* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter



HOMMAGES 
 

LES SOUVENIRS DE MON PÈRE : LA CHASSE EN HÉRITAGE
Lorsque que mon père Michel BLANC était minot, du temps de son grand-père Casimir, la chasse faisait partie intégrante du monde rurale.
Bien loin de l’esprit « viandard » d’aujourd’hui, le gibier améliorait grandement la qualité de vie des familles.
Plus encore, les passionnés étaient tous de fervents défenseurs d'une convivialité traditionnelle.
Dans un esprit de partage intergénérationnel, il chassait donc le béret vissé sur la tête.

Avant l’ouverture, chacun s’affairait aux derniers préparatifs. Passage en revue des armes, recalibrage des  douilles,  dosage de la  poudre et  du plomb, choix des cartouches en carton… Autant de rituels, sous l’agitation du jappement des chiens, qui faisaient déjà la joie de ceux qui s'apprêtaient à fouler la garrigue.
 
Puis, le "Jour J", les chasseurs expérimentés suivaient leurs habitudes, celles des postes, tandis que les autres se fiaient à la météo selon leur savoir-faire immémorial.
De leur côté, les jeunes chasseurs, pour leur premier permis, se devaient de faire la fierté du village.

Enfin, dans cette chasse ancestrale qui se pratiquait aux chiens courants, le gibier avait  encore  des  abris  pour   déjouer   la ruse des  chasseurs. Quant aux  «   exploits  cynégétiques », ils  se racontaient lors de banquets inoubliables.

 

« Et dans mes petits poings sanglants d’où pendaient quatre ailes dorées, je haussais vers le ciel la gloire de mon père en face du soleil couchant. »
La gloire de mon père (1957). Marcel Pagnol. Éditions de Fallois, 1996. p.196-97



En ce jour spécial, des mots affectueux pour un homme qui n’a pas d’égal...
Bonne Fête à mon Papa - Dimanche 19 juin 2021
Ta Fille qui t'Aime - Amandine
 
 
À MON PÈRE ...

 
https://lejournaldugers.fr/uploads/old/20151007145025DSCF2869JPG.JPG

L'homme et ses chiens
 
 
Tout petit déjà, tu étais attiré par le chenil et les chiens te débarbouillaient à grands coups de langue : tu avais déjà le potentiel pour être un homme de chiens.

Quand tu accompagnais les anciens pour faire le pied avec un rapprocheur et que tu écoutais leurs histoires de chasse en ouvrant très grand tes yeux : aucun doute que tu serais un homme de chiens.


Quand tu as découvert le son de tes premières sonailles : tu étais alors un véritable homme de chiens.

Quand tu passes des heures à observer tes chiots et que tu devines déjà leur comportement futur : tu es un homme de chiens.

Quand tu entends les premiers récris de tes jeunes chiens et qu'une joie intense t'inonde : tu es un homme de chiens.

Quand ta meute chasse pleine gorge et que la fierté se propage en toi : tu es un homme de chiens.

Quand tu as une meute de qualité et que malgré tout tu n'es pas totalement satisfait : tu es un homme de chiens.

Quand tu as terminé la chasse et que, le soir venu, tu attends avec anxiété le retour de ton dernier chien : tu es un grand homme de chiens.

Quand du fond de ta mémoire, tu conserves enfouies les voix de tes chiens aujourd'hui disparus : tu es toujours un homme liés à ses chiens.

Quand la vie te fait mal et que tu te réfugies dans ton chenil et qu'en caressant la tête de tes compagnons : tu es encore un homme de chiens.

Quand, plus tard, tu traîneras encore au coin d'un bois pour écouter une menée : tu seras toujours un homme de chiens.



D'Amandine Blanc à son père Michel Blanc, texte adapté de Jean-Claude COUPPEY


 
 
HOMMAGE À MON GRAND-PÈRE CASIMIR BLANC

 
"Je dédie ce poème, qui nous ressemble et qui vous fera, tout comme moi, monter les larmes aux yeux, à Casimir  mon grand-père"

 
"L'homme de chien"

 
Quand tout petit encore, tu seras déjà attiré par le chenil et que les chiens te débarbouilleront à grands coups de langue, tu seras peut-être un homme de chien...
Quand tu accompagneras les anciens pour faire le pied avec un rapprocheur et que tu écouteras leurs histoires de chasse en ouvrant des yeux ronds comme des billes, tu seras sûrement un homme de chien...
Quand tu recevras en cadeau ta première trompe, ton premier fouet, et que tu seras fier comme Artaban, tu seras un homme de chien...
Quand tu auras ta première chienne et qu'avant la mise bas tu te lèvera dix fois dans la nuit pour voir si tout va bien, tu seras un homme de chien...
Quand tu passeras des heures à observer tes chiots, tentant de deviner leur comportement futur, tu seras un homme de chien...
Quand tu entendras les premiers récris de tes jeunes chiens et qu'une joie intense t'inondera, tu seras un homme de chien...
Quand ta meute chassera pleine gorge, qu'il te manquera une voie et que tu t'inquièteras, tu seras un homme de chien...
Quand tu considéreras tes chiens comme des amis, et que tu les respecteras et que, surtout, tu ne t'énerveras plus, tu sera un homme de chien...
Quand tu auras une meute de qualité et que malgré tout tu ne seras pas totalement satisfait, tu seras un homme de chien...
Quand, dans une explosion de gorges, ta meute t'annoncera le lancer et que tu auras à chaque fois la chère de poule, tu seras un homme de chien...
Quand tu auras perdu la chasse et que, le soir venu, tu attendras avec anxiété le retour de ton dernier chien, tu seras un homme de chien...
Quand du fond de ta mémoire, tu conserveras enfouies les voies de tes chiens aujourd'hui disparus, tu seras un homme de chien...
Quand la vie t'aura fait mal, que tu te réfugieras dans ton chenil et qu'en caressant la tête de tes chiens tu fondras en larmes, tu seras un homme de chien...
Quand tu seras vieux, usé, cassé et que tu te traîneras encore au coin d'un bois pour écouter une menée, tu seras toujours un homme de chien.

Jean-Claude COUPPEY

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse