* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

LES ACTUALITES  DU JOUR 
 


   Indre-et-Loire - Chambray-lès-Tours - 37

La grande battue aux sangliers de dimanche
fait réagir les anti et les pro-chasse
La présence de 140 chasseurs, dimanche, de part et d'autre de la rocade sud de l'agglomération, et sur l'ancienne ligne TGV désaffectée, a suscité des centaines de réactions de lecteurs.
La présence de 140 chasseurs, dimanche, de part et d'autre de la rocade sud de l'agglomération, et sur l'ancienne ligne TGV désaffectée, a suscité des centaines de réactions de lecteurs. © lanouvellerepublique.fr, Hugues Le Guellec

 Les reportages parus dans la NR, dimanche et lundi, sur la battue administrative le long de la rocade sud de l'agglo et de l'ancienne ligne LGV, autour de Chambray-lès-Tours, ont suscité des centaines de commentaires sur notre site.

 - Les reportages sur la chasse suscitent leur lot habituel de réactions. Mais depuis dimanche midi, ce sont des centaines de commentaires qui ont suivi la publication sur le site web de la NR, sur notre page Facebook, et ce lundi, dans les colonnes du journal, des reportages consacrés à la grande battue administrative aux sangliers organisée dimanche à Chambray-lès-Tours. Ces reportages avaient  provoqué 3.770 réactions, commentaires et partages, sur Facebook, à 17 h 30, ce lundi 27 janvier.
 - La présence de 140 chasseurs ( dont une majorité de chasseurs à la carabine et quelques archers) le long de la rocade sud de l'agglo et sur l'ancienne ligne LGV, n'a pas plu à tout le monde.
 - En premier lieu aux usagers de la rocade, limitée à 50 km/h ce dimanche-là, sur une seule voie de circulation dans les deux sens, qui pouvaient s'étonner de la proximité de tous ces chasseurs en chasuble  fluo, armés, disposés le long de la deux fois deux voies.
 - Etonnement et interrogations aussi chez les promeneurs du dimanche, vététistes, randonneurs et cyclotouristes, pas toujours rassurés de se balader en sachant qu'on tire à balle dans les parages.
 - Enfin, les anti-chasse ont trouvé là une occasion rêvée de dénoncer la chasse et les chasseurs, battue administrative ou pas.


 
" On ne peut plus se permettre de laisser proliférer les populations de sangliers en milieu péri-urbain, cela représente trop de dangers" assure Pascal Pinard de la DDT 37 ( à gauche) ici aux côtés d'un responsable de meute de chiens.
" On ne peut plus se permettre de laisser proliférer les populations de sangliers en milieu péri-urbain, cela représente trop de dangers" assure Pascal Pinard de la DDT 37 ( à gauche) ici aux côtés d'un responsable de meute de chiens. © lanouvellerepublique.fr, Pascal landré

 - Exemple avec Roland Meurgey, de Chambray-lès-Tours, délégué  de l'Association de protection des animaux sauvages (ASPAS), qui estime que " nos chers premiers écolos de France sont complètement dépassés par une  situation". Et de citer " la déprise agricole, le changement climatique  et aussi, bien sûr, une trop faible quantité de grands prédateurs en France, ours, lynx, loups" ( sic !) tout en reprochant aux chasseurs d'avoir " financé de grands élevages de sangliers pour en faire de futurs trophées (...) opéré des croisements entre sangliers pure race et porcs domestiques pour obtenir des animaux moins agressifs et plus faciles à tirer ( ...) d'organiser des lâchers massifs de ces cochongliers qui se reproduisent plus vite et plus souvent que leurs cousins sauvages..."
 - Des propos que la Fédération de chasse réfute et dément régulièrement en pointant du doigt "une méconnaissance totale du terrain des auteurs de ce type de réaction".

 - Si les  anti-chasse se sont défoulé sur internet pour dénoncer cette battue,  leurs propos étaient aussi souvent contestés par ceux qui comprennent qu'une régulation est nécessaire, d'autant plus en milieu péri-urbain.  Pascal Pinard , responsable Chasse et Biodiversité à la Direction départementale des territoires ( DDDT 37, préfecture) raconte  qu' "un hiver, dans le parc de Montjoyeux à Tours où les sangliers devenaient beaucoup trop envahissants, les habitants s'étaient opposés à ce que nous organisions des captures dans des cages, sachant que les animaux seraient éliminés par la suite. Au printemps suivant, les mêmes réclamaient qu'une battue soit organisée car ils se faisaient courser par les sangliers en se promenant dans les bois..."

Trois animaux tués ce lundi au centre aéré de la Charpraie à Chambray
 - Ce lundi 27, une nouvelle battue administrative organisée dans l'enceinte du centre de loisirs de la Charpraie, à Chambray, avec une dizaine de chasseurs engagés, a permis de tuer trois sangliers dont un mâle de 100 kg, qui a blessé plusieurs chiens avant d'être abattu.
 - D'autres actions, comme du tir à l'affût ou du piégeage, pourraient avoir lieu dans les semaines à venir, sous l'égide de la DDT 37 et de l'Office national  de la chasse et de la faune sauvage ( ONSFS) , dans l'agglomération tourangelle.


Par : Pascal landré
Publié par : lanouvellerepublique.fr
=================
   Jura - 39
Sérothèque :
une collecte particulière et si utile


 
 
Illustration source : chassepassion.net
 
 
- La FDC du Jura est fière de sa collecte si particulière! En effet, cette structure cynégétique possède désormais pas moins de 100 prélèvements qu’elle a pu obtenir grâce aux disciples de Saint Hubert de ce département.

 - Ainsi, ces échantillons récoltés afin d’avoir une bonne cartographie animale sont stockés au Laboratoire d’Analyse du Jura, cette structure départementale espèrant arriver à détenir 150 échantillons par année pour avoir un panel annuel complet. Ces prélèvements, bien en sécurité serviront à permettre de dater, de comparer et d’analyser en cas d’épizooties ou de nouvelles pathologies sur les animaux sauvages et ainsi mieux lutter contre celles-ci.
 - Agissant dans le cadre de la prévention, le Laboratoire d’Analyse du Jura a pour vocation de prévenir en cas de crise sanitaire majeure comme par exemple la peste porcine africaine et d’analyser des échantillons d’animaux morts ou malades afin de les comparer à son référencement d’animaux seins afin de lever toute suspicion sur la faune jurassienne ou de sonner la sirène d’alarme.
 - Véritable volonté de la Fédération Nationale des Chasseurs, la sérothèque est un concept qui a été proposé à deux fédérations départementales par région par la Commission « Bien Traitance animale et expertise sanitaire » de la FNC et ce sont des chasseurs formés pour effectuer des prélèvements qui effectuent les prélèvements de sang et de rate de grand gibier afin de constituer une banque de donnée.
Ceci prouve encore une fois que le monde cynégétique est garant de la bonne santé de la nature  renforçant encore le fameux réseau de veille sanitaire SAGIR qui avaient été mis en alerte notamment lors de l’épizootie de grippe H5N1.

Publié par :
chassepassion.net
=================

   Puy-de-Dôme - Chamalières - 63
 
Y a-t-il un empoisonneur de chiens à Chamalières ?

A Chamalières, des boulettes de viande contenant de la javel ont été retrouvées dans le parc du presbytère rue Chateaubriand par Danièle Pormenté lors de ses promenades avec son chien Oscar. / © P. Felix / France 3 Auvergne
A Chamalières, des boulettes de viande contenant de la javel ont été retrouvées dans le parc du presbytère rue Chateaubriand par Danièle Pormenté lors de ses promenades avec son chien Oscar. / © P. Felix / Source : france3-regions.francetvinfo.fr

A Chamalières (Puy-de-Dôme), depuis le 1er janvier, plusieurs chiens auraient été victimes d’empoisonnement dans le parc du presbytère rue Chateaubriand. Des boulettes de viande contenant des pastilles de javel ont été retrouvées dans le parc.

A Chamalières, près de Clermont-Ferrand, des boulettes de viande contenant des pastilles de javel auraient été retrouvées dans le parc du presbytère rue Chateaubriand. Plusieurs chiens auraient été victimes d’empoisonnement. C’est le cas du cocker anglais de Marie Simonini. Cette habitante de Chamalières a cru perdre son animal de compagnie : « Je l’ai amené chez le vétérinaire, il lui a fait une piqure, mais comme mon chien a 14 ans il a failli ne pas s’en sortir. Heureusement, il a survécu. »
 
https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/p261x260/81626209_611908969624084_4918019681731739648_o.jpg?_nc_cat=106&_nc_ohc=h5-LyWdIcjYAX93C6NT&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&_nc_tp=6&oh=8e694e9000213e0ecd1a32e9e24c5468&oe=5EC60872
Boulette retrouvée encore cet après-midi-Source : france3-regions.francetvinfo.fr

 
Selon elle, d’autres Chamaliérois auraient également vu leur chien tomber malade à la suite d’une promenade dans ce parc. « Ça a commencé au 1er janvier, puis les choses s’étaient calmées, et depuis une semaine il y a de nouveaux cas », explique la propriétaire. C'est le cas de Danièle Pormenté, autre habitante de Chamalières, dont le golden retriever Oscar a mangé une boulette à la javel vendredi 24 janvier. Elle a emmené son animal chez le vétérinaire mais souhaite continuer à fréquenter le parc. Marie Simonini, elle, prévoit de déposer plainte.

Des patrouilles organisées autour du parc
Elle a également alerté la mairie de Chamalières qui a affirmé suivre ce signalement avec beaucoup de vigilance : « Nous avons mis en place des patrouilles pour surveiller le parc ainsi que des barrières pour interdire l'accès au parc, par mesure de précaution », affirme Xavier Bousset, adjoint à la sécurité de la mairie de Chamalières. Il rappelle toutefois que contrairement à certaines informations qui circulent sur les réseaux sociaux, aucun cas de décès n'a été porté à sa connaissance.

 
Trois cas d'empoisonnement constatés par un vétérinaire
Lorsque son cocker a commencé à avoir des vomissements, Marie Simonini l’a conduit chez le vétérinaire Georges-Jean Maubert, qui exerce à Chamalières depuis une trentaine d’années : « Depuis le début de l’année, j’ai eu 3 cas d’empoisonnement de chiens avec de la Javel après une promenade dans ce parc, dont 2 la semaine dernière. L’ingestion de Javel peut être grave pour les chiens : ça peut provoquer de gros dégâts au niveau des muqueuses de l’estomac ».

C’est la première fois que ce vétérinaire assiste à ce genre d’évènement. Selon lui, l’origine de ces empoisonnements ne peut pas être accidentelle : « Les propriétaires des chiens m’ont montré les boulettes ingérées par leur animal, cela ne peut pas être de la négligence. » Si votre chien présente des symptômes tels que des vomissements fréquents, Georges-Jean Maubert recommande de consulter immédiatement pour qu’un traitement de protection des muqueuses lui soit administré.

Par Solenne Barlot
Publié par : france3-regions.francetvinfo.fr

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com