* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter



LA FDC 83  INFORME
 


Lundi 19 juillet 2021
 

Après quatre décennies à veiller sur les chasseurs varois,
Marc Meissel passe la main

 

Marc Meissel a été reçu le 2 juillet au siège de la fédération à Brignoles et le 9 juillet au domaine de Saint-Julien à La Celle. Il a obtenu à ces occasions la médaille des lieutenants de louveterie du Var par Émile Samat, la médaille du Sénat par André Guiol et la médaille de la fédération départementale du Var par son successeur Laurent Faudon. Photo Gilbert Rinaudo-Source : varmatin.com
 

Un grand chapitre de la fédération départementale des chasseurs du Var s’est fermé. Après quarante-deux ans de présidence, Marc Meissel a souhaité quitter son fauteuil.

 - Marc Meissel a passé, fin juin, le relais de la présidence de la fédération départementale des chasseurs du Var à Laurent Faudon, administrateur et jusque-là 2e vice-président. Après quarante-deux ans de bons et loyaux services à ce poste, il a souhaité, à 74 ans, quitter son siège avant l’assemblée générale élective en 2022.
 - Ce natif d’Aups a été élu à la tête des nemrods varois pour la première fois en 1979 avec 8 voix contre 7 dans un contexte tendu. Il devient alors à 32 ans et deux mois le plus jeune président d’une fédération départementale en France et c’est toujours le cas. Dès le début, il a su rassembler puisque lors des treize mandats suivant l’unanimité a régné au moment des votes. Il a aussi porté plusieurs casquettes à l’échelon régional et national.

Pour quelles raisons avez-vous quitté la présidence ?
 - À un moment donné, il faut s’arrêter, être raisonnable et savoir passer la main. J’avais d’énormes responsabilités à plusieurs niveaux. Je devais terminer mon mandat en 2022, mais je souhaitais laisser une équipe en place avant de partir. Depuis quelques années, j’ai demandé à Laurent Faudon (son successeur, Ndlr) de m’accompagner dans des réunions importantes. Nous sommes quatre administrateurs - un est décédé - à avoir quitté le conseil. L’équipe ainsi renouvelée, avec des jeunes cooptés, affrontera les prochaines élections.

Vous gardez encore des fonctions au sein de la fédération départementale ?
 - Non. Mais j’ai le plaisir d’être président d’honneur de la fédération départementale et régionale. Un geste m’a aussi beaucoup touché. Ils ont dédié mon nom à la fédération des chasseurs varois. Une plaque a été dévoilée à la porte d’entrée du siège à Brignoles. Je continuerai à les aider sans m’imposer. Ils savent qu’ils peuvent compter sur moi.

Quels projets menés à bien pendant vos différents mandats vous ont apporté le plus de satisfaction ?
 - J’ai eu beaucoup de satisfactions, mais aussi des désillusions. Lors de ma première élection, j’ai mis beaucoup d’ardeur et de mon temps pour m’occuper de la fédération. J’ai réussi, avec mes collègues du conseil, à assainir le climat financier. À ce moment-là, la chasse était une ressource économique très importante dans le milieu rural. On représentait 40.000 chasseurs. Il en reste 15.000 aujourd’hui. À l’époque, tous les agriculteurs chassaient. Il y avait des liens privilégiés.
 - Par ailleurs, avec mes amis présidents des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Languedoc-Roussillon, nous avons créé l’Institut méditerranéen du patrimoine cynégétique et faunistique. Cet organisme nous apporte des éléments scientifiques et techniques. Ils nous permettent souvent de défendre les causes que l’on croit perdues. Quand j’ai pris la présidence du syndicat national des chasseurs de France, nous avons procédé à une adaptation de la convention collective. Et abouti en 2003 à un compromis satisfaisant pour les salariés et performant pour les fédérations.
 - Nous avons aussi été en termes de formation professionnelle un des organismes les plus performants de France. Au niveau de la fédération départementale, le transfert en 2014 du siège de Draguignan à Brignoles a été une réussite avec des locaux vraiment fonctionnels. Nous n’avons pas fini l’aménagement complet à cause des inondations et de la pandémie.
 - Mais le rez-de-chaussée est en train d’être transformé en salle d’exposition pour le grand public et les scolaires. Dans les années 2000, nous avons créé à Mazaugues, dans une ancienne carrière, le centre de formation à l’examen du permis de chasser. On peut recevoir jusqu’à 500 candidats par an.

Quels dossiers ont été les plus problématiques ?
 - En 1995-1996, les gardes ont été détachés des fédérations. À la même époque, nous avons déploré dans le département l’assassinat de deux gardes. J’ai très mal vécu cette période. Le deuxième souci le plus important est la baisse régulière du nombre de chasseurs. Malgré tous nos efforts, nous n’arrivons pas à l’endiguer.
 - D’autre part, les indemnisations des dégâts de grands gibiers ont pénalisé nos fédérations. Nous avons réussi à les stabiliser dans le Var. Lors d’un congrès national, j’avais demandé que les chasseurs ne soient plus les seuls payeurs.

 - J’avais été pris un peu pour un Marseillais. Aujourd’hui, le président de la fédération nationale est en train de négocier avec le président de la République une proposition de modification de la loi de 1968 dans laquelle l’État, la Région et les territoires non chassés paieraient une contribution. Ce qui nous permettrait de dégager deux tiers du montant que nous payons.

En près d’un demi-siècle, quelles sont pour vous les évolutions les plus marquantes de la chasse dans le Var ?
 - La myxomatose a vraiment révolutionné la chasse aux petits gibiers. Certains chasseurs de lapins ont raccroché le fusil et d’autres se sont reportés sur le reste du petit gibier. Le perdreau est ainsi devenu très rare chez nous. Par contre, le lièvre est très bien revenu. Autre constat, il y a de moins en moins de passages réguliers de grives à cause du réchauffement climatique.
 - Nous déplorons également l’interdiction, le 28 juin dernier, de la pose des gluaux. Quand on dit fin de la glu, ça veut dire des appelants et des postes à grives. Le combat n’est pas terminé, mais on a perdu des batailles importantes. Par contre, au niveau des oiseaux migrateurs, on a la chance depuis quelques années d’avoir des séjours de bécasses corrects.
 - Par ailleurs, la prolifération du loup pose problème. Au-delà des prélèvements qu’il effectue sur la faune, il engendre pour nous un phénomène très pénalisant. Le comportement du gibier a complètement changé et la chasse est plus difficile. On trouve les sangliers et les chevreuils dans des zones où ils n’étaient plus, souvent aux abords des habitations, et en groupes importants. C’est un phénomène de sécurisation.

G. LEVA gleva
Publié par :
varmatin.com


Dimanche 8 Novembre 2020
 
 
LA FDC 83 INFORME

Information et Arrêté préfectoral pour les battues de régulation
Publication : 7 novembre 2020                                                                            

FICHE RECAPITULATIVE DE L'ARRETE ENCADRANT LES DEROGATIONS AU CONFINEMENT

 LISEZ ATTENTIVEMENT L'ENSEMBLE DES DOCUMENTS
 
CHASSEURS DR GRANDS GIBIERS VOUS BENEFICIEZ D'UNE DEROGATION EN CETTE PERIODE COMPLIQUÉE, PENSEZ A ACCEUILLIR LES CHASSEURS DE PETITS GIBIERS QUI SOUHAITENT PARTICIPER A CETTE MISSION D'INTERET PUBLIC

COVID19 : Respect strict des consignes générales et celles liées à l'exercice de la chasse en battue.
Espèces chassables : Sanglier, chevreuil, cerf élaphe et renard. Le renard ne peut être chassé que lors des battues au sanglier.
Jours :  Lundi, mercredi, jeudi, samedi, dimanche et jours fériés.
Organisation de la battue :
Aucun regroupement.
L'organisation doit-être faite la veille de la battue et de manière dématérialisée (mail, sms, téléphone, whatsApp, twitter, instagram) le chef de battue doit connaître le lieu et le nombre de participants, il doit rappeler les consignes et attribuer les postes. Transmission des éléments d'organisation de la battue par mail (la liste est dans l'arrêté) la veille de la battue avant 12h. Exemple : pour la battue de dimanche, samedi à 12h.
Le chef de battues peut désigner des chefs de ligne. Chaque ligne doit comporter un maximum de 6 personnes chef ligne inclus.
Le carnet de battue doit être tenu à jour, le chef de battue cochera par une croix en lieu et place de la signature de chaque participant.
Aspects administratifs :
Aucune restriction de distance kilométrique. Ni de département.
Chaque chasseur devra remplir une attestation de déplacement dérogatoire en cochant la case 8 de celle-ci : « participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative ».
Recherche du gibier blessé : Autorisée.
Sanctions :  En cas de regroupement, d'infraction au schéma départemental, ou aux règles sanitaires, la battue ne pourra plus bénéficier de la dérogation.

 Le Conseil d'administration

Voici l'arrêté Préfectoral cliquer sur ce texte (lien) pour l'afficher

Attestation avec dérogation pour les battue de régulation case 8 à cocher "Participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative."
fiche COVID19
Publié par  : fdc83.com
 


Chasses traditionnelles :
ce qu’il faut retenir de la réunion à Matignon

https://www.chassepassion.net/wp-content/uploads/2020/08/runion-chasse-traditionelle-matignon-1068x519.jpg
Source : chassepassion.net
 
Ce matin, une délégation de chasseurs, d’élus (Marc Meissel, Alain Pérea) et d’associations de chasse a été reçue à Matignon, non par Jean Castex comme initialement annoncé, mais par son cabinet, afin de discuter de l’avenir des chasses traditionnelles.

C’est bien un avenir à court terme, avec la signature d’un arrêté fixant des quotas de chasse pour la saison 2020/2021, mais également à long terme sur l’avenir même de ce mode de chasse dont il a été question.

Un quota d’oiseaux sera-t-il défini cette saison ?
 - Cette question n’a pas eu de réponse claire et précise comme on l’espérait. En effet, le directeur du cabinet a pris bonnes notes des (nombreux) arguments des chasseurs plaidant en faveur de cette chasse et qui réfutent, pour la plupart, ceux de nos opposants. Le caractère sélectif de cette chasse et la volonté de Barbara Pompili de découdre ce que les chasseurs ont obtenu précédemment, avec notamment Mme Wargon, ont notamment été avancés.
 - Le cabinet du premier ministre s’est engagé à ce que la réponse soit connue d’ici quelques jours. En dernier ressort, ce sera malgré tout la Ministre de l’écologie et de la transition solidaire qui devra signer cet arrêté.

L’avenir des chasses traditionnelles entre les mains de l’Europe
 - Autre sujet majeur, la mise en demeure de la commission Européenne concernant les chasses traditionnelles. Dernier pays d’Europe à les pratiquer, la commission Européenne a visiblement du mal à comprendre, voir à accepter ces modes de chasse.
 - Suite au recours de la LPO déposé auprès de la commission Européenne, d’ici septembre la France va donc devoir s’expliquer et fournir une synthèse à l’UE au sujet de la chasse au gluau notamment.
 - La délégation présente ce matin a demandé à ce que les associations de chasses traditionnelles soient associées à cette synthèse afin de pouvoir y apporter des éléments tangibles et scientifiques, notamment en faveur de son maintien.


L’avenir des chasses traditionnelles va donc bel et bien se jouer dans les semaines à venir…


Publié par : chassepassion.net

Vendredi 7 Août 2020

Chasse à la glue :
Jean Castex recevra les chasseurs à Matignon le vendredi 7 août


Depuis plusieurs jours, le Président de la Fédération Régionale des Chasseurs de Provence-Alpes-Côte d’AZUR, Marc Meissel, et Eric Camoin de l’Association Nationale de Défense des Chasses Traditionnelles à la grive avaient mobilisé leurs troupes pour convenir d’une manifestation le 8 août à proximité de la résidence estivale du Président de la République. En cause, la suspension des quotas de grives initiée il y a quelques jours par la Ministre Pompili.

Les chasseurs du Sud de la France mais aussi l’ensemble des acteurs français s’étaient donnés le mot, certains envisageant ainsi de quitter pour 24 heures leurs lieux de vacances pour se rendre à proximité du Fort de Bregançon.
C’était sans compter sur la mobilisation des représentants des associations locales et celle
du Président Schraen.

Amis chasseurs,
Grâce à votre mobilisation à tous pour défendre notre chasse traditionnelle de la pause des gluaux, nous venons d’obtenir l’ouverture d’une négociation directe avec le Premier Ministre Jean Castex afin de permettre le maintien cette année de notre mode de chasse, avec toutefois des diminutions de quotas, dans l’attente des décisions européennes. Depuis plusieurs jours, les contacts ont été nombreux, entre Willy Schraen,  Elysées, Matignon et le cabinet de la Ministre de l’Ecologie pour trouver une solution de bon sens qui respecte nos traditions et permette d’éviter le quota zéro qui était la fin programmée et immédiate de notre chasse au gluaux. Une délégation de représentants des fédérations départementales concernée et de l’Association Nationale de Défense des Chasses Traditionnelles à la grive sera reçue le vendredi 7 août 2020 à Matignon afin d’obtenir un engagement formel du Gouvernement.

Dans ces conditions et compte tenu des garanties données par le Premier Ministre, Jean Castex, nous avons décidé unanimement d’annuler le rassemblement à Bormnes-les-Mimosas.
Votre mobilisation a été déterminante pour l’ouverture de cette négociation et nous vous en remercions grandement.
Sachant compter sur votre engagement sans faille
Marc Meissel & Eric Camoin


Publié par : chassons.com

Samedi 4 juillet 2020
La FDC83 met en place une messagerie d’alerte


Illustration source : chassepassion.net
 
Pour défendre des pratiques ancestrales, comme celle de la glue qui est une religion dans ce coin de Provence, la FDC83 a fait le pari des messages numériques, car il faut bien vivre avec son temps !

 - En effet, La Fédération Départementale des Chasseurs du Var vient de mettre en place un service d’alerte par SMS à destination de ses adhérents.
 - Ainsi, les informations urgentes, comme les interdictions d’accès au massif lors d’évènements météo dont le département fut coutumier l’année passée, ou les liens pour voter notamment sur les consultations publiques comme dernièrement pour la chasse des turdidés, arriveront désormais directement sur les smartphones et autres téléphones portables des disciples de Saint Hubert varois.

Alors que les détracteurs de la pratique cynégétique sont sur tous les fronts, les chasseurs se doivent, eux aussi, d’être réactifs, et cette messagerie permettra donc en temps réel d’être au courant de tout à tout moment !

Publié par :
chassepassion.net

          LA FDC 83 INFORME
 

Le siège de la fédération départementale des chasseurs de l’Ardèche  a été dévasté cette nuit  par un incendie dont les premiers éléments constatés ne laissent pas de doute sur l’origine criminelle de ces actes.

 
CP Halte à lintolérance
Publié par : fdc83.com

       LA FDC 83 INFORME

Sécurité 2019

    Publication : 22 juillet 2019

Voici un document où vous trouverez  : tableaux prélèvements et dégâts ; réforme de la chasse ; Bilan accidents ; Rôles des organisateurs de chasse et Plan de chasse.

Document mis à jour le 24/07/2019


 
Afficher la suite de cette page

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse