* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter
 
LA FNC INFORME
 
 

Mardi 5 janvier 2021

Un manifeste pour « la chasse, cœur de biodiversité »
à destination des 600 000 élus de la République

 

Source : chassons.com

- La FNC vient de faire parvenir un véritable manifeste pour « la chasse, cœur de biodiversité » aux élus locaux (maires et conseillers municipaux ; conseillers départementaux et régionaux) ainsi qu’aux parlementaires et députés européens. Ils sont près de 600 000 à avoir reçu ce document dont l’ambition est de montrer les chasseurs tels qu’ils sont, en toute transparence, acteurs de leur passion au service d’une biodiversité durable et d’une ruralité vivante. Ces vingt pages sont autant de plaidoyers pour la chasse qui mettent en avant ses apports réels aux territoires ruraux d’un point de vue environnemental, sociétal et économique.

 - Combien d’arbres plantés, de haies entretenues, d’oiseaux bagués, de chemins ruraux préservés, et de fêtes de village organisées ? Qui sait que les chasseurs, dès leur fusil posé, contribuent pour près de 2,9 milliards d’euros à la nature, chaque année ? Qui d’autre peut se prévaloir d’un tel résultat qui bénéficie aux différents usagers de la nature que sont les agriculteurs, les randonneurs, les forestiers… ? Qui connait l’étendue des missions de services publics allouées aux chasseurs, à la fois pour préserver la biodiversité, réguler des espèces et assurer une veille sanitaire de la faune sauvage??

 - L’ambition de la FNC est de convaincre celles et ceux qui se posent des questions souvent légitimes sur cette pratique. La chasse a besoin d’être expliquée : c’est sa meilleure défense. Pour Willy Schraen, président de la FNC : « La chasse est notre bien commun. Nous devons reprendre la main face aux vociférations des « anti » de tous bords, afin d’expliquer ce qu’est réellement la chasse. Malgré le bruit de fond de nos opposants qui travestissement la réalité pour servir leur triste dessein d’une France sans plaisir ni tradition, nous devons parler aux élus mais aussi, plus globalement à l’opinion publique. Ce manifeste donne des clés de compréhension de l’impact positif des chasseurs sur les territoires ruraux. La chasse n’est pas un problème mais bien une solution. Emparons-nous de cet outil et donnons de la voix en 2021 pour expliquer inlassablement autour de nous, ce que représentent la chasse et ses valeurs. »

Pour télécharger ce manifeste, cliquez-ici
Publié par : chassons.com


Vendredi 13 Novembre 2020
La FNC et le monde agricole
interpellent Barbara Pompilli sur les dégâts
Certains départements peinent à mettre en place les mesures prévues par la circulaire du 31 octobre 2020 signée de la Ministre de l’Ecologie et de la Transition Solidaire.

 - Chasseurs et monde agricole sont extrêmement préoccupés par cette situation. Ainsi, la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) et le monde agricole (FNSEA, JA et APCA), viennent d’ecrire à Barbara Pompili, Ministre de la Transition Ecologique  et à Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture, au sujet des dégâts agricoles et de la chasse en période de confinement.

Voici le courrier
 
 
 
 
Publié par : chassepassion.net

Lundi 12 Octobre 2020
 
LA FNC COMMUNIQUE


Proposition de loi Villani : le bon sens l’a emporté !


Le groupe parlementaire EDS avait mis au débat pas moins de 4 propositions de loi (PPL) dont celle relative aux souffrances et conditions de vie des animaux dans sa niche parlementaire du 8 octobre. Cette PPL arrivait en deuxième position à l’agenda du jour de l’Assemblée nationale.

 - C’est donc très tardivement que la proposition de loi portée par Cédric Villani (EDS) qui en est rapporteur, a été débattue jeudi. Cette PPL, « relative à des premières mesures d'interdiction de certaines pratiques génératrices de souffrances chez les animaux » qui n’est qu’un « copier-coller » du RIP n’a bénéficié que de deux heures de discussion. La faute à Cédric Villani et à son groupe parlementaire qui confondent, depuis le dépôt de cette PPL, vitesse et précipitation !

 - Si la volonté de Cedric Villani était de provoquer une réelle réflexion sur cette question de la maltraitance animale, il s’y serait pris autrement. Déjà en favorisant, au préalable, le dialogue avec les parties prenantes, comme les chasseurs, mais aussi les éleveurs, les propriétaires de cirques ambulants, les delphinariums et les professionnels de la fourrure…  De plus, cette PPL qui ne se fonde sur aucune étude d’impact quant aux conséquences économiques et sociales des mesures d’interdiction, témoigne d’un réel amateurisme et d’une grande méconnaissance des sujets !
 - Ce texte, avant son passage en Commission des affaires économiques, ressemblait à s’y méprendre à une boite de Pandore, pleine de contradictions pour exister médiatiquement.
 - La FNC tient à saluer le travail de bon sens des parlementaires qui ont discuté cette PPL en Commission des affaires économiques et dans l’hémicycle. Au final, hier soir, seul l’article 1 de ce texte a été voté et la PPL rejetée.
 - La FNC tient à apporter son soutien aux activités qui ont subi la fronde injustifiée de ceux – partisans d’une écologie de l’extrême – qui n’ont que l’interdiction comme levier d’action politique. La chasse française – qui n’a de cesse de se réformer –  sera particulièrement vigilante aux suites qui seront données à cette attaque en règle du mode de vie des ruraux qui, sans aucune concertation, est arrivée sur les bancs de l’Assemblée hier. Ne nous leurrons pas, le débat ne fait que commencer !

 
  •     "Ce 8 octobre, le débat n’a fait que renforcer cette fracture idéologique ressentie par les ruraux alors qu’ils exercent leurs activités de manière tout à fait légale et encadrée comme les chasses traditionnelles, la chasse à courre, le déterrage et toutes les chasses aux chiens courant. Sans oublier les autres activités qui ont voulu être sacrifiées sur l’autel médiatique d’un groupe parlementaire en mal de reconnaissance. Je dénonce cette hypocrisie qui consiste à agiter le bâton et l’interdiction dans le seul but d’exister politiquement et de donner des gages aux franges les plus extrêmes de l’écologie et de la protection animale."

    Willy Schraen, Président de la FNC
 
Publié par : chasseurdefrance.com

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png