* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter



LES RÈGLES POUR
CHASSER PAR TEMPS DE NEIGE
 
 

Chasse par temps de neige, quelles sont les règles ?

Au beau milieu de la saison de chasse, en plus des frimas qui couvrent les territoires et ragaillardissent les plus motivés, la neige est souvent au rendez-vous. Revenons sur les règles de chasse durant le temps de neige.

Un principe d’interdiction ancien et toujours confirmé - Au sens de la réglementation, il est d’ores et déjà important de ne pas confondre le « temps de neige » avec les situations de périodes de « gel prolongé », où la chasse de tout ou partie des espèces – gibiers, notamment, d’oiseaux chassables – peut être suspendue temporairement par le préfet (1), comme nous avons pu le connaître à la suite de « vagues de froid ».
 - Dans un souci de protection du gibier rendu vulnérable par une plus grande facilité de capture et du fait de son épuisement (2), le Code de l’environnement (3) interdit, par principe, la chasse par temps de neige.

Toutefois, le préfet peut autoriser en temps de neige… - La chasse au gibier d’eau, dans l’arrêté annuel d’ouverture et de clôture de la chasse : en zone de chasse maritime et sur les fleuves, rivières, canaux, réservoirs, lacs, étangs et dans les marais non asséchés, le tir au-dessus de la nappe d’eau étant seul autorisé.

La chasse à courre et la vénerie sous terre - Dans le cadre des mesures liées à la protection du gibier, la chasse en temps de neige est interdite pour tous les modes de chasse. Cependant, le préfet peut également autoriser la chasse à courre et la vénerie sous terre en temps de neige, quelle que soit l’espèce concernée. À défaut, la chasse à courre et la vénerie sous terre peuvent se poursuivre par temps de neige dès lors que la mise à la voie a eu lieu antérieurement au temps de neige.

Source : lechasseurfrancais.com

L’application du plan de chasse légal et la chasse du sanglier, du lapin, du renard et du pigeon ramier
 - En effet, ces espèces faisant l’objet de prélèvements contingentés sur l’ensemble de la saison de chasse pour les uns et également pouvant être classées comme susceptibles d’occasionner des dégâts pour les autres, rien n’interdit au regard des objectifs de la loi de permettre des prélèvements de ces espèces durant le temps de neige. La liste de ces animaux est établie, pour chaque département, par le ministre chargé de la chasse.

« La chasse par temps de neige des oiseaux issus d’élevage peut être autorisée par arrêté préfectoral. »  - Outre certains arrêtés ministériels tout particuliers pour certains lieux, il est à noter ici que, dans les départements de métropole, la chasse en temps de neige des oiseaux issus d’élevage des espèces perdrix grise, perdrix rouge et faisan de chasse peut donc être autorisée par arrêté préfectoral dans les établissements professionnels de chasse à caractère commercial.
 - Enfin, en plus de ces différentes exceptions, l’interdiction de la chasse en temps de neige ne concerne pas la destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts et la chasse du gibier à poil dans les enclos conformes aux dispositions de l’article L424-3 du Code de l’environnement.

 - Dans tous les cas, le préfet fixe également les conditions restrictives d’exercice de ces chasses autorisées et nécessaires à la protection des différentes espèces de gibier.

Source : lechasseurfrancais.com

La notion de temps de neige

 - Le temps de neige s’apprécie en fonction des circonstances de temps et de lieux. Les préfets n’ont pas la qualité pour définir le temps de neige, contrairement aux tribunaux.
 - Selon la jurisprudence, nous pouvons retenir qu’il y a temps de neige quand, dans le département considéré, sur le territoire de chasse (périmètre de chasse), les terres sont dans leur ensemble recouvertes de neige, c’est-à-dire de manière continue, presque complètement, et pas seulement par places : de telle manière que, sur la neige, il soit possible de suivre un gibier à la trace. Certains tribunaux se sont orientés vers une conception plus large pour définir le temps de neige en considérant la vulnérabilité du gibier durant cette période.
 - C’est bien la volonté des pouvoirs publics qui est recherchée afin d’éviter une facilité de prélèvement de gibier grâce aux traces et aux difficultés de trouver de la nourriture. D’ailleurs, à l’origine, la doctrine soulignait qu’on « s’explique facilement l’utilité d’une pareille mesure. Lorsque la terre est revêtue d’une couche de neige, les traces des animaux, fort apparentes, sont faciles à suivre, ce qui permet de découvrir aisément leur retraite. En outre, au bout de quelques jours, le gibier transi de froid, privé de nourriture ou ne trouvant qu’une nourriture médiocre et insuffisante perd, avec ses forces, ses moyens de défense et devient une proie trop facile pour le chasseur ; laisser chasser en temps de neige, principalement en plaine, serait donc favoriser la destruction du gibier » (4).
 - Selon la jurisprudence classique en la matière, le temps de neige est donc celui où, dans une localité donnée, la terre est entièrement ou presque entièrement couverte de neige et où la couche est suffisamment épaisse pour permettre de suivre les animaux à la trace et d’arriver jusqu’à eux. Il peut se faire que tel point du territoire d’une commune, une colline isolée par exemple, soit couverte de neige, tandis que la majeure partie de la campagne reste à découvert ; cet état ne constitue pas le temps de neige. À l’inverse, aucun doute ne serait possible si, la neige couvrant entièrement le sol, certains points seulement du territoire s’en trouvaient libres, à raison de leur nature ou de leur situation, par exemple, par suite de l’humidité du sol ou du voisinage d’un cours d’eau. En résumé, ce point est apprécié souverainement, en fait, par les tribunaux, qui n’ont point à puiser les motifs de leur décision à cet égard dans les indications éventuelles que pourrait contenir l’arrêté du préfet (5). À ce propos, au regard des circonstances locales, le juge a précisé que le temps de neige doit s’entendre du temps pendant lequel, dans une localité déterminée, la terre est généralement couverte de neige sans qu’il soit fait exception pour un périmètre où, par suite de circonstances particulières, la neige fond plus rapidement, tels qu’étangs, rivières, marais et, dans les zones de montagne, des pentes exposées au sud (6). Il importe peu que le chasseur se soit trouvé dans une zone étroite exceptionnellement déneigée, la notion d’enneigement devant de toute évidence s’appliquer à la zone de parcours du gibier (7).

Si vous êtes en infraction : - La pratique non autorisée par l’arrêté préfectoral d’ouverture et de fermeture de chasser en temps de neige est punie de l’amende prévue pour une contravention de 4e classe (soit 750 € maxi) (art. R428-6 3° du C. env.) relevable également par la voie de l’amende forfaitaire (soit 135 €).

En savoir plus

  1. Art. R424-3 C. env
  2. Trib. Correctionnel de Briançon, 9 mars 1948.
  3. Art. R424-2 C. env. et pour l’Alsace-Moselle : art. R429-5 du même code.
  4. Rép. de législation et de jurisprudence forestières, BRE&F (Paris), 1880, p. 202 et s.
  5. Douai, 10 mai 1853, Pouplier.
  6. Rouen, 8 janv. 1974 et Cass., crim., 20 juin 1972.
  7. Toulouse, 29 janvier 1969.
  8. Vous pouvez également consulter notre site : www.ofb.gouv.fr

Par Philippe Landelle, expert juridique de la Direction police, connaissance, expertise de l’Office français de la biodiversité

Publié par : lechasseurfrancais.com
 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse