* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter



PIGEONS VOYAGEURS DISPONIBLES
 

La colombophilie vous intéresse ?
N'hésitez pas à me contacter : des pigeons sont actuellement disponibles au Clos du Poste.



 
 

Le pigeon voyageur est une variété d'oiseaux appartenant à l'espèce Pigeon biset (Columba livia), spécialement sélectionnée pour effectuer des voyages afin d'acheminer des messages.

Les déplacements du pigeon voyageur ont constitué un moyen de communication courant et considéré comme très fiable jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Les éleveurs de cette race d'oiseaux sont nommés colombophiles et les messages envoyés, des colombogrammes.



 

CHOISIR SES PIGEONS

Il est préférable de débuter avec une seule race. Votre choix ne dépendra pas que de vos goûts esthétiques mais d’un ensemble de critères qui dépendent des buts que vous visez en vous lançant dans l’élevage de pigeons : consommation, concours, compagnie, ornement, etc …

Notez que certaines races sont difficiles à élever et déconseillées aux débutants. À l’achat, votre pigeon devra avoir un comportement vif et un plumage brillant.
 

BAGUER ET VACCINER SES PIGEONS

Il est important de baguer les pigeon­neaux. C’est la carte d’identité de l’oiseau qui renseigne sur l’animal et son éleveur, garantissant que l’oiseau est issu d’élevage. Il est possible de le faire dès le 7e jour de vie. Au-delà du 12e jour, les pattes de l’animal seront trop grosses. Pensez à vérifier le lendemain de la pose que la bague est toujours en place.

Bien que non obligatoire, il peut être utile de vermifuger vos pigeons deux fois par an, et à les traiter contre la trichomonose.

Si vous souhaitez que vos pigeons participent à une exposition ou à un concours, il est nécessaire de les vacciner contre la paramyxovirose et de pouvoir en fournir l’attestation.


 

ENTRETENIR LEUR HABITAT

Il est possible d’élever des pigeons en liberté ou en libre parcours, à condition de respecter une réglementation stricte en la matière. Cette solution est possible du fait que le pigeon mâle revient toujours dans son pigeonnier d'origine, mais ce n’est pas le cas de la femelle.

L'élevage en volière est donc préférable.

Le bâtiment accueillant les pigeons se compose de deux parties :

  • une partie close à claire-voie qui correspond à la volière proprement dite,
  • et le pigeonnier, qui comprend les cases accueillant les nids.

L’hygiène des locaux où sont élevés les pigeons est indispensable. Vous devez veiller à éviter la surpopulation dans les pigeonniers et les volières, éviter les courants d'air et l’humidité, et surveiller vos pigeons pour déceler rapidement les maladies éventuelles.

La volière est faite d’une grille dont la maille est assez étroite pour empêcher le passage des moineaux.

  • Sa hauteur doit être au minimum de 2,50 mètres.
  • Sa surface dépend du nombre de pigeons que vous élevez (prévoir 1 m² par couple).
  • La volière doit comprendre des perchoirs et une zone abritée de la pluie et du vent.
  • Le sol possèdera un système de drainage afin d’évacuer toute trace d’humidité.
 

Le pigeonnier, lui, doit être vaste, aéré (prévoir 1m³ par couple) et bien éclairé.

  • Ses ouvertures doivent protégées des pluies et des vents dominants.
  • Chaque couple de pigeons a besoin d’un nid dont les dimen­sions varient entre 25 cm par 25 pour les petites races à 35 cm par 35 cm pour les grandes. Ce nid peut être fait simplement en carton.
  • Il est recommandé de pulvériser l'intérieur du pigeonnier avec un insecticide deux fois par an et de disposer d’une cage à part pour mettre en quarantaine tout nouvel animal, afin d’éviter la contamination de votre élevage en cas de maladie.

NOURRIR SES PIGEONS

En captivité, le pigeon est granivore. Mais il faut savoir qu’à l’état sauvage, outre des graines, il peut manger des escargots, des lombrics et des plantes herbacées.

L’alimentation des pigeonneaux en captivité est constituée de lait de jabot régurgité par les parents. Progressivement, c’est du grain ramolli dans le jabot que les parents régurgitent.

L’alimentation du pigeon adulte en captivité se fractionne en 3 repas pendant l’été et en 2 repas pendant l’hiver. Les graines doivent leur apporter protéines, glucides, lipides, minéraux et oligoéléments. Certaines personnes achètent de coûteux mélanges de graines. Mais ce qu’il est possible de dépenser pour quelques couples ne l’est plus au-delà d’un certain nombre d’oiseaux.

La plupart des éleveurs fabriquent donc leur propre mélange en utilisant du blé, du maïs et des pois. Cette nourriture doit être propre et sèche, exempte de souillures de rat ou de souris.

Les besoins du pigeon varient pendant la période de grande mue, celle qui assure le remplacement des pennes (car le pigeon perd quelques plumules de duvet toute l’année de façon tout à fait normale) : il faut alors lui apporter des compléments en cystine et en lysine pour que le plumage de l’oiseau reste de qualité.

Il est essentiel de ne pas suralimenter vos animaux. La nourriture qui leur est nécessaire sera absorbée en vingt minutes. Au-delà de ce temps, ce qui reste est superflu. Vous pourrez alors adapter votre dosage.

Il est aussi important que le pigeon ait accès à de l’eau fraîche et propre en permanence.

Démarrez votre élevage avec quelques couples et n'essayez pas de remplir votre pigeonnier dès la première année : les pigeons sont de toute façon de bons reproducteurs et les résultats viendront vite !
 


CHASSEURS ... SOYEZ PRUDENTS !
Il est rappelé aux chasseurs que le pigeon voyageur n’est pas un gibier et qu’il est protégé par la loi. Sa capture et sa destruction sont rigoureusement interdites.

L'article 11 de la Loi du 27 juin 1957 punit d'une amende de 20€ à 230€ et d'un emprisonnement de 10 jours à 3 mois toute personne qui aura capturé ou détruit, tenté de capturer ou de détruire des pigeons voyageurs ne lui appartenant pas.

Les bagues des pigeons voyageurs tués accidentellement doivent être envoyées directement à l’Union des Fédérations Régionales des Associations Colombophiles de France : 54 Boulevard Carnot, 59042 LILLE CEDEX.


Source : lemagdesanimaux.ouest-france.fr

 


Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse