* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 

L'ECHINOCOCCOSE

 



 

L'echinococcose
 
Eugène Mertz, formateur réfèrent de l'examen sanitaire initial du gibier sauvage auprès de la Fédération des Chasseurs de Moselle, détaille ici deux pathologies : l'echinococcose et le ténia.
L'echinococcose est une parasitose interne, due à une larve du ténia échinocoque. Le ver adulte vit dans l'intestin du renard et pond des œufs. Les œufs sont expulsés dans la nature par les déjections du renard parasité.
Les rongeurs s'infestent en mangeant des végétaux souillés. Les œufs ingérés vont évoluer en larves avant de se localiser dans le foie du rongeur.
Un renard sain va manger un rongeur infesté et sera à son tour contaminé par le parasite. Par ce biais, la boucle est bouclée.
Le sanglier qui est omnivore va aussi manger ces petits rongeurs et sera automatiquement infecté par la maladie.
Le chasseur qui va prélever un sanglier qui est infecté va le traiter et le cuisiner, mais si la venaison n'est pas cuite à cœur, la larve n'est pas détruite et il sera à son tour porteur de cette maladie.
De plus, en allant se poster, le chasseur a pu consommer des fruits de forêt qui étaient à hauteur de chien et qui étaient contaminés par les œufs de cette larve.

Source iconographique : www.echenoz-la-meline.fr
 
Au moment de l'éviscération du sanglier, si un chien a léché les abats, à son tour il se retrouvera contaminé.
Les œufs ainsi avalés donneront des embryons qui, arrivés dans l'intestin, vont le traverser.
Par voie sanguine, ils vont arriver au foie, aux poumons, à la rate, aux reins, à la plèvre, voire au cerveau, où ils resteront pour se transformer en larve.
Cette larve va grandir lentement dans une poche de liquide pour former un kyste hydatique (ou boule d'eau) pouvant atteindre en quelques mois, s'il n'y a pas de traitement, le volume d'une orange.


Source icinographique :
www.vulgaris-medical.com
 
Les seuls traitements à ce jour sont des antibiotiques à vie ou une opération chirurgicale pour supprimer cette poche d'eau.
A ce jour, les personnes les plus vulnérables et à risque sont les agriculteurs et les chasseurs, mais dans plus de 90 % des cas, le système immunitaire réagit efficacement contre le parasite.

 
 

L'Echinococcose alvéolaire


L'échinococcose alvéolaire est une maladie parasitaire due à un petit ver plat (Echinococcus multilocularis). C'est un ver qui parasite généralement l'intestin du renard, mais aussi du chien et du chat, sans entraîner de troubles particuliers chez les individus appartenant à ces espèces. Malheureusement, l'homme peut se contaminer et développer une maladie grave.
 

Le parasite et son cycle

 


Source : http://www.chassepassion.net

Légende :


    1 - Le stade adulte d'Echinococcus multilocularis (le "ver du renard"), se développe entre les villosité de l'intestin grêle chez l'hôte définitif. Les hôtes définitifs sont toujours des carnivores.
    2 - Le ver adulte est formé d'un "scolex" (la tête du ver), et de plusieurs autres segments, les "proglottides". Le proglottide terminal contient les oeufs matures.
    3 - Les oeufs matures sont expulsés avec les excréments du carnivore et dispersés dans l'environnement. Les hôtes intermédiaires s'infectent en mangeant des végétaux contaminés.
    4 - Les hôtes intermédiaires naturels sont principalement des petits rongeurs. Les humains sont des hôtes intermédiaires accidentels.
    5 - Le stade intermédiaire (larvaire) de développement d'Echinococcus multilocularis est nommé "métacestode". Il se développe principalement dans le foie. Histologiquement, les métacestodes forment de petites vésicules (qui donnent l'aspect "alvéolaire"). Chez les rongeurs, les métacestodes subissent une maturation compète et forment des "protoscolex". Chez l'homme, les métacestodes ne parviennent le plus souvent pas à maturation complète, et sont à l'origine de la maladie chronique appelée "échinococcose alvéolaire".
    6 - Quand un hôte définitive dévore un rongeur infecté, les protoscolex se développent dans l'intestin en ver adulte, et le cycle est bouclé.

Les symptômes

"La maladie est rare mais son pronostic est sombre si le diagnostic est posé tardivement."
Lorsqu'un renard est infesté, il ne présente aucun symptôme.
Chez les chiens, les symptômes sont bénins : Démangeaisons anales, léchage et signe du traîneau.Ce sont les symptômes typiques d'une infestation par des vers digestifs, quels qu'ils soient.
Des troubles digestifs et nerveux discrets peuvent être observés.

 


Aspect (anormal) d'un foie de chien parasité

  Chez l'homme, dans 90% des cas, le système immunitaire réagit efficacement contre le parasite. Les cas restent donc rares.

L'évolution de la maladie est lente et les symptômes ne surviennent que de longs mois après l'infestation.
En effet, les larves se développent pendant plusieurs années dans la masse hépatique, pour former une «tumeur parasitaire».
Une fois que la tumeur a atteint une taille considérable, les symptômes apparaissent. Les signes principaux sont des douleurs abdominales (dues à la compression de différents organes abdominaux, par l'imposante tumeur), de la fièvre, une augmentation de la taille du foie, accompagnée d'un ictère (couramment appelée jaunisse).
La maladie est rare mais son pronostic est sombre si le diagnostic est posé tardivement.
En effet, ce "cancer parasitaire" peut métastaser vers d'autres organes, y compris le cerveau.
Le diagnostic est posé à l'aide de différents examens complémentaires (échographie, test sanguin ou scanner)


Traitement chez le chien

Il est primordial de vermifuger ses chiens deux fois par an.
Pour lutter contre l'échinococcose mais aussi contre les autres maladies parasitaires.
Nos chiens de chasse sont bien plus exposés aux parasites que les autres.
Il est impératif de vermifuger les chiens de chasse deux fois par an.
Différents vermifuges sont efficaces pour éliminer Echinococcus, notamment le Praziquantel (Droncit®, Dron-tal ®). Cette molécule est très active sur les formes adultes mais ne possède pas d'activité sur les œufs.
Dans ce cas, il faut garder l'animal attaché 48 heures sur une surface dure et détruire les selles en les brûlant.

 

Traitement chez l'homme

C'est un traitement médical lourd et souvent à vie.
Il repose sur l'administration d'un antiparasitaire à fortes doses. L'option chirurgicale est envisagée dans les cas les plus graves.
Une greffe de foie est parfois nécessaire, lorsque le développement des kystes est tellement important que le foie n'est plus fonctionnel.
"Il est primordial de vermifuger ses chiens deux fois par an. Pour lutter contre l'échinococcose mais aussi contre les autres maladies parasitaires."

 Les mesures à adopter pour prévenir cette maladie

1 - En rentrant de la chasse :

  • Pensez à bien vous laver les mains, faites de même avant de casser la croûte.
  • Si vous avez eu des contacts avec un renard, raison de plus pour insister sur l'hygiène.Soyez très prudents lors de contact avec un cadavre de renard. C'est une situation à éviter autant que possible, sinon, une désinfection des mains s'impose.


Etape 1 : Pour manipuler un cadavre de carnivore sauvage, utiliser obligatoirement des gants jetables (type latex)
Source iconographique : http://www.chassepassion.net



Attention : Il ne faut pas manipuler le cadavre par les pattes postérieurs car c’est la zone la plus contaminée par les œufs du parasite.
Source iconographique : http://www.chassepassion.net



Etape 2 : Prendre le cadavre par les pattes antérieurs et le mettre dans un double sac étanche. L’idéal étant de le manipuler par la nuque.
Source iconographique : http://www.chassepassion.net



Etape 3 : Jeter les gants dans un second sac.
Source iconographique : http://www.chassepassion.net

 

Etape 4 : Se laver les mains à l’aide de lingettes désinfectantes ou de lotions.
Source iconographique : http://www.chassepassion.net

2 - Après avoir jardiné, caressé votre animal domestique (chien, chat...), et avant de passer à table :

  • Lavez vous les mains.

3 -  Lavez systématiquement les fruits et les légumes.

  • Nettoyer consciencieusement les récoltes de votre potager, les champignons et surtout les «fruits des bois» (myrtilles, mûres) souvent contaminés par les déjections des renards. Le risque est bien réel. En revanche, le parasite est sensible à la cuisson (au moins 5mn à 60°) : aucun risque avec les omelettes, tartes et confitures.

4 -  N'oubliez pas que le parasite est détruit par la chaleur, qu'il est très sensible à la dessiccation, mais qu'il est relativement résistant au froid.

  • Les températures des congélateurs domestiques sont insuffisantes pour tuer le parasite.

 Article de Maud Marcoccio - Dr Vétérinaire 
Sanglier Passion avril-mai 2008

 

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png