* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter


LA LEISHMANIOSE CHEZ LE CHIEN

 




 


Vecteur de la maladie

Cette maladie vectorielle est un réel fléau sur un territoire de plus en plus étendu. La prévention et le traitement de cette pathologie est difficile, mais il existe tout de même quelques règles à suivre pour éviter la contamination de nos chiens.



Alopécie - Source iconographique www.cliniquedelarche.com

 Chez nous, seuls les canidés sont touchés par cette maladie, mais en Afrique, la leishmaniose sévit chez les humains sous sa forme cutanée, souvent défigurante. En fait, la répartition de la leishmaniose dépend de la présence de phlébotomes.




Source iconographique : changeonslemonde.skyrock.com

 


La leishmaniose est une maladie parasitaire transmise par des moustiques, les fameux «phlébotomes».
Ce sont de petits insectes de 2 à 3 mm jaunâtres, velus et bossus.
ls se distinguent des autres moustiques grâce à leurs ailes.
En effet, celles-ci sont portées verticalement au repos. Comme c'est le cas chez beaucoup d'autres insectes, seule la femelle est hématophage, et donc c'est la seule à piquer les chiens, et à les contaminer...

 


Source iconographique : http://www.chien.com

Ce moustique vecteur de la maladie ne se déplace que très peu :
il reste localisé dans l'endroit qui lui convient le mieux. Le biotope approprié au phlébotome est typique : zone boisée, avec de nombreux abris naturels, humide (bassin, piscine, pelouse bien arrosée...) et malheureusement, avec présence de chiens...
Les zones abritées et sans vent lui sont très favorables. En revanche, les zones plus «urbanisées», où les haies, les forêts et les murets ont disparu et où il fait sec, ne sont pas propices à la présence du phlébotome. Les adultes sont actifs en période estivale, surtout en fin de journée par temps calme.
Le phlébotome se contamine en ingérant des cellules parasitées.
Il contaminera le chien en le piquant, souvent plusieurs fois afin de prendre un repas sanguin complet.
L'insecte sera infectant 15 jours après sa contamination et le restera toute sa vie (qui dure 1 saison seulement).


 

Les symtômes de la maladie


La période d'incubation est longue :
- minimum 6 mois en général.

Ne sont pas atteints que les chiens vivants en zone endémique : malheureusement, un bref et lointain séjour dans une zone à risque peut avoir suffit à contaminer votre chien.

Les symptômes ne sont pas toujours évocateurs.
- Souvent, les chiens atteints de leishmaniose souffrent de fièvre fluctuante et sont anémiques (leurs muqueuses sont pâles).
Ces chiens sont abattus, sont plus vite fatigués.
Le fait qu'ils soient moins endurants à la chasse que d'habitude, qu'ils mettent plus longtemps à récupérer après une partie de chasse doit vous mettre «la puce à l'oreille» !
Ils sont victimes d'une fonte musculaire et sont souvent très maigres (il existe une compétition entre l'organisme du chien et le parasite pour la nourriture).


Cachexie (maigreur extrême)

Les symptômes cutanés sont plus caractéristiques :
- perte de poils (alopécie) bilatérale autour des yeux, sur les oreilles et le cou, présence de «pellicules» tout à fait caractéristiques, présence d'ulcères sur la truffe et les saillies osseuses (coudes, pointes de queue, jarrets).


Alopécie
 Source inconographique
www.cliniquedelarche.com


Un signe encore plus typique est la croissance anormale des griffes.
Celles-ci deviennent cassantes et leur longueur excessive procure au chien un bruit caractéristique lorsqu'il se déplace sur le carrelage.

Les ganglions sont de taille augmentée.
 


Croissance excessive des griffes
Source iconographique :
sos-mon-veterinaire.skynetblogs.be


 

Des symptômes oculaires sont fréquents :
conjonctivite bilatérale, parfois kératite et uvéite (œil bleu).

Une atteinte urinaire est quasi systématique :
le chien souffre de polyuropolydypsie (il boit beaucoup et urine beaucoup) signe d'une souffrance rénale.
C'est souvent cette atteinte rénale qui est la cause de la mort. 

Il peut y avoir des symptômes digestifs avec diarrhées plus ou moins hémorragiques, signant la présence d'ulcères au niveau du tractus digestifs.

La leishmaniose est une maladie particulière en ce sens que tous les symptômes ne sont pas nécessairement présents en même temps : le diagnostic n'est pas toujours chose facile car le tableau clinique n'est pas évident, surtout en début de maladie. Cette maladie peut exceptionnellement se transmettre d'un chien à l'autre, au chenil.


 Le diagnostic chez le vétérinaire  

 


Le vétérinaire se basera avant tout sur l'association des symptômes chez des chiens vivant en zones endémiques ou chez des chiens ayant voyagé dans des zones à risques.

Afin de confirmer son diagnostic, le vétérinaire dispose de plusieurs moyens : la ponction ganglionnaire, qu'il observera au microscope après l'avoir colorée ou des tests sanguins rapides qui sont aujourd'hui très fiables.

Le pronostic est toujours réservé en cas de leishmaniose car il n'existe aucun moyen de débarrasser le chien de Leishmania, on peut au mieux, le «blanchir».
De plus, il faut évaluer le stade de la maladie, l'évaluation de l'état des reins et de la moelle osseuse est importante.


 Le traitement 


En plus des soins locaux apportés aux différentes plaies cutanées et oculaires, un traitement général et plus spécifique s'impose.
Le Glu-cantime ® est le traitement de choix, agissant spécifiquement contre les leishmanies, mais il nécessite un traitement long et est toxique pour le rein.
Ce médicament fait disparaître les symptômes, le chien retrouve une bonne qualité de vie, mais les rechutes restent possibles.

 


Le Zyloric ® est moins toxique et est le médicament d'entretien de choix afin d'éviter les rechutes.


Pour diminuer les risques de rechutes, le protocole suivant est conseillé :
au terme d'une cure classique (Glu-cantime ® pendant 20 jours, puis interruption de 10 jours, puis nouvelle cure de 10 jours et Zyloric ® pendant 3 mois), un traitement de maintient d'une semaine par mois au Zyloric ® permet d'éviter les rechutes.

On obtient avec ce schéma de traitement de très bons résultats.


Prévention


Dans la mesure du possible, il faudrait rentrer les chiens en soirée.
Le collier Scalibor ® est efficace, mais reste cher, il faut par contre bien avoir à l'esprit qu'il n'est efficace que 15 jours après sa mise en place sur le chien.


Un peu plus «écologique», les lavandes et géraniums éloignent les moustiques, il peut être judicieux d'en disposer aux abords du chenil.
Contrairement à ce que l'on entend souvent, il n'existe pas de vaccin contre la leishmaniose, et il n'y en aura pas prochainement sur le marché.
De plus, en connaissant la pathogénie des leishmanies, si un vaccin était mis au point, il ne serait pas pleinement efficace, tout comme le vaccin actuel contre la piroplasmose.
Les boucles pour vaches Flectron ® (destinées à éloigner les mouches), peuvent être fixées aux colliers des chiens, et sont efficaces.
D'un prix abordable, elles ont une longue durée d'action.

 



Maude Marcoccio-Dr Vétérinaire
Sanglier Passion octobre 2007

 


Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse