* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter


 

LA TOUX DES CHENILS

 


 


Vecteur de la maladie


 

La toux chez le chien peut avoir plusieurs origines.
Quand elle se propage rapidement à tous les chiens d'un chenil, c'est qu'elle est de nature infectieuse. C'est ce que l'on appelle «la toux des chenils».


Source iconographique : www.cliniqueveterinairelagardette.com

 

La toux des chenils est un syndrome où divers agents viraux et bactériens agissent ensemble pour provoquer la maladie.

Plusieurs virus sont capables de se multiplier au sein de l'appareil respiratoire du chien.

Ce sont les virus qui agissent d'abord et qui préparent le terrain aux bactéries : les virus provoquent une inflammation de la trachée et des bronches et favorisent ainsi la contamination  ultérieure par d'autres virus et surtout par des bactéries. Cette surinfection est responsable de l'apparition des symptômes respiratoires de la toux des chenils.


 




Les symtômes


Le moyen de prévention le plus efficace est la vaccination.
Les chiens vaccinés correctement avec un CHPL sont partiellement protégés. Chez les chiens vaccinés, les symptômes se limiteront à de la toux sèche pendant 1 à 3 semaines, accompagnée par de légers écoulements nasaux.

L'état général des chiens ne sera pas affecté (pas d'abattement, ni de température trop élevée).
Chez les chiens vaccinés tous les ans (avec un CHPL), la toux des chenils aura une incidence saisonnière et ne sévira qu'en automne.

 


Source iconographique : www.taxiclic.com


En revanche, chez les chiens non vaccinés, le syndrome de la toux du chenil peut survenir toute l'année (il n'y a pas d'incidence saisonnière dans ce cas), sera de gravité plus sévère avec apparition de fièvre et d'écoulements nasal et oculaire.

Les écoulements sont bilatéraux et constitués d'un liquide clair.

La toux sera plus forte et douloureuse. La toux des chenils est en général une maladie peu grave car la majorité des chiens sont vaccinés et en bonne santé.

Néanmoins, elle peut causer des mortalités (jusqu'à 20% des effectifs) chez les jeunes chiens, les plus vieux et surtout chez les animaux affaiblis.

Certains individus seront victimes de complications : ils développeront une pneumonie ou une bronchite chronique.

La toux des chenils est une maladie très contagieuse qui se transmet par contact direct de chien à chien.

Il faut savoir que les agents pathogènes responsables de ce syndrome ne survivent pas dans le milieu extérieur. Ceci implique donc qu'après un épisode de toux des des chenils, si les locaux et le matériel (gamelles, niches) sont correctement nettoyés et désinfectés, le chenil est assaini.

 


Source iconographique : vetandthecity.wordpress.com


En outre, il n'est pas rare d'acheter un chiot déjà contaminé. En effet, lorsqu'ils ont perdu l'immunité conférée par leur mère et qu'ils n'ont pas encore été vaccinés, les chiots sont particulièrement vulnérables aux maladies contagieuses.

Pour protéger les autres, il est indispensable d'isoler les chiens qui ont été en contact avec des animaux malades. Lorsque l'on parle d'isolement, il faut faire les choses dans les règles :
on s'occupe du lot de chiens contaminé après avoir fini de soigner les chiens sains, en aucun cas le matériel (seau, gamelles) ne doit passer du chenil des contagieux jusqu'au chenil des chiens sains.

L'isolement est long : comme l'incubation dure 3 à 6 jours, pour être en sécurité, il faut isoler les chiens 10 jours environ.
Si durant les 10 jours, aucun des animaux «à risque» ne présente de symptômes de la maladie, on peut introduire ces chiens au chenil.
Si les chiens isolés développent la maladie, il faut les tenir à l'écart des autres quelques jours encore après leur guérison.
Le diagnostic se fait facilement dans les collectivités de chiens où la toux s'étend rapidement à tous les individus présents.


 


 

La prévention

  

La valence P du CHPL (ou Pi dans les vaccins dénommés CHPPi) protège contre le virus Parainfluenza, le principal virus impliqué dans la toux des chenils.
 


Parainfluenza canin (très contagieux)
Source iconographique : maison-calinette.over-blog.com


Dans les chenils, des vaccins plus spécifiques sont conseillés.
 

Il existe deux types de vaccins destinés à lutter contre la toux des chenils.
 
Les premiers sont des vaccins à administrer en injection sous cutanée protégeant contre le virus Parainfluenza et contre la bactérie Bordetella Bronchiseptica.
  • En primovaccination, 2 injections à 15 jours d'intervalle sont nécessaires puis, un rappel annuel suffit. Ces vaccins (Pneumodog ® par exemple) sont très efficaces et devraient être fait systématiquement chez les chiens de chasse.
     


Le deuxième type de vaccins est différent :

  • c'est un vaccin à administrer dans les narines du chien.

Son seul avantage est que la mise en place de la protection est beaucoup plus rapide qu'avec l'autre vaccin.
Il peut donc, à ce titre, être employé en «urgence», lorsque l'on sait que des chiens ont été en contact avec d'autres étant atteints de la toux des chenils.
Les chiens vaccinés spécifiquement contre la toux des chenils ne présenteront aucun symptôme suite à une contamination.

Comme c'est une maladie très contagieuse, cela ne sert à rien de courir de risque :

  • si vous savez qu'une meute chassant avec vous est atteinte, ne sortez pas vos chiens. Il vaut mieux se priver d'un week-end de chasse plutôt que de laisser contaminer vos chiens, qu'ils soient malades pendant trois semaines, et de ne pas pouvoir chasser pendant tout ce temps-là.
  • De plus, il existe un risque non négligeable qu'un chien souffre de complications suite à cette pathologie. Dans ce cas, le chien ne retrouvera jamais intégralement son endurance et sa carrière cynégétique sera compromise.
 

"La toux des chenils est une maladie très contagieuse qui se transmet par contact direct de chien à chien. Il faut savoir que les agents pathogènes responsables de ce syndrome ne survivent pas dans le milieu extérieur."
 



Le traitement




Le traitement consiste en l'administration d'antibiotiques adaptés et ce pendant 10 jours.
Cependant, la médecine est actuellement démunie pour lutter contre les virus :

  • comme on ne dispose que d'agents antibiotiques (et pas d'antiviraux), on ne s'attaque pas à tous les agents responsables de la pathologie.


On peut opter pour l'administration d'antitussifs qui limiteront la propagation de la maladie.

  • C'est un traitement lourd et onéreux, c'est pourquoi la prévention est importante. 
 
Article de Maude Marcoccio - Dr Vétérinaire 
Sanglier Passion - juin/juill. 2007
 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse