* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 


LE PATOU
CHIEN DE PROTECTION DES TROUPEAUX

 


 
Le montagne des Pyrénées
 
Illustration source : centrale-canine.fr
 












Description générale
Le montagne des Pyrénées est un chien lupo-molossoïde. Grand, majestueux et non dénué d'une certaine élégance, il porte une fourrure épaisse, longue et crissante, blanche ou blanche tâchée. Il doit posséder des ergots doubles aux pattes arrières. De taille élevée, 65 à 80 cm, c'est le gardien incorruptible des troupeaux de moutons, des fermes et grandes demeures. Le montagne des Pyrénées aime les grands espaces. Il a un caractère stable et possède la notion de famille : il est réservé, voire très réservé, avec les inconnus.

Historique
Le montagne des Pyrénées est une race très ancienne dont le berceau se situe sur les deux flancs des Pyrénées centrales. Sa vocation de protecteur en a fait l'ennemi héréditaire de l'ours.

Vivre en ville
Le montagne des Pyrénées n'est pas adapté à la vie en ville.


Comportement
Son éducation doit débuter à 2 mois et être progressive jusqu'à 8 mois. Le montagne des Pyrénées aime les grands espaces. Aussi a-t-il impérativement besoin d'un parc ou d'un grand jardin.

Alimentation & Santé
Le montagne des Pyrénées doit être bien nourri et de façon très équilibrée jusqu'à l'âge de 2 ans. Il faut en effet d'abord construire sa structure osseuse en évitant parallèlement les surchages pondérales. Ensuite, une ration journalière d'entretien suffit. Compléter les apports en protides (viande) et glucides (riz, pâtes) par des vitamines et du calcium. Equilibre alimentaire et exercices auront une action bénéfique sur les systèmes osseux, nerveux, intestinal, moral, sur la peau et la fourrure.

 
Publié par : centrale-canine.fr
 
Que sont ces Chiens de Protection des Troupeaux ?

https://i0.wp.com/www.altitude.news/wp-content/uploads/2019/11/chiens-de-protection.jpg?resize=696%2C486&ssl=1
Illustration © IPRA - source : altitude.news

Quelle est la différence entre un chien de conduite et un chien de protection ? Quelle est la différence entre un chien d’attaque et un chien de protection ? Pourquoi les chiens s’approchent-ils de vous, randonneur ? Pourquoi aboient-ils ? Que font-ils sans berger ? Que font-ils face à un loup ? Quels gestes adopter face à ces chiens ? L’éthologue Jean-Marc Landry, spécialiste du sujet, répond à toutes ces questions dans ce film de Jérome Bouvier. Pour lui, ces chiens sont extraordinaires à plus d’un titre. « Ils permettent la coexistence des prédateurs et le maintien d’un pastoralisme raisonné ».




 
Une protection indispensable face au loup
 - Les espèces adaptées au « travail » de protection des troupeaux sont nombreuses. On connait notamment le Patou (Montagne des Pyrénées), mais on peut rencontrer des Bergers d’Anatolie, des Matins Espagnols… Les chiens de protection font partie des moyens que les bergers peuvent mettre en œuvre pour réduire les risques liés à la prédation sur leurs troupeaux. Le contexte naturel, la pression de la prédation, la taille du troupeau entrent évidemment en compte s’agissant de l’efficacité du chien de protection. Les spécialistes s’accordent à dire que c’est un « outil » nécessaire mais non suffisant pour faire face aux prédateurs.
 
Par : Eric T. -
Publié par : altitude.news


Rando :
quel comportement adopter face aux chiens de troupeau ?

Berger des Pyrénées
Berger des Pyrénées - Source : outside.fr


Ils sont les protecteurs des troupeaux des montagnes – parfois imposants, les chiens de troupeaux, ou « patous », peuvent surprendre les randonneurs. Mais on peut facilement les appréhender, à condition de connaître certaines règles, expliquent les experts du parc national des Écrins.

 - Les patous sont toujours reconnus comme un « moyen essentiel pour protéger le troupeau en cas de prédation », explique le parc national des Écrins. « Avec le retour du loup dans les Alpes françaises, la réintroduction du lynx dans le Jura ou encore la présence de l’ours dans les Pyrénées, de plus en plus d’éleveurs s’équipent de chiens pour protéger leur troupeau ». Face à sa présence répandue dans les alpages, il est nécessaire d’adopter un comportement adapté.
 - Il est important de comprendre que « l’irruption de tout élément étranger au troupeau » constitue une alerte pour le patou. À l’approche de randonneurs, le chien va naturellement se mettre à aboyer et s’approcher des inconnus pour les identifier en tant qu’humain. L’objectif est de lui faire comprendre qu’il n’y a aucun signe d’agressivité. Voici quelques conseils du parc national des Écrins pour y parvenir :


À faire :
    À la vue du troupeau :

Essayez d’anticiper et de le contournez le plus largement possible. Ralentissez votre allure et signalez-vous au chien (sifflez, parlez fort, chantez…). Cela permettra de ne pas le surprendre. Si vous êtes en vélo, ralentissez et descendez de votre vélo, le mouvement rapide peut entraîner un comportement de poursuite.

    À l’approche du chien :
Immobilisez-vous face à lui, les bras et bâtons de randonnée le long du corps, ne le regardez pas directement dans les yeux. Laissez-lui le temps de vous identifier et de se rassurer : parlez-lui, adoptez des signes d’apaisement (bailler, détourner le regard…). Vous pouvez éventuellement retirer les éléments qui pourraient l’empêcher de vous reconnaître : cape de pluie, casquette… Si vous avez peur, n’hésitez pas à mettre un objet ou vêtement entre le chien et vous pour créer une distance, mais pas avec des bâtons.

    Dès qu’il s’est calmé :
Poursuivez votre chemin doucement tout en restant face à lui. Si le chien de protection ne se calme pas ou que vous estimez être en danger, n’insistez pas. Reculez lentement, toujours face au chien, et après quelques mètres faites demi-tour.

À ne pas faire :
    Ne pas être familier avec un chien de protection :
Des caresses ou de la nourriture le perturbent dans son travail. Certaines attitudes qui vous semblent anodines comme crier, caresser un agneau, prendre une photo avec une brebis peuvent être interprétées comme une agression par le chien de protection.

    Ne pas être menaçant :
 - Ne jamais menacer un chien de protection, surtout avec vos bâtons, des cailloux ou le fixer dans les yeux, cela va accentuer son stress à votre égard.
Attention de ne pas surprendre le chien dans son sommeil : il pourrait réagir vivement à votre présence

 - Que faire en cas d’agression par un chien de protection ?
 - Rassurez-vous, ces cas sont très rares. Ils ne sont pas plus dangereux que des chiens de compagnie, voire moins.
Toutefois, si vous estimez que vous vous êtes senti agressé par l’un de ces chiens, même en l’absence de morsure, des fiches retours sont à votre disposition dans les offices de tourisme et les Maisons du parc afin d’expliquer le contexte de l’incident. Elles seront transmises à la DDT (direction départementale des territoires) pour une meilleure connaissance des événements qui se produisent dans le département et un accompagnement plus ciblé des éleveurs propriétaires.
 - En cas de morsure, vous pouvez faire une déclaration en gendarmerie. Un test de comportement ou une évaluation comportementale du chien pourra être réalisé pour comprendre les réactions du chien et s’assurer qu’elles ne sont pas dysfonctionnelles dans son contexte de travail.

 
Publié par : outside.fr

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com