* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

LES ACTUALITES  DU JOUR 
 


   Morbihan - 56
Dans les coulisses d’une chasse à courre
dans une forêt du Morbihan

Le piqueux est le cavalier qui dirige la meute de chiens, ici en pleine chasse à courre dans la forêt de Lanouée dans la Morbihan, le 19 octobre 2019.Le piqueux est le cavalier qui dirige la meute de chiens, ici en pleine chasse à courre dans la forêt de Lanouée dans la , le 19 octobre 2019. | Valentin Belleville / ouest-france.fr

Une grande chasse à courre a été menée, samedi 19 octobre, dans la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Cette pratique est régulièrement remise en cause par des militants anti-vénerie, ce qui crée une tension forte lors de ces chasses. Plongez dans les coulisses d’une grande vénerie avec notre reportage vidéo.

 - La forêt de Lanouée, dans le Morbihan, s’est agitée au son des cors samedi 19 octobre : l’équipage de chasse à courre de la Hardouinais s’est élancé à la poursuite d’un cerf. La meute de chiens, les chevaux et les veneurs se sont rassemblés dans la matinée avant de lancer la poursuite.

 - Les chasses à courre ont suscité le débat ces derniers mois. Des groupes de militants opposés à cette pratique ont parfois interrompu les parties. L’équipage de la Hardouinais s’y était préparé samedi, dans une ambiance tendue. Finalement, les opposants ne se sont pas présentés.


Notre reportage vidéo sur les préparatifs de cette chasse à retrouver ci-dessous.


Ce samedi, le cerf a pu en réchapper. Les chasseurs sont rentrés bredouille.

Publié par :
ouest-france.fr
================

   Finistère - 29
 

Anse de Kerogan. Les chasseurs déboutés

https://www.letelegramme.fr/images/2019/10/22/l-anse-de-kerogan-au-niveau-de-keraval_4871023_540x269p.jpg?v=1
L’anse de Kerogan au niveau de Keraval. (letelegramme.fr/Ronan Larvor)

 
La cour administrative d’appel de Nantes a rejeté la demande de l’association de chasse sur le domaine public maritime du Finistère (ACDPMF) qui contestait la création, depuis août 2015, d’une « zone de protection du biotope » dans la baie de Kerogan, à cheval sur Quimper et Plomelin (29).

Les chasseurs - qui avaient été déboutés en première instance, en mars 2018, par le tribunal administratif de Rennes - maintenaient que cet arrêté d’instauration d’une « zone de protection du biotope » dans la baie de Kerogan, revenait à y « interdire la chasse » et était « disproportionné » par rapport aux objectifs visés.
 - Mais ce lundi, la cour administrative d’appel de Nantes a confirmé le jugement de première instance. L’arrêt rendu par la juridiction estime que cette zone, située à cheval sur les territoires de Quimper et de Plomelin, présente un « grand intérêt ornithologique », puisqu’elle accueille des espèces comme l’avocette élégante, le balbuzard pêcheur ou encore le faucon pèlerin. La cour a rappelé que l’arrêté visait à la protection d’un secteur englobant « l’Ile-aux-Rats et (…) les 50 mètres autour de cette île ainsi qu’à l’intérieur d’une bande de 150 mètres à partir de la berge, sur une partie des rives droite et gauche de la baie ».

Ni chasse, ni sports trop bruyants, ni cerfs-volants
 - Les mesures de protection sont larges et dépassent le contentieux « entre maintien des traditions séculaires et protection de l’environnement », avait estimé le rapporteur public, lors de l’audience de la cour d’appel. Les mesures, outre l’interdiction de la chasse, imposent l’interdiction « d’abandonner des déchets, d’émettre des bruits susceptibles de troubler la quiétude (…) des oiseaux, de s’adonner à la pratique de sports ou jeux utilisant des engins volants (…), bivouaquer, faire du feu et introduire des espèces invasives ».
 - Surtout, cette « zone de protection du biotope » est « le plus important secteur de concentration d’oiseaux d’eau hivernant de la vallée de l’Odet », a souligné la cour. Il convient de leur laisser « une zone de passage et de repos » dans les « vasières, roselières, et estrans sablo-vaseux d’un grand intérêt pour l’avifaune ». « En tout état de cause », concluent les juges en rejetant les arguments des chasseurs, l’association requérante n’apporte aucun élément de nature à établir que les activités faisant l’objet de mesures d’interdiction n’occasionneraient qu’un « dérangement » pour les oiseaux et non « un risque de dégradation des milieux ou des habitats ».

Publié par : letelegramme.fr
================
  Centre-Finistère

Cinq chiens de chasse disparaissent de leur chenil


Mistral, comme quatre de ces copains ont disparu de leur maison de Pleyben, depuis le 16 octobre 2019.
| Claudette  Flammer - Source :
ouest-france.fr


Triste surprise pour cet éleveur de la commune de Pleyben (Finistère). Il y a quelques jours, cinq épagneuls bretons de son petit élevage ont disparu. Pas d’effraction, pas d’alerte donnée par le beauceron, mais au petit matin le propriétaire découvre sa voiture bloquée par des palettes et des traces de passage dissimulées.

« Où sont-ils ? Est-ce qu’ils sont bien traités ? On pense à eux, c’est les copains. » Quelques jours après la disparition de ses chiens, Henri Floc’hic est triste et désolé. Dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 octobre 2019, cinq épagneuls bretons de son petit élevage familial qui en compte huit ont disparu.

« C’était une nuit particulière, se souvient Henri Floc’hic. La pluie battante couvrait tous les bruits, les chiens étaient dans leurs box. » L’homme se couche et se lève comme d’habitude, pour partir au travail vers 3 h 30.
Las. Quand il veut récupérer sa voiture, stationnée dans le hangar, elle est bloquée à l’avant par des palettes de bois et des poubelles. Pensant à une mauvaise blague, il prend la route dans la nuit et en avertit sa compagne dans la matinée. N’étant pas à l’origine de l’initiative, elle sort alors de la maison située à quelques mètres des box, de l’autre côté de la cour et découvre que Ouzpen (un mâle de 18 mois), Mistral (mâle de trois ans), Faro (mâle de neuf ans), Glazick (femelle de huit ans) et Pin Up (femelle de quatre mois) manquent à l’appel. Des chiens de chasse vifs et avec du caractère.

Source : ouest-france.fr

Pas d’effraction, pas d’alerte donnée par leur beauceron situé à l’entrée des box, mais dans la cour, les traces d’un passage ont été dissimulées. Le racloir a été retrouvé abandonné à l’entrée d’un champ situé un plus près de la route départementale.

Pour Henri Floc’hic qui élève des chiens de chasse depuis 34 ans, « c’est un traumatisme affectif plus que tout ». Lui et sa compagne, Claudette, en appellent à la bienveillance de tous. Leur message sur Facebook, pour tenter de retrouver leurs animaux a déjà été partagé plus de 11 000 fois. En vain pour l’heure.

Dans le même temps, ils ont déposé plainte à la gendarmerie. Une enquête et en cours. Pour tout renseignement : Tél. 06 72 96 58 02 (Claudette Flammer).

Carole TYMEN
Publié par : ouest-france.fr

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com