* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 




Willy Schraen, patron des chasseurs


 

Samedi 4 Janvier 2020
 

Les chantiers attendus pour la chasse en 2020


Illustration source : chassons.com
 
Il y a trois jours le Président, Willy Scraen présentait au travers de ses vœux un bilan de l’année 2019 mais aussi le plan d’action pour cette nouvelle année. Nous souhaitions revenir sur les sujets phares évoqués lors de cette allocution.

Réforme du permis de chasser
La réforme du permis de chasser est un succès avec plus de 450 000 permis de chasser nationaux validés au cours de l’année (contre 90 000 pour la saison précédente). Ce succès permet le recrutement de nouveaux chasseurs, la découverte de territoires et une plus grande mobilité de ces derniers.

L’Eco contribution des chasseurs
Pour rappel le projet de loi [ " portant création de l’AFB-ONCFS" ] instaurait à compter de la campagne de chasse 2019?2020 une obligation de dépense des fédérations départementales d’un montant minimum de 5 euros par chasseur au profit d’actions contribuant à la protection de la biodiversité.
En 2019, les fédérations ont déposé près de 50 projets en faveur de l’AFB. C’est un enjeu majeur permettant une valorisation du travail des fédérations régionales.

Gestion adaptative des espèces chassables ou non chassables
Pour le moment, cette réforme n’est pas concluante. Par ailleurs, la réforme sur la chasse des oies en février n’a pu aboutir, la fermeture aura donc malheureusement bien lieu le 31 janvier.

Chasse bashing
La FNC note en 2019 une explosion des groupuscules extrémistes anti-chasse (entraves répétées à la chasse notamment pour la vénerie), vandalisme, incendies dans certaines fédérations, menaces de mort sur les réseaux sociaux…

Les dossiers chauds pour 2020

 

Gestion des dégâts de sanglier
Les négociations d’indemnisation des dégâts de sanglier entre les chasseurs, les agriculteurs et l’état sera l’un des dossiers phares pour le monde de la chasse cette année. Face à l’augmentation significative des dégâts constatés, l’enveloppe globale des dégâts de gibier atteint aujourd’hui 80 millions d’euros payé intégralement par les chasseurs.

L’attente de la validation de la chasse au sanglier en mars
Le décret n’est toujours pas sorti. Le dossier est bloqué car la FNC n’aurait toujours pas répondu à la question suivante : Quel est le pourcentage d’hybridation entre les sangliers et  les cochons domestiques en France ? …

Année de la reconquête de la viande de gibier
2020 sera l’année de lancement d’une grande mobilisation nationale s’agissant de la venaison :
« c’est un produit extraordinaire qui ne doit pas se limiter aux fêtes de fin d’année »

Explosion des compétences de la FNC
La Fédération Nationale des Chasseurs se professionnalise en recrutant une équipe d’experts scientifique mais aussi des juristes et des spécialistes de la communication. Un grand plan d’action de reconquête de l’image des chasseurs sera présenté lors du Congrès de la FNC en mars prochain.

Sécurité à la chasse
Pour terminer son allocution, le Président Schraen rappelle aux chasseurs l’importance de la sécurité à la chasse, « il y va de notre image » !

Visionner l’intégralité des vœux du Président Willy Schaen – 31/12/19



Publié par : chassons.com

Mercredi 27 novembre 2019
 

Accident de chasse :
Willy Schraen convoqué au Ministère de la Transition Ecologique

https://www.chassons.com/wp-content/uploads/2017/11/vendee-un-faux-accident-de-chasse-pour-former-la-securite-680x378.jpg
Illustration source : chassons.com
 
Depuis le début de l’année, huit personnes ont perdu la vie dont trois lors de ces derniers week-ends. Willy Schraen a souhaité réveiller ses troupes en communiquant un message à l’ensemble des chasseurs. Au vu de l’ambiance médiatique environnante, il est important de redoubler de prudence le week-end !

Chers amis chasseurs,

C’est avec une grande colère que je m’adresse à tous les chasseurs de France à la suite des accidents mortels survenus depuis le début de la saison de chasse.
Huit personnes ont perdu la vie. Je tiens tout d’abord à présenter mes plus sincères condoléances aux familles des personnes qui ont perdu un proche dans ces accidents dramatiques.
La semaine dernière, Madame la secrétaire d’état Emmanuelle Wargon m’a convoqué au ministère pour évoquer ce sujet. A la suite de cet entretien, un courrier m’a été adressé me demandant d’agir auprès de chacun d’entre vous sur la sécurité à la chasse.

La chasse est une pratique à risque comme d’autres activités le sont.Nous le savons tous, et c’est pourquoi chaque fédération départementale des chasseurs s’efforce de vous rappeler sans cesse les règles élémentaires de sécurité que nous devons mettre en pratique de façon systématique dès que nous chassons. Le risque zéro n’existe dans aucun domaine, mais après analyse de ces premiers accidents, il ressort qu’à chaque fois, ce sont bien des règles fondamentales de sécurité qui ont été totalement ignorées. Ce constat est pour moi inacceptable !

Tirer sans identifier son gibier, ne pas respecter les angles de 30 degrés, se déplacer en file indienne avec une arme chargée, oublier de décharger son arme après la chasse, sont autant d’erreurs de pratique et de bon sens qui ne devraient pas arriver.
Je demande à chaque président de société de chasse, d’ACCA, de chasse privée, mais aussi à l’ensemble des chasseurs qui pratiquent la chasse entre amis ou même seul, de relire les fondamentaux sécuritaires de notre pratique, en se disant que l’accident n’arrive pas toujours qu’aux autres. Il en va de notre crédibilité comme de l’avenir de notre passion. Il n’y a pas de sanglier ou de faisan qui vaille la mort d’une personne, et aucun chasseur ne sera jamais ridicule de prudence pour ne pas avoir tiré ! Je demande aussi à chacun d’entre vous de mettre en retrait de vos chasses toute personne ayant une attitude contraire à une pratique totalement sécurisée. Je demande donc à chacun de méditer ces quelques lignes avant chaque début de chasse, et de les diffuser largement pour que nous n’ayons plus à connaître de tels drames.


Willy Schraen


Publié par : chassons.com
Samedi 9 novembre 2019
Willy Schraen, président de la Fédération des chasseurs:
"L'écologie punitive commence à me gonfler"


Willy Schraen, président de la Fédération des chasseurs: "L'écologie punitive commence à me gonfler"
Illustration source : bfmtv.com

Ce vendredi chez les GG, le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen a poussé un coup de gueule contre "l'ordre moral vert qui se met en place".

 - Gros coup de gueule ce vendredi du patron de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen. "C'est tout l'ordre moral vert qui se met en place aujourd'hui. On en prend plein la gueule quand on est rural à tous les niveaux pas seulement les chasseurs. Ça commence à être lourd. Fiscalement c'est un enfer. Sur la voiture, on m'a appris à rouler au diesel et maintenant on m'explique que je vais payer quatre fois plus que les autres parce que je pollue. Ça devient du délire. Vous allez comment au boulot ? On commence à en avoir ras-le-bol ! L'écologie punitive commence à me gonfler", a-t-il lancé.

"On a besoin des chasseurs"
 - Willy Schraen a aussi défendu sa congrégation : "On a besoin des chasseurs, c'est une composante importante de la ruralité. On est en train d'imaginer une écologie qui ne repose sur rien du tout en nous disant que nous sommes le passé et que nous sommes tous des cons. Sauf que toute la nature, la campagne, ça ne correspond qu'à quelque chose qui a été façonné par l'homme. Certains disent qu'il ne faut plus tuer, mais c'est quoi ces conneries ? Le canton de Genève a arrêté la chasse et il y a moins de biodiversité là qu'ailleurs. Là ils sont obligés de payer des gens pour faire le boulot".

P.B.
Publié par : bfmtv.com
Samedi 2 novembre 2019

 
Consultations publiques
31 octobre 2019





Chers amis,

Une fois encore nous vous appelons à la mobilisation ….

Les motifs de dérogation prévus à l’article 9 à la directive oiseaux de 2009 n’avait jusqu’à présent pas été intégralement retranscrite en droit français.

C’est chose faite dans le cadre de la loi du 24 juillet 2019 et ainsi tous les motifs de dérogation prévus par celle-ci  pourront être mis en œuvre par le ministre.

Il s’agit là d’une étape essentielle permettant à la France de pouvoir faire application de ces dérogations comme ses voisins européens.

Ce décret transpose donc ce qui est dans la loi et il est essentiel.

La consultation sur ce décret relatif aux dérogations est ouverte jusqu’au 16 novembre .

Le texte, examiné par le CNCFS, confirme la compétence du ministre pour décider de prendre des arrêtés de dérogation au titre des chasses traditionnelles ou des périodes de chasse dérogatoires dès lors que la demande  démontre qu’il s’agit d’une exploitation judicieuse, conformément à l’article 9 de la directive dont le contenu a été intégralement retranscrit dans la loi du 24 juillet 2019.

Ce projet de décret est conforme aux échanges de la FNC avec le MTES et validé le 16 octobre en CNCFS
, et nous vous encourageons à vous mobiliser afin d’y donner avis favorable.


Cette consultation est accessible via le lien ci-dessous :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-
de-decret-precisant-les-modalites-de-mise-a2078.html


Publié par : chasseurdefrance.com
Samedi 26 Octobre 2019

 
La Chasse française souhaite réformer
le système d’indemnisation des dégâts de sangliers !
 
http://chasseurdefrance.com/wp-content/uploads/2019/10/AG-FNC2019.jpg
 
Une Assemblée Générale exceptionnelle de la FNC s’est tenue les 22 et 23 octobre, dans un contexte historique de mise en place de la réforme de la chasse française impulsée par Willy Schraen, président de la FNC, et arbitrée par le Président de la République Emmanuel Macron.

 - Cette AG était nécessaire au vu de l’augmentation significative des dégâts de sanglier cet été, notamment dans le sud-ouest, et de l’indemnisation qui en est liée avec la difficulté pour certaines fédérations de continuer à payer. Elle a également été marquée par un vrai dialogue, franc, direct et sincère avec les organisations agricoles, ce qui est sans doute une grande première.

 - Cette Assemblée Générale a donc été rythmée par les interventions de Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, de Madame Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire, de Monsieur Alain Péréa, Député de l’Aude, Président du Groupe Chasse et territoires à l’Assemblée nationale, de Madame Christiane Lambert, Présidente de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles, de Maître Spinosi, avocat au Conseil d’Etat, de Monsieur Loïc Quellec, vice-président des Jeunes Agriculteurs, de Monsieur Jean-Michel Granjon représentant de la Confédération Paysanne, de Madame Lydie Deneuville, deuxième vice-présidente de la Coordination Rurale et de Monsieur Pascal Ferey, membre du bureau de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture.

« L’indemnisation des dégâts représente une enveloppe de 80 millions d’euros par an payée intégralement par les seuls chasseurs, quand notamment 30 % des territoires sont pas ou peu chassés. Ce qui appelle une responsabilité financière élargie à d’autres acteurs » Willy Schraen, président de la FNC.

Lors de cette Assemblée Générale a été établi un véritable état des lieux partagé en tenant compte de la diversité des situations. Les différentes fédérations des Chasseurs ont pu s’exprimer librement, évaluer la pertinence des outils actuels de gestion du sanglier et débattre des différentes pistes pour imaginer une réforme durable.

Le ministre Didier Guillaume a soutenu sans équivoque la nécessité d’une réforme :
« la situation actuelle n’est pas tenable : c’est un énorme chantier que nous devons réussir ensemble ». Le député Alain Péréa a précisé qu’il fallait « rationaliser, dialoguer et agir ».
Pour la Présidente de la FNSEA Christiane LAMBERT, il n’est pas envisageable d’imaginer : « une ruralité vivante sans un partenariat durable entre agriculteurs et chasseurs […] Nous sommes les meilleurs alliés de la ruralité. »
Pascal FEREY précise qu’« il est possible de construire un certain nombre de sujets communs pour défendre les territoires. »
Emmanuelle WARGON conclut en indiquant la nécessité de « trouver ensemble des solutions, le statut quo n’est plus envisageable. » Et elle précise « nous sommes en soutien du monde de la chasse et des agriculteurs. Il nous faut avancer dans un respect mutuel »

Par des votes de résolutions, les présidents de fédérations ont apporté un soutien franc et massif (98%) pour donner mandat au bureau et au Conseil d’administration de la Fédération Nationale des Chasseurs afin de réformer le système. De plus, ils souhaitent conserver la mission de service publique et obtenir une rémunération et/ou un cofinancement pour l’effectuer. Enfin 90% des présidents de fédérations ont souhaité disposer d’une boîte à outils « sangliers » dans laquelle ils pourront utiliser de nouvelles mesures de gestion à leur initiative, en vue d’une réduction réelle et significative des populations de sangliers.

« Cette réforme ambitieuse et nécessaire doit permettre de maintenir un système de financement viable pour tous ». Willy Schraen, président de la FNC.


 
Télécharger


AG 2019 ©crédits photos
: M. Guillaume  et  J.D Montgolfier
Publié par : chasseurdefrance.com

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com