* Michel BLANC :06 62 61 65 91 / 04 94 77 76 01 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

Relations entre
LA FEDERATION NATIONALE
et
LE GOUVERNEMENT
 
Mercredi 11 Avril 2018

Chasse : un permis à 200 euros dès le mois de juin
 


http://cdn-s-www.leprogres.fr/images/1C672CCF-56BA-431A-93B9-C30F3E2023D9/LPR_v1_02/photo-d-illustration-pixabay-domaine-public-1523351422.jpg
Photo d'illustration Pixabay/domaine public-Illustration source : leprogres.fr
 La réforme du permis de chasse, moins cher, arrive plus vite que prévu.

En février, le président de la République Emmanuel Macron avait donné son feu vert pour ouvrir le chantier de la réforme du permis de chasse national (pour offrir plus de flexibilité aux chasseurs) et moins cher (un prix réduit de 400 à 200 euros).

Le calendrier ? Dans le meilleur des cas, on parlait de la saison 2019/2020.

"La chasse à papa, c'est fini"
Mais selon RTL, ce cadeau financier aux chasseurs sera offert dès le mois de juin.

La Fédération nationale de chasse, qui compte 70 000 associations locales et 1,2 million de pratiquants régulier, est ravie : "Les habitudes de chasse ont changé. Demain, on chassera à la carte, en choisissant le gibier et la zone de chasse, en gommant les frontières départementales. La chasse à papa, limitée autour du clocher du village, c’est fini !" assure son président, Willy Schraen.

Le chef de l'Etat se montre une fois de plus proche de ces figures de la ruralité : lors de son anniversaire en décembre 2017, Emmanuel Macron avait pris le temps de saluer les participants à une battue dans la forêt de Chambord. Et lors de la campagne présidentielle, il avait défendu toutes les pratiques, même la chasse à courre, au nom des "traditions" françaises.

Publié par : leprogres.fr

Vendredi 16 Février 2018
 
Macron réaffirme son soutien aux chasseurs
 

https://www.lesechos.fr/medias/2018/02/15/2154021_macron-reaffirme-son-soutien-aux-chasseurs-web-tete-0301303160643.jpg
Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait défendu toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français. - ZIHNIOGLUKAMIL/SIPA -
 - Illustration source :
lesechos.fr

Le chef de l'Etat a rencontré à l'Elysée le président de la Fédération nationale des chasseurs. Il a défendu la pratique de la chasse à courre.

Durant la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron s'était fait l'ardent défenseur de la chasse, n'hésitant pas à agiter ce traditionnel chiffon rouge pour les soutiens de la cause animale. En poste à l'Elysée, ses convictions ne semblent pas avoir changé.

Ce jeudi, le président de la République a en effet réaffirmé son soutien à la chasse à courre, comme l'a déclaré la Fédération nationale des chasseurs (FNC).

« Pour le président, c'est un non-sujet », a dit à des journalistes le président du lobby des chasseurs, Willy Schraen, à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'Etat à l'Elysée. « Il soutient la globalité de ce qui se passe au niveau de la ruralité en matière de chasse et la chasse à courre en fait partie. Pour lui il n'y a aucune ambiguïté là-dessus ».

« Preuve de bon sens »

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait créé la surprise et fait forte impression à une partie du 1,3 million de chasseurs, en défendant toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français.

Son plaidoyer en faveur d'un retour des chasses présidentielles - supprimées et remplacées par des « battues de régulation » sous la présidence de Nicolas Sarkozy - n'était pas non plus passé inaperçu, tout comme son déplacement à Chambord en décembre dernier pour un week-end privé au cours duquel il avait rencontré des membres de la FNC.

« Le président n'est pas chasseur, mais c'est quelqu'un qui fait preuve de bon sens et d'ouverture d'esprit comme peu d'hommes politiques à son niveau », a estimé Willy Schraen. « Il s'intéresse à la ruralité, il sait qu'il y a des problèmes, des frustrations et qu'aujourd'hui il faut passer au-dessus des combats d'arrière-garde ».

Des débats passionnés

La pratique de la chasse à courre - qui compte 10.000 pratiquants et 100.000 sympathisants en France - continue de susciter des débats passionnés entre chasseurs et défenseurs de la cause animale.

Fin janvier, une proposition de loi relative à l'interdiction de ce type de chasse a été déposée à l'Assemblée nationale par La France insoumise et signée par des élus d'autres groupes parlementaires.

Le député du MoDem Erwan Balanant a pointé le « retard » de la France en la matière, citant pour exemple l'Angleterre, où cette pratique a été interdite en 2015, et l'Allemagne.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a lui dénoncé l'année dernière une pratique prolongeant selon lui « l'agonie et le stress de l'animal » tout en estimant que la France n'était « pas encore prête à l'abandonner ».

Une réunion nationale en juin

Autre sujet sensible abordé lors de l'entretien avec le chef de l'Etat, jeudi, celui de l'interdiction de la chasse des oies au-delà du 31 janvier. La décision du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot de ne pas accorder de dérogation à ce qui est l'application d'une directive européenne avait fait descendre les chasseurs dans la rue début février.

A rebours de son ministre, Emmanuel Macron a annoncé que ce type de chasse pourrait se poursuivre en février grâce à une dérogation et limitée par des quotas, a indiqué Willy Schraen. « Nous sommes sur une espèce en surabondance », a justifié le président de la FNC. « La diplomatie française sera saisie de ce sujet, l'Etat français parlera à l'Europe. »

Au-delà de la question de la chasse aux oies, l'ensemble des sujets liés à la chasse française devrait faire l'objet d'une grande réunion nationale en juin. Emmanuel Macron a également donné jeudi, selon la FNC, son feu vert à la réforme de la chasse en France, et validé le permis à 200 euros - contre 400 euros actuellement - que réclamaient les chasseurs.

Source Reuters
Publié par : lesechos.fr

Jeudi 8 Février 2018
 
Willy Schraen s’exprime sur la chasses aux oies et les dossiers en cours


Illustration source : chassepassion.net
 
Willy Schraen s’est exprimé le 5 février soir sur son compte Facebook à travers un message assez long (voir ci-dessous)

Le président de la FNC a souhaité une nouvelle fois réaffirmer sa volonté sans faille de faire bouger les choses. On sent un président touché d’avoir perdu un combat qui lui est cher, à savoir la chasse aux oies en février, mais on y voit aussi beaucoup de détermination et un homme qui maintient son cap en vue des grands changements annoncés de 2018 : permis national à 200€, loi de finances de la chasse…

On y apprend d’ailleurs que Willy Schraen rencontrera le président de la République en personne le 15 février prochain, une étape quasi décisive pour l’avancée des gros dossiers. D’ici là le président de la FNC exhorte les chasseurs qui manifesteront à éviter tout débordement pour ne pas compromettre ces avancées.

 

"Chers amis chasseurs,

quelques jours se sont écoulés depuis ma dernière publication après le revers que nous avons essuyé concernant la chasse des oies en février. Ce fut un moment difficile, où j’ai appris que l’échec n’était pas facile à vivre, ni pour vous, ni pour moi. j’accepte les reproches des uns et des autres, et je vous redis que ce dossier reste prioritaire. Il est légitime de réguler les oies en février, et je porterai devant le président de la république, ce dossier qui est devenu un des grands symboles des chasseurs de gibier français. Ce n’est pas le seul, et je continue à me battre sur tous les tableaux. D’autres acquis feront l’objet de futures attaques, et je sais que les nuits seront courtes, mais je ne peux rien lâcher, et je ne lâcherai rien. J’ai voulu que les choses soient transparentes vis à vis de vous, et je continuerai à vous informer de l’ensemble de la situation. Je sais que la chasse du grand tétras semble lourdement menacée, comme le renard que certains rêvent de protéger partout en France, et cela dans les plus brefs délais.

je commence demain un grand tour des régions françaises pour présenter aux présidents de fédération le projet de réforme du permis national à 200€. Là encore, les choses mériteront un engagement sans limite de toute mon équipe pour que nous arrivions à convaincre tous nos collègues que c’est le sens de l’histoire que de redonner une plus grande accessibilité financière a la chasse, si nous voulons que celle-ci se développe à nouveau. Nouveau challenge, et pas dès moindre !

Un dernier point. Je rencontrerai le président de la république le 15 février prochain dans un tête à tête que lui même a souhaité. J’ai beaucoup de choses à évoquer avec lui, et je sais que comme moi, vous attendez des réponses claires à toutes nos questions et préoccupations ( oies, nuisibles, chasses traditionnelles, permis à 200€…).

Tant que ce rendez-vous ne sera pas passé, je ne ferai aucune démarche publique successible de mettre en danger les négociations qui ont déjà débutées. Je vous rappelle que manifester pour exprimer sa colère est légitime, mais que si les choses devaient déraper, vous risqueriez de compromettre l’avenir de tous. Je ne suis pas contre la manifestation, il faut juste choisir le bon moment, le bon endroit, et surtout savoir rassembler l’ensemble des composantes de la ruralité pour que la démarche porte ses fruits. Rien ne justifie cela pour l’instant, même si nous n’avons pas pu chasser les oies cette année! Rien n’est perdu pour l’avenir, je vous demande encore un peu de patience, et surtout votre soutien sans fialle, car c’est dans celui-ci que je puise toute mon énergie a me battre pour la chasse et les chasseurs de France.

amitiés en st Hubert

willy Schraen

 
 

Publié par : chassepassion.net


Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 



 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt

Contact - Plan du Site - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com