* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

LES ACTUALITES  DU JOUR 
 


   Paca 
La controversée chasse à la glu
entre les mains du Conseil d’Etat


https://img.20mn.fr/9IBwMhkXTTuiXzaAJBDo1Q/640x410_grive-illustration.jpg
Une grive (illustration). — Mary Evans/SIPA - Source : 20minutes.fr
 

 
Une association de défense des animaux porte ce mercredi devant le Conseil d’Etat une pratique ancestrale de chasse des oiseaux typique de la région Paca, la chasse à la glu

 
  • L’association One Voice attaque devant le Conseil d’Etat les arrêtés autorisant la chasse à la glu.
  •     Cette méthode de chasse des grives et merles est pratiquée de manière traditionnelle en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
  •     Elle consiste à enduire les tiges de colle pour capturer les oiseaux.
Le Conseil d’Etat va-t-il interdire la chasse à la glu ?
 
- « Mercredi 20 novembre marquera un tournant – espérons-le, décisif –, contre la chasse à la glu, piégeant cruellement les petits oiseaux ?par cette méthode qui les empêche de se détacher, les fait paniquer, se blesser, voire mourir, affirme One Voice dans un communiqué de presse. Jamais encore cela n’était arrivé : le rapporteur public s’apprête à conclure au renvoi de tous les arrêtés ministériels sur la chasse à la glu que One Voice, association de défense des animaux, avait attaqués au Conseil d’Etat en 2018, devant la cour de justice de l’Union européenne. »
 - Ce mercredi, l’association de défense des animaux porte devant le Conseil d’Etat son combat contre les méthodes traditionnelles de chasse de plusieurs oiseaux, dont la chasse à la glu. La structure a décidé d’attaquer les arrêtés pris en 2018 par le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui autorise le piégeage des grives et merles selon cette technique traditionnelle de chasse pratiquée en Provence-Alpes-Côte D’Azur.

Des oiseaux capables de souffrir
 - « Des études scientifiques ont démontré la capacité des oiseaux à souffrir, rappelle Me Arielle Moreau, avocate qui conseille l’association One Voice sur ces sujets. Là, avec ces méthodes, on arrache par exemple les plumes des oiseaux. Ce n’est pas parce que la tradition permet de faire quelque chose de cruel qu’il faut continuer ! »
 - Selon l’avocate de One Voice, ce type de chasse est de plus nuisible pour la biodiversité. « On ne peut pas s’assurer qu’est prélevée la seule espèce autorisée pour ce type de chasse, affirme Me Arielle Moreau. Il n’y a pas de contrôle suffisant. Certes, les méthodes de chasse traditionnelles des oiseaux ne touchent que de 10 % de la population totale. Mais on constate tous une disparition de nos oiseaux dans nos campagnes. Pourquoi continuer à prélever même une petite quantité quand on connaît cette situation de raréfaction des oiseaux ? »

« L’essence de nos régions »

 - De quoi faire pousser des cris d’orfraie à la Fédération nationale des chasseurs de France qui sera partie prenante de cette audience devant le Conseil d’Etat. « Si on regarde le droit pur, concernant la chasse à la glu, nous n’avons rien à reprocher à la France, affirme Me Charles Lagier, qui conseille la fédération sur ces questions. Un arrêt de la cour de Luxembourg de 1988 donnait raison à la France et autorisait ce type de chasse. L’association One Voice a jusque-là échoué sur le terrain du droit. Elle cherche donc à investir celui de la sensiblerie en brandissant l’argument de la cruauté qui n’est pas prévu par les directives européennes. »

Et de s’agacer : « On constate qu’on cherche dans notre société à détricoter l’essence de nos régions. Ici, c’est la corrida. Là, c’est le foie gras. Maintenant, il y a la chasse aux gluaux. Il faut dire stop ! Tout ceci est de plus extrêmement encadré ! »
Pour la saison 2019-2020, l’Etat français a autorisé 42.500 captures à la glu de grives et merles noirs, uniquement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Mathilde Ceilles
Publié par : 20minutes.fr
================

 
   Deux-Sèvres - 79

Une formation de sécurité pour les chasseurs à Cerizay

Les chasseurs ont pu réapprendre à charger et décharger leur arme en toute sécurité. / © Charlotte Rothea - France Télévisions
Les chasseurs ont pu réapprendre à charger et décharger leur arme en toute sécurité.
/ © Charlotte Rothea -
france3-regions.francetvinfo.fr

À ce stade de l'enquête, les accidents de chasse du week-end dernier seraient dus à des manquements aux règles de sécurité. Pourtant, des stages sont organisés par les fédérations de chasse, comme ce mercredi 20 novembre à Cerizay, dans les Deux-Sèvres.

Les accidents de chasse de ces derniers jours seraient dus à des manquements aux règles de sécurité selon les premiers éléments de l’enquête. Pourtant, des formations existent.

Une formation théorique et pratique

 - Plusieurs fois dans l’année, une journées de formation pour les chasseurs est organisée par la fédération des chasseurs des Deux-Sèvres. Une vingtaine de personnes sont présentes ce mercredi pour cette session à Cerizay.
 - La matinée est consacrée à de la théorie et au rappel des règles de sécurité. L’après-midi se déroule dans un stand de tir où les conditions de chasse ont été reproduites. Ces stages sont organisés depuis près de 20 ans comme le rappelle Guy Guédon, le président de la fédération des chasseurs des Deux-Sèvres.
  •     "Le stage organisé aujourd’hui n’est pas du tout en réaction aux accidents de ces derniers jours. Il fait partie d’un cycle de formation de 20 journées par an. À Cerizay aujourd’hui, c’est la dernière journée de stage de notre campagne 2019."   - Guy Guédon, président de la Fédération des Chasseurs des Deux-Sèvres

Un stage bientôt obligatoire

- Cette journée de stage est une forme de piqûre de rappel des règles de sécurité. La participation à cette formation se fait sur la base du volontariat, sauf pour les responsables de battue et les responsables de ligne pour qui, elle est obligatoire. Entre 500 et 600 chasseurs sont formés chaque année dans le département. Un nombre qui devrait augmenter.

 
  •     "Jusqu’à présent, cette formation se fait sur la base du volontariat. À partir du 1er juillet 2020, la loi du 24 juillet 2019 imposera à tous les chasseurs une formation sécurité tous les 10 ans."     - Guy Guédon, président de la Fédération des Chasseurs des Deux-Sèvres

Positionner son arme à minimum 30 degrés des voisins, charger et décharger en toute sécurité, pour de nombreux élèves, les rappels sont nécessaires. Sur les 10.400 chasseurs que compte le département des Deux-Sèvres, 3.7000 ont reçu une formation de sécurité.

Par Valériane Gouban
Publié par : france3-regions.francetvinfo.fr

================
 
 
Oreillette et casque caméra pour chien d’intervention
parmi les nouveautés présentées au salon Milipol



https://www.woopets.fr/assets/img/007/417/laptop/oreillette-et-casque-camera-pour-chien-d-intervention-parmi-les-nouveautes-presentees-au-salon-milipol.jpg
 
© Capture d'écran YouTube - Source : woopets.fr

Une entreprise essonnienne a présenté, lors du salon Milipol Paris, 2 de ses créations dédiées aux chiens des forces de sécurité et de secours : un dispositif audio et un casque munis de caméras.

Il existe aujourd’hui environ 4000 chiens d’intervention au sein des forces de sécurité et services de secours en France, rappelle Europe 1, qui parle de cette société basée à Montlhéry (Essonne) et baptisée Morin.

 - Des Bergers Allemands et des Bergers Belges Malinois notamment, qui sont souvent envoyés en éclaireurs en bravant tous les dangers, soit pour retrouver des personnes enfouies sous les décombres, soit pour débusquer des individus dangereux. C’est donc à destination de ces quadrupèdes spécialisés que l’entreprise Morin a mis au point 2 systèmes embarqués, l’un audio et l’autre vidéo. Des créations qui sont actuellement présentées à Milipol Paris, le salon de la sécurité intérieure des Etats. Il a ouvert ses portes ce mardi (19 novembre 2019) et se poursuit jusqu’à vendredi à Villepinte, en Seine-Saint-Denis.

C’est Thomas, un ancien membre opérationnel du GIGN, qui est derrière ces 2 inventions. Il a mis à profit son expérience en tant que maître-chien au sein de la célèbre unité d’intervention de la gendarmerie pour créer tout d’abord les oreillettes canines. Celles-ci permettent en premier lieu au chien « d’être protégé auditivement » contre les bruits susceptibles de le perturber, comme les détonations et les coups de feu, comme il l’explique au micro d’Europe 1. Dans le même temps, le dispositif est un outil de communication ; grâce à un micro, le maître-chien peut donner ses ordres à l’animal à distance et le guider.

 
(Crédit photo : Aude Leroy / Europe 1)- Source : woopets.fr

Le second gadget présenté s’appelle K9 Vision. Il s’agit d’un casque pour chien muni de 2 caméras : une à l’avant et une à l’arrière. Ce qui offre la possibilité au maître d’avoir un visuel en temps réel sur ce que voit le chien pendant qu’il progresse sur la zone d’intervention, ainsi que sur ce qui se passe derrière lui.
Dans la vidéo ci-dessous, publiée en juillet dernier sur YouTube, Thomas décrit ce casque à caméras pour chien :
Ecrit par Alexandre Dieu
Publié par : woopets.fr

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com