* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 

L'INSUFFISANCE PANCREATIQUE

 


 





Un syndrome de mal digestion




II n'est pas rare de voir des chiens de chasse gloutons, qui restent cependant trop bas d'état (maigreur). En période de chasse, ce phénomène peut être expliqué par une activité physique importante et par la lutte contre le froid hivernal.

En revanche, si ce problème perdure alors que le chien mange abondamment ou alors après la fermeture, il faut s'en inquiéter car cela peut révéler entre autres, la présence de troubles digestifs.


 

 
 
Le pancréas est un organe abdominal situé à proximité de l'estomac qui a 2 fonctions principales :
 
  • Son premier rôle est de produire le suc pancréatique
Celui-ci est la source principale d'enzymes nécessaires à la digestion des aliments ; les enzymes pancréatiques sont en effet capables de s'attaquer à tous les composants des aliments.
Ces enzymes sont importants dans la digestion des protéines et des hydrates de carbone, mais leur plus grande tâche est de digérer les corps gras appelés lipides.
  • L'autre fonction pancréatique principale est de produire l'insuline, hormone essentielle dans la régulation de la glycémie.


L'insuffisance pancréatique exocrine (IPE) est un syndrome de mal digestion dû à un déficit en suc pancréatique.
 
 
 

Le chien mange, souvent avec un appétit augmenté, mais ne "profite pas". Le suc pancréatique est sécrété en trop faible quantité ou est de mauvaise qualité.

La digestion ne sera pas suffisamment efficace : la majorité des nutriments ne seront alors pas absorbés parce qu'ils n'ont pas été adéquatement préparés.

Le chien s'amaigrit de jours en jours, et ses selles sont volumineuses. Elles ressemblent à des bouses, ont une odeur rance. Elle sont grasses et souvent décolorées : on parle de stéatorrhée. L'aspect des matières fécales est typique.

Le poil est piqué, ce qui est expliqué par le déficit d'absorption des vitamines liposolubles et d'acides gras essentiels.

Dans l'intestin, les fermentations deviennent excessives, ce qui induit des flatulences et des borborygmes.

Parfois, le chien en vient à manger ses propres selles (c'est la coprophagie).

Si les sécrétions pancréatiques diminuent, les conditions intestinales changent : certaines bactéries peuvent se multiplier. Cette croissance de la population bactérienne provoquera de la diarrhée.

Cette perte de fonction du pancréas peut être secondaire à une pancréatite, à une obstruction du canal pancréatique (masse, calcul...) ou plus rarement, elle peut être due à une cause parasitaire.
Chez certaines races, comme le berger allemand, cette pathologie est congénitale.
 

 
Les symptômes :
 
Ils apparaissent lorsque la perte de fonction du pancréas atteint 90 %. L'atteinte est alors sévère.
 
Les symptômes sont divers :

- L'animal mange excessivement, on parle depolyphagie
- On observe un amaigrissement
- Présence de stéatorrhée (les selles sont de couleur mastic, luisantes, grasses et de volume augmenté)
- Le poil est sec, terne et cassant (résultat de l'avitaminose)
- Le chien souffre de diarrhée
 

 
 

Il reposera sur plusieurs stratégies :
 
1/ D'abord il faut penser à administrer des antibiotiques (par ex. Clamoxyl (r))
Cette antibiothérapie a pour seul but de réguler les populations microbiennes intestinales.
En effet, celles-ci sont stimulées par l'afflux des éléments non digérés dans l'intestin.


 

2/ En cas d'IPE, les lipides ne pouvant être absorbés, les vitamines restent aussi dans la lumière intestinale.
Le chien touché par cette pathologie sera donc carence en vitamines.
Une injection de vitamine B12 est indispensable, dès le début du traitement.
Il faut donner une forte dose au début du traitement, ensuite, il convient de réduire la dose avec l'amélioration symptomatique, jusqu'à trouver la dose minimale efficace requise.
 
3/ Il est judicieux de complémenter le chien en vitamines A, D, E et K afin de limiter l'avitaminose.
En effet, ces vitamines dites liposolubles ne sont absorbées qu'en présence de graisses.
En cas d'IPE, les lipides ne pouvant être absorbés, les vitamines restent aussi dans la lumière intestinale.
Le chien touché par cette pathologie sera donc carence en vitamines.
Une injection de vitamine B12 est indispensable, dès le début du traitement.
 
4/ Aussi, l'administration d'antiacides 30 minutes avant le repas est parfois recommandée.
Le déficit en suc pancréatique qui neutralise l'acidité du suc gastrique a pour conséquence une acidité anormalement élevée au niveau intestinal.
Cette acidité perturbe le bon fonctionnement de la digestion.

 

 

5/ Des mesures diététiques doivent obligatoirement êtres prises en complément du traitement décrit ci-dessus.
Elles consistent au début à distribuer 2 à 3 repas par jour composés de lait, œufs et de viande maigre hachée, avec un apport quotidien de beurre ou d'huile de table.
On conseille un régime riche en graisses et en protéines.
Le riz est un aliment conseillé.
La ration ne devra surtout pas contenir de fibres, ni de lactose. Une ration à base de riz et poulet, ou riz et dinde est très adaptée à cette pathologie.
Il est essentiel que la composition de la ration reste stable de jour en jour afin de prévenir la réapparition de la diarrhée.

 
L'insufiisance pancréatique exocrine est une pathologie avec un bon pronostic. L'amélioration clinique requiert environ 3 à 4 mois pour la majorité des cas traités.
En revanche, elle nécessite un traitement long, parfois à vie, ce qui est un réel problème.
Une fois que l'on a trouvé la dose minimale de pancréas ou d'enzymes nécessaire à son chien, le chien reprend du poids et peut continuer sa carrière cynégétique sans aucune restriction.


Maude Marcoccio
Sanglier Passion - Avril/Mai 2007



 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png