* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter

 

LES ACTUALITÉS  DU JOUR
 

Lozère :

«  mon objectif est bien d’éliminer les loups qui tuent le bétail »

 
 
 

Cette petite phrase du préfet ne sera pas passée inaperçue. Il l’a prononcé lundi 26 septembre en réponse aux cris de ras le bol des éleveurs qui manifestaient à Mende.

 - Ils auront été entendus, les éleveurs ont dû faire le bras de force lundi devant la préfecture où se tenait une réunion du « comité grands prédateurs ». La FDSEA Lozère avait appelé les éleveurs en expliquant : «  La peur doit changer de camp ! … le loup, créature intelligente, arrive sans difficulté à passer les défenses établies par les éleveurs, même les plus élaborées. En rendant toute attaque sur les troupeaux mortellement dangereuse, il comprendra son intérêt à se contenter de la faune sauvage …Le point de non-retour a été atteint … Le loup doit être régulé si l’on veut conserver l’agriculture de notre département ».
 - Selon les chiffres de la préfecture, 224 animaux d’élevage, principalement des ovins, ont été tués lors d’attaques de prédateurs en Lozère depuis le début de l’année et plus de 160 blessés. Plus de 80% peuvent être attribuées à des loups.
 - Quelques 200 personnes ont répondu présent à cet appel, et la manifestation a été source de tensions quand les éleveurs ont voulu faire rentrer des brebis dans la préfecture.


 


 - Philippe Castanet, le préfet de la Lozère, a bien compris le message et en fin de journée il a répondu aux éleveurs : « Jusqu’à présent, on n’a pas tué de loups de manière régulière en Lozère. Mais on a pris des dispositions très concrètes pour y arriver. Soyez assurés que mon objectif est bien d’éliminer les loups qui tuent le bétail ». Il a annoncé avoir autorisé des « tirs de prélèvement » contre les « loups qui tuent le bétail ». « Pour la première fois en Lozère, des groupes de chasseurs » organisés pourront effectuer des « tirs de prélèvement » pour tuer un loup, une mesure qui va au-delà du simple tir de défense déjà autorisé pour défendre son troupeau lors d’une attaque, a annoncé le préfet du département.

Plus : le reportage de la chaine KWZ tv Lozère


Par : lechasseurfrancais.com

Doudoune, bibine et col roulé, avec 19 degrés,

les chasseurs préparés pour l’hiver !

 
 

À? en croire les médias de tous bords, les chasseurs auraient un penchant avec les Côte-Rôtie, le Chambolle-Musigny et le Pommerol. Les chefs cuisiniers qui les côtoient disent d’eux qu’ils aiment le fromage qui pue, la viande pendante qui suinte au-dessus de la cheminée ou encore le calva entre deux plats pour remettre le tracteur sur la mobylette. La belle-mère du chasseur de son côté ne supporte guère l’odeur du teckel dans la vieille Merco et encore moins celle du cigarillo fumé en cachette dans le garage de Papi à l’heure où la belle doche dort déjà.

  - Cette description au demeurant quelque peu dégoulinante n’est-elle pas en fait ce que bon nombre de français aiment ? Le vin, le fromage, la rusticité, les bandes de copains et même les blagues, parfois « olé olé ». Compte tenu de l’hiver glacial que nous prévoient Le Maire, Macron et consorts et qui ont déjà sorti le pull de chauffe pour montrer l’exemple, le chasseur ne va-t-il pas pour une fois tirer l’épingle de son jeu dans cette cavale alcoolique nauséabonde qu’on lui propose depuis une semaine ?
 -  19 degrés pour le chasseur, c’est la température courante à l‘ouverture lorsqu’il part chercher au beau milieu de l’étang son premier canard. C’est le souffle de l’air qui le réveille sur son mirador lors des matinées d’affût. C’est la température de la cabane lorsque DD est arrivé à 06h le matin pour attiser quelques fagots et rendre agréable une arrivée dominicale à 07h pour ses camarades.
  - Mais nos hommes politiques ont-ils pensé aux autres ? Ceux qui n’ont pas la chance d’avoir connu une matinée de 3 heures en forêt sur un petit siège de battue alors qu’il fait -7°C. Ont-ils pensé à ceux qui comme Hugo Clément n’aiment pas le vin tout en tentant quand même d’en parler ? Ont-ils pensé à tous ceux qui sont obligés de mettre 4 couches de pulls, chaussettes et autres marcels pour ne pas avoir froid alors même que notre veste chauffante dernier cri nous permet de rester immobile plusieurs heures sans avoir le moindre frétillement dans le bas des reins ? L’orange ce n’est pas toujours très classe mais au moins pour une fois nous serons fiers de dire que nous avons chaud.
  - Ont-ils pensé à nos chroniqueurs préférés qui risquent de ne pas passer l’hiver justement. Comment Guillaume Meurice réussira-t-il à gindre les chasseurs emmitouflés dans ses 7 marcels ? Comment Charline Vanhoenacker pourra-t-elle s’égousser en écoutant une énième chanson de Frédéric Fromet, « Papa chasseur, Papa tireur, dans le tas, parfois sur les promeneurs. » ?
 - Comment Nagui pourra-t-il une nouvelle fois parler des chasseurs, ces êtres qui consomment beaucoup d’alcool avec une chemise blanche fermée jusqu’en haut pour ne pas goutter du nez ? Non, nos hommes politiques ne sont pas responsables. 19 degrés, là où Thierry reste figé des heures les bottes coincées dans la flotte gelée pour le plaisir d’entendre quelques bernaches, sarcelles et autres pilets lui réchauffer tant le cœur, ce n’est vraiment pas chrétien.
 - Cet hiver, nos chroniqueurs en herbe auront peut-être pour la première fois de leur vie, certainement froid, dans leur 45 mètres carrés à République. Ceux qui aiment la vie, le Berry, la chère, la Lozère, les saisons, l’Aveyron, la neige, l’Ariège, n’auront pas froid. Le tison, les chansons, le Morgon et surtout les compagnons comme depuis la nuit des temps les réchaufferont.

 
Par Baudouin de Saint Léger
Publié par : chassons.com


 

Vidéo :
Alcool à la chasse, TF1 donne la parole aux chasseurs

 
 

Source : chassons.com

Une équipe de la chaine de télévision TF1 est allée à la rencontre des chasseurs de l’association communale de chasse agrée (ACCA) de Castanet-le-Haut, dans l’Hérault, le weekend dernier, à l’heure du repas, dans leur relais de chasse situé au col de la  Croix-de-Mounis.

  - Les journalistes n’ont pu que constater qu’après une matinée de chasse et avant une nouvelle après-midi à traquer le grand gibier, les nemrods n’avaient que de la grenadine et de l’eau pétillante sur leur table. La parole leur a été donnée et tous ont souligné les changements profonds qui s’étaient opérés dans le milieu cynégétique depuis plusieurs dizaines d’années et notamment au niveau de l’alcool qui n’est consommé qu’une fois la journée de chasse terminée.
 - De plus, le rajeunissement et la féminisation des effectifs n’ont fait que renforcer ce phénomène rendant certainement superflue la proposition des sénateurs de prohiber totalement l’alcool à la chasse et de contrôler l’alcoolémie des chasseurs. Constatez la tempérance des chasseurs en regardant cette vidéo :

Par Frédéric Buszkowski
Publié par : chassons.com


 

Paulette, présidente d’une société de chasse

à propos de l’interdiction de l’alcool : « C’est ridicule! »

 
 

Source : chassons.com

Dimanche 25 septembre, notre confrère de la presse locale, La Presse de la Manche, est allé à la rencontre de Paulette, une dynamique sexagénaire qui chasse depuis près de 40 ans et est présidente de la société de chasse de Bolleville, dans le département de la Manche, depuis plus de 23 ans. L’entretien s’est déroulé lors de l’ouverture générale de la chasse pour ce département alors que Paulette chassait avec Black, son setter, sur la commune voisine de Saint-Jores.

 - Si cette passionnée a raconté à notre confrère son long et riche parcours cynégétique et principalement les transformations qu’elle avait constatées depuis son premier permis pris en 1983, avec notamment une féminisation du milieu de la chasse, elle a tenu à aborder la question sensible de la proposition des sénateurs de la commission sur la sécurité à la chasse qui préconise une interdiction totale de l’alcool pendant les activités cynégétiques.
 - Celle qui dirige donc une société de chasse depuis plusieurs décennies et qui est passionnée par la chasse depuis sa plus tendre enfance a déclaré : « Il y en a ras le bol ! Les accidents sont tellement rares. C’est ridicule ! On nous stigmatise encore, alors que la très grande majorité des chasseurs sont responsables. Il n’y a jamais d’apéritif avant de partir chasser » . Ce cri du cœur de celle qui est par ailleurs trésorière adjointe de la fédération départementale des chasseurs de la Manche (FDC 50) illustre bien l’exaspération de l’ensemble du monde de la chasse, plus que fatigué d’être pointé du doigt par une large part des médias qui voudrait faire croire au public que les chasseurs sont des irresponsables.

Par Frédéric Buszkowski
Publié par : chassons.com

 

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse