* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 

ATTENTION AUX TIQUES

 



 


Prévention et protection
 

Acarien Hématophage, la tique possède un équipement high-tech pour se nourrir du sang de ses hôtes sans se faire remarquer.

Auteur : André Karwath aka Aka


Parmi les 37 espèces de tiques françaises, Ixodes ricinus se révèle responsable de neuf morsures sur dix sur l'homme. Mais ce n'est pas là sa proie exclusive puisqu'elle peut se nourrir sur plus de 300 espèces hôtes différentes : mammifères, oiseaux et reptiles !
Présente partout en France dans les sous-bois humides, elle fuit les zones trop sèches et situées à plus de 1200 m d'altitude.

 

 Trois stades de développement  

De l'œuf naît une larve à peine perceptible à l'oeil nu. Après s'être fixée quelques jours sur un vertébré pour se gorger lentement de sang, elle se laisse tomber sur le sol pour digérer et muer en une nymphe de 1 mm à jeun.
 
Le deuxième repas de sang est pris dans les mêmes conditions.
À ce stade, la nymphe mesure 2 mm une fois nourrie ; puis elle se détache et tombe pour muer.
Enfin, la tique adulte fait entre 3 et 4 mm.
 
Après copulation, la femelle devra une dernière fois se gorger de sang, jusqu'à prendre la taille d'un petit pois. Un repas qui lui permettra de pondre de 1000 à 20000 œufs avant de se dessécher et de mourir.
À noter que le mâle, lui, ne se nourrit pas ou rarement et très peu.

 
Active de 7 à 25 °C, la tique Ixodes ricnus pratique l'affût.
Les larves se postent au sommet d'herbes basses, où l'hygrométrie est la plus importante.
Les adultes plus résistants montent jusqu'à 1,50 m, sur des herbes, des ronces ou des fougères.
Installés là-haut, ils tiennent leurs deux pattes antérieures tendues et agrippent la fourrure ou les vêtements de l'hôte de passage.

Un réflexe d'accrochage provoqué par l'organe sensoriel de Haller, capable de capter le mouvement, la chaleur l'hygrométrie, les phéromones, le gaz carbonique, l'acide lactique et autres substances exhalées par les ruminants. Dépourvue d'yeux, elle possède des photorécepteurs qui lui permettent d'évaluer la luminosité.
 

  Tique avant son repas

Tique après son repas

  Source iconographique : biendanssespattes.over-blog.fr


 

 Le mode opératoire 

Après être montée sur son hôte, elle cherche une zone bien vascularisée et discrète, afin de ne pas être dérangée lors du toilettage de celui-ci. Ancrée solidement à l'aide de son hypostome (partie située sous la lèvre inférieure), ses chélicères (crochets) sont capables de découper l'épiderme sans provoquer la moindre douleur. Sa salive ramollit les tissus et ouvre la voie à la pénétration de l'hypostome. La tique se gorge très lentement.

Une première phase lente dure environ une semaine : la tique décuple son poids.

La deuxième phase est plus rapide : en 12 à 24 heures, la tique décuple encore son poids. Au total, elle peut prendre jusqu'à 300 fois son poids en sang ! Ses glandes salivaires sont capables d'éliminer l'excès d'eau ingérée, concentrer les éléments dont elle a besoin dans le sang et réinjecter les fluides inutiles dans sa proie! Cette salive est susceptible de transmettre une trentaine d'agents pathogènes différents, tant virus que bactéries et protozoaires. C'est elle qui peut être à l'origine de la maladie de Lyme (reconnue maladie professionnelle), d'encéphalites, de la tularémie, de rickettsioses, d'arboviroses, de la bartonellose, de paralysies à tiques, etc. Mais d'autres agents restent sans doute à découvrir.

 

 Comment se protéger 

  • Portez des vêtements couvrants de couleur claire (afin de voir les tiques), des chaussures fermées.
  • Vous pouvez aussi vous imprégner de produits répulsifs disponibles en pharmacie.
 
Des mesures préventives efficaces à moins de 50 % :
  • Lors de vos sorties, marchez de préférence au milieu des chemins et évitez le contact avec les branches basses. Vérifiez régulièrement si vous avez des tiques sur vous.
  • Une fois chez vous, procédez à une inspection complète de tout votre corps.
  • À défaut de crochet tire-tique, saisissez le corps de la tique avec une pince à épiler en veillant à bien saisir la tête. En cas de persistance d'une importante rougeur de peau autour de la plaie (5 cm de diamètre), consultez un médecin.
 
Le seul vaccin existant à ce jour, le Ticovac, est efficace contre l'encéphalite à tiques. Il est recommandé en Europe centrale, Allemagne et Autriche.




Les maladies transmises par les tiques

 

Les tiques sont des acariens de grande taille facilement reconnaissables car ils ont 4 paires de pattes. Les tiques qui transmettent les maladies que nous allons détailler sont les Ixodidés ou tiques dures (il existe des tiques molles, les Argasidés). Les 2 espèces de tiques dures présentes chez nous et importantes au niveau épidémiologique sont Rhipicephalus sanguineus et Ixodidés ricinus.

 



La femelle est beaucoup plus volumineuse que le mâle, surtout après engorgement.
Ixodidés Ricinus ou «tique à trois hôtes» a besoin de 3 hôtes successifs pour mener à bien son cycle de vie.

Quand la tique veut trouver un hôte, elle se réfugie tout en haut d'une herbe et attend le passage d'un animal. Lorsque l'occasion se présente, elle se jette sur sa «proie».
Après avoir sucé le sang de son hôte, la femelle se laisse tomber par terre et pond des œufs dans un abri du sol. Un mois plus tard, les larves éclosent et elles mettront 2 à 3 semaines pour chercher l'hôte (souris, lapin, chien...) qui leur fournira leur premier repas sanguin. Ce repas unique durera 3 à 5 jours. Une fois rassasiée, la larve se laisse choir sur le sol et entre dans une période de repos.

Au terme de celle-ci, la larve se transforme en nymphe à 8 pattes qui parasitera un nouvel animal pour se nourrir de son sang.
La nymphe regagnera le sol et deviendra adulte en 3 à 5 mois.
Les larves et nymphes sont moins repérables que les adultes.
Les tiques peuvent transmettre des maladies à l'état d'adulte et de nymphe.

La morsure de tique est indolore. Dans nos régions tempérées, les moments les plus à risque sont le printemps et l'automne.

Cependant, vu l'importance de la température et de l'humidité pour le développement des tiques, il est possible d'en trouver à n'importe quelle période de l'année.

Actuellement, on décèle autant de cas de piroplasmose en hiver qu'en automne, alors qu'il y en a beaucoup moins en été.

 


Voilà ce que le le vétérinaire observe au microscope, quand il recherche une piroplasmose.
On peut voir les globules rouges "sains" et des globules rouges parasités par Babesia Canis (piroplasme)

Source iconographique : http://kikivet.over-blog.com

 


Femelle adulte, mâle adulte, nymphe et larve de I. scapularis
(Document Dr. Marc Dolan)

 


Ixodides ricinus. Femelles adultes partiellemet et complètement gorgées de sang.

 

 Surveillance 


La plus grande partie du cycle des tiques se déroule dans l'environnement.
Contrairement à la puce, la tique vit à l'extérieur, en particulier dans les endroits boisés et les hautes herbes.

La tique se fixe solidement à son hôte grâce à du cément produit par les glandes salivaires, pour se nourrir exclusivement de sang.
Ces parasites sont vecteurs de maladies, mais il s'écoule généralement quelques heures à quelques jours avant que l'agent pathogène ne soit transmis.
C'est pourquoi il est important de regarder s'il n'y a pas de tiques sur nos vêtements ou sur notre cuir chevelu en rentrant de la chasse.

Sur les chiens, la tique se loge à des endroits protégés et où la peau est fine :
le plus souvent à la base de la queue, (car elle s'y trouve à l'abri du léchage et du grattage), ou au niveau des oreilles et du garrot.
Une inspection minutieuse des chiens est nécessaire après chaque sortie.


 


Source iconographique : vetandthecity.wordpress.com


L'utilisation de répulsifs est vivement conseillée.
Lorsque l'on trouve une tique fixée (que ce soit sur un homme ou sur un chien), il faut la retirer.
Pour ce faire, on saisit la tique par les pièces buccales à l'aide d'une pince, au plus près possible de la peau de l'individu parasité, et on tire perpendiculairement à l'axe du parasite.

Il faut veiller à ne pas «briser» la tique car le liquide qui s'écoule peut contenir des agents pathogènes. Ceux-ci peuvent traverser la peau par des blessures non visibles à l'œil nu.
Après l'avoir retiré, on brûlera le parasite.


 


Source iconographique : www.carevox.fr


Les tiques transmettent parfois plusieurs maladies en même temps, car elles se nourrissent successivement sur plusieurs animaux.

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png