homologue régional, René Collin (cdH), au conseil des ministres européens de l'Agriculture et de la Pêche. Il a rappelé le travail de dépopulation totale des sangliers dans la zone concernée dans le sud de la Wallonie, l'amélioration des mesures de biosécurité et la coopération avec les pays voisins. Après un assouplissement du dispositif restrictif dans les zones touchées au printemps, la circulation dans les forêts concernées est à nouveau restreinte depuis ce 1er juillet. "Mais moi je demande aussi à la Commission de prendre sa responsabilité et de nous défendre davantage", a grondé Denis Ducarme. Il rappelle qu'à travers le monde, une vingtaine de pays maintiennent leur embargo sur le porc belge, en particulier plusieurs marchés importants comme la Chine, les Philippines ou la Corée du Sud. "Que fait la Commission pour lever un certain nombre d'embargos dont nous sommes injustement victimes, puisque nous avons pris les mesures ad hoc et préservé la filière porc ? J'attends que la Commission fasse plus!", a poursuivi M. Ducarme. Le représentant de l'exécutif européen n'a toutefois pas apporté de réponse directe à cette interpellation.
Il a rappelé le soutien financier de l'Union au programme de recherche pour la vaccination et la nécessité de renforcer les mesures de contrôle et de gestion des populations. Il a réclamé que d'autres instances du Conseil de l'UE (Environnement, Transport) s'impliquent davantage.

Publié par :
rtl.be

Mercredi 3 Juillet 2019
 
Luxembourg
 
  Peste porcine
 
Grande chasse aux sangliers cette semaine à la frontière belge

 
Une centaine de chasseurs et une cinquantaine de rabatteurs vont chasser le sanglier dans la zone blanche à la frontière belge cette semaine.

Les 4 et 5 juillet aura lieu à la frontière belge, entre Pétange et Sterpenich, une grande chasse aux sangliers. Une centaine de chasseurs et une cinquantaine de rabatteurs y prendront part. Il s'agira d'une sorte de battue, mais sans chien.
En règle générale, de telles chasses ne sont pas organisées à cette période de l'année, parce que les forêts deviennent trop touffues et que le jeune gibier commence à se déplacer. Il s'agit cependant d'une mesure "indispensable" pour éliminer tout sanglier de la zone blanche, a expliqué le ministre luxembourgeois de l'Agriculture, Romain Schneider, mardi matin lors de la présentation de cette chasse.
Cette chasse aux sangliers sera organisée les 4 et 5 juillet en collaboration avec l'Administration de la Nature, l'Inspection vétérinaire et les chasseurs, afin de préserver le Luxembourg de la peste porcine africaine. La chasse se déroulera donc sur deux jours, de 9h du matin à 14h. Il est évidemment vivement recommandé aux promeneurs d'éviter toute la zone avant 14h.

DEUX PICS ANNUELS DE LA MALADIE
Le rapport d'un expert préconisait déjà de prendre des mesures avant l'été afin d'éliminer tout sanglier de la zone blanche, Et cela parce qu'il y a deux pics annuels de la maladie: l'un en hiver et l'autre en août-septembre, quand le jeune gibier commence à se déplacer.
La chasse se fera sans chien afin de limiter l'agitation dans la forêt. Le jour précédent la chasse, c'est-à-dire demain le 3 juillet, la région sera survolée par un drone afin de localiser les populations de sangliers. La tâche ne s'annonce pas facile, car même les drones ont des difficultés à voir à travers des feuillages épais.
Mardi prochain, quand des analyses auront été effectuées pour déterminer s'il y avait des animaux malades parmi les sangliers abattus, le ministère de l'Agriculture en présentera les résultats avec les acteurs concernés. Dans un deuxième temps, des pièges seront posés afin de capturer les sangliers restants dans la zone blanche. Ils seront ensuite abattus et testés.
Il a encore été précisé lors de ce point-presse que tout était pratiquement prêt pour prolonger vers le nord la barrière mise en place il y a quelques semaines et cela, pour être préparé au mieux au cas où un cadavre contaminé serait détecté.
Publié par : rtl.lu

Samedi 29 Juin 2019
 
La lutte contre la peste porcine africaine
se poursuit en région luxembourgeoise
 
La lutte contre la peste porcine africaine se poursuit. - © © Philippe-Rouzet/Source :rtbf.be 
 
A ce jour, 3187 sangliers ont été prélevés. 824 carcasses se sont révélées positives. Le périmètre de la zone infectée est toujours le même mais la vigilance est accrue dans le nord, du côté de Les Fossés-Léglise où on a retrouvé un sanglier de l'autre côté de la clôture.

Reste que les clôtures sont efficaces.
Sans les 190 km de barrière, le virus aurait déjà passé la frontière. Quant à la destruction des sangliers, elle doit se poursuivre, comme le confirme le ministre René Collin.
Et puis, pour les promeneurs, signalons que le ministre a restreint la circulation sur les chemins et sentiers forestiers dans une partie de la zone infectée. On passe de 16.000 hectares accessibles à 11.000 hectares, dès lundi. Enfin, les exploitants forestiers vont pouvoir introduire leur dossier pour indemnisation puisque la foret a été totalement fermée du 15 septembre au 15 janvier.
 
Anne Lemaire
Publié par : rtbf.be
================
 
La peste porcine africaine arrive au Cambodge

Peste porcine africaine cambodge
Photo : Après des premiers cas dans le Ratanakiri, la peste porcine africaine arrive au Cambodge
par la frontière vietnamienne. Photo source : 
lepetitjournal.com
 
Présente en Chine et au Vietnam depuis plusieurs mois, la peste porcine africaine se répand aujourd’hui au Cambodge. Sans conséquence pour la santé humaine, elle pourrait néanmoins disséminer les cheptels.
 
Le long de la frontière vietnamienne, les éleveurs de porcs cambodgiens sont inquiets. Depuis le début de la semaine, leurs cochons d’élevage meurent d’un mal inexpliqué. Une infection qui semble se répandre à vitesse grand V dans la province de Prey Veng. Et pour cause : après la Chine et le Vietnam, la peste porcine africaine commence à se propager au Cambodge.
Si la maladie n’a aucune conséquence pour la santé humaine, même après avoir consommé de la viande issue d’un animal malade, elle est très difficile à éradiquer dans les cheptels et provoque des morts aussi rapides que massives. Des premiers cas de peste porcine africaine avaient déjà été signalés en avril dans le Ratanakiri, sans mener à sa propagation selon les autorités locales. « Il n’existe aucun traitement a posteriori pour guérir un animal malade, explique Chet Phirum, fondateur de l’association des éleveurs cambodgiens. La seule solution est d’empêcher que la peste porcine africaine ne se répande ».
Pour les éleveurs porcins implantés au Cambodge, l’enjeu est de taille : en Chine, le pays le plus touché par la peste porcine, un tiers de la production annuelle est menacée selon la banque agricole hollandaise Rabobank. La disparition d’une bonne partie des cheptels cambodgiens est donc possible. « Les conséquences économiques pour les éleveurs s’annoncent désastreuses », prévient Chet Phirum. « Nous sommes inquiets mais avons pris des mesures de quarantaine pour réduire les risques au maximum », témoigne de son côté un professionnel du secteur qui souhaite préserver son anonymat.
Conscientes du problème, les autorités ont pris des premières mesures. Depuis quelques semaines, elles livrent gratuitement un produit désinfectant aux éleveurs qui, une fois aspergé sur les cochons, permet de prévenir l’infection.


Importations illégales venues du Vietnam
L’un des enjeux dans la lutte contre la propagation de la peste porcine africaine vient du voisin vietnamien, dont 60 des 63 provinces sont touchées par l’épidémie. Il y a quelques semaines, le ministère de l’agriculture cambodgien a d’ailleurs suspendu les importations de porcs vietnamien au profit de porcs thaïlandais.
Mais un réseau illégal se met en place au sud du pays. Les cochons, achetés à bas prix au Vietnam, sont ensuite revendus au prix fort au Cambodge, où le kilo de viande coûte entre 3 et 5 dollars le kilo pour les consommateurs. « Il y a une quarantaine de points de passage entre le Cambodge et le Vietnam, commente Chet Phirum. Il est donc très compliqué de stopper toutes les importations illégales, participant ainsi à la propagation de la maladie. »
Dernier point chaud pour limiter la propagation de la grippe porcine africaine : l’absence d’indemnisation comme cela existe au Vietnam. « Lorsqu’un foyer est déclaré au Cambodge, l’éleveur ne reçoit aucune indemnisation de l’Etat pour compenser le manque à gagner, explique un professionnel du secteur. Donc l’exploitant ne va pas déclarer l’infection et va essayer de vendre le cheptel… ce qui risque de propager la maladie. »

Par François Camps
Publié par : 
lepetitjournal.com

 
Peste porcine africaine :
l’épidémie sur le point d’exploser

 
Une épidémie de peste porcine africaine sévit depuis l’année dernière. Celle-ci a débuté en Chine avant de s’étendre à d’autres pays d’Asie… et gagne désormais l’Europe.

Depuis l’année dernière, les pays asiatiques luttent pour contenir une épidémie de peste porcine africaine (PPA) sans précédent. Les premiers cas sont apparus en Chine, au mois d’août dernier. Cette maladie très contagieuse continue de décimer les élevages de porcs de plusieurs pays d’Asie, et se dirige peu à peu vers l’Europe.

“La plus grande épidémie animale de l’histoire”
Le Vietnam a déjà abattu 2,6 millions de porcs, et la Chine a annoncé la mort d’un million de bêtes. D’autres foyers de la maladie, moins importants, ont été signalés à Hong-Kong, à Taïwan, en Corée du Nord, au Cambodge et en Mongolie. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a signalé ce jeudi que les infections avaient atteint le Laos.
“Il s’agit de la plus grande épidémie animale de l’histoire”, a déclaré Dirk Pfieffer, épidémiologiste vétérinaire à la City University de Hong-Kong, à nos confrères du Guardian. “Cela fait pâlir les épidémies de fièvre aphteuse et de vache folle, en comparaison des dommages causés. Et nous n’avons aucun moyen d’arrêter sa propagation”.
 
Malgré les tentatives des pays asiatiques pour freiner sa propagation, la maladie a déjà dépassé les frontières du continent. Matthew Stone, directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), a ainsi déclaré qu’elle “est en train de devenir endémique” dans certains pays européens, notamment en Europe de l’Est. Des cas ont aussi été recensés en Belgique, où 700 sangliers ont été testés positifs à la PPA.

Un impact sur l’industrie alimentaire, et sur l’économie mondiale
Selon M. Stone, “tous les pays doivent renforcer leur sécurité biologique” et “réfléchir sérieusement à leur chaîne d’approvisionnement”. Car si la maladie n’est pas dangereuse pour l’homme, elle est mortelle pour les porcs. Chez ces derniers, elle se manifeste par de la fièvre, une perte d’appétit et des hémorragies internes.
Cette épidémie n’est pas non plus sans conséquence sur l’économie mondiale. Dans la mesure où un nombre considérable d’animaux sont morts en Chine et au Vietnam, et que le contrôle des expéditions s’est vu renforcé, les prix de la viande de porc ont grimpé de plus de 40 % dans le monde. Cela a aussi provoqué des pénuries sur d’autres marchés.

La France est pour l’instant indemne de peste porcine africaine
En France, aucun cas de peste porcine africaine n’a encore été rapporté, notamment grâce aux mesures de prévention prises par le gouvernement. Une clôture a été dressée entre la Belgique et la France, délimitant une zone blanche dans laquelle tous les sangliers sont abattus.
Lors d’un congrès dans les Côtes d’Armor, premier département producteur de porcs, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a déclaré que “cette guerre n’est pas gagnée", même si "nous avons fait un bon pas”. Il rappelle qu’il ne faut pas baisser la garde, car un seul cas en France pourrait mettre en péril toute la filière, en empêchant l’exportation de viande de porc.

Par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Publié par : medisite.fr
 

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com