* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

 

MALADIES DU GIBIER ET ZOONOSES

 


 



 


Les chasseurs et les trappeurs peuvent être exposés à de multiples agents infectieux susceptibles de causer des maladies, notamment des zoonoses, transmises aux êtres humains par les animaux. Les zoonoses sont causées par de nombreux types de bactéries, virus, parasites et champignons. Les risques de contracter des zoonoses varient selon le lieu, la saison et les conditions de vie.

Il est possible d’être infecté directement (à la suite d’une morsure ou du contact avec le sang d’un animal pendant l’écorchage) ou indirectement (consécutivement à une piqûre d’insecte qui transmet la maladie d’un autre animal à un être humain).

 


Source iconographique : www.novamind.com


 La rage

Elle est l'une des plus graves maladies transmissibles par les animaux sauvages (généralement par morsure), parce qu’elle est mortelle dans pratiquement tous les cas en l’absence de soins.
La rage est endémique dans de nombreuses régions et peut infecter la plupart des animaux à sang chaud, tels les renards, les chiens, les chats, les chauves-souris, les ratons laveurs, les mouffettes, les loups, les ours et les castors ainsi que des animaux de grande taille, comme les caribous, les élans, les bovins et les chevaux. Le virus de la rage attaque le cerveau; par conséquent, tout animal sauvage qui semble avoir perdu la crainte de l’humain ou qui fait preuve d’un comportement bizarre doit être jugé dangereux. Etant donné que le virus de la rage, à l’instar de plusieurs autres virus et bactéries, se transmet par la salive, toutes les morsures d’animaux doivent être lavées à fond avec de l’eau et du savon. Le chasseur ou le trappeur qui est mordu par un animal susceptible d’être porteur de la rage doit immédiatement consulter un médecin et essayer de se procurer la tête de l’animal pour que des tests soient effectués.


 
La tularémie

C'est une bactériose qui peut être transmise indirectement (par des tiques, des mouches à chevreuil et autres mouches piqueuses) ou directement (par morsure d’animaux infectés ou lors de la manipulation de carcasses, de fourrures et de peaux d’animaux infectés). Elle peut également contaminer l’eau et la viande. Ses symptômes, qui s’apparentent à ceux de la brucellose et de la peste, sont la fièvre, les frissons, la fatigue et la tuméfaction des ganglions lymphatiques. Dans les régions où l’on soupçonne la présence de cette maladie, l’eau destinée à la consommation doit être désinfectée. Il est recommandé de cuire à fond la chair du gibier avant de la consommer. Il faut veiller à avoir les bras et les mains toujours très propres et à prendre soin de les désinfecter. Il est conseillé de porter des gants de caoutchouc en cas de coupures ou d’abrasions. L’endroit où l’on manipule les carcasses, les peaux et les fourrures doit également rester propre et être désinfecté.

 
Le charbon bactérien

Le charbon bactérien est une autre bactériose qui peut infecter les trappeurs et les chasseurs, car elle sévit à l’état endémique chez les animaux sauvages et domestiques dans la plupart des régions du monde. Le mode de contamination le plus courant est la voie cutanée lors du contact avec des peaux bien qu’il soit également possible d’être infecté en consommant de la viande contaminée. La transmission de la maladie par inhalation est moins courante, mais n’est pas à exclure. En tout état de cause, il faut se faire soigner immédiatement.

 
La tuberculose

La tuberculose est une menace de plus en plus fréquente dans bien des régions. De nombreuses espèces d’animaux peuvent être une source d’infection pour les chasseurs. Bien que la plupart des cas de tuberculose chez l’humain soient dus à l’exposition à la toux et aux éternuements de sujets humains porteurs de la maladie, de nombreuses espèces d’animaux, y compris les oiseaux et les animaux à sang froid, peuvent également être infectées. La tuberculose est également transmise par la consommation de produits laitiers non pasteurisés. Il est en outre possible d’être infecté par l’inhalation de gouttelettes de salive projetées par la toux ou par la consommation de chair d’animaux infectés. Les personnes immu-nodéficientes (à cause de médicaments ou d’infection à VIH) sont particulièrement exposées aux agents les plus courants de la tuberculose ainsi qu’à ceux qui se trouvent dans le sol et dans l’eau. Pour en savoir plus voir l' article du 22/3/15


Les mycoses
 
Les chasseurs et les trappeurs peuvent également souffrir de mycoses véhiculées par des animaux ainsi que par les champignons telluriques. Trichophyton verrucosum et T. mentagrophytes sont les principaux agents de dermatomycose pour l’humain. Par ailleurs, les chiens servent de réservoir à Microsporum canis, qui est la principale cause de dermatomycose transmise par les animaux chez l’humain. Les chasseurs et les trappeurs peuvent être exposés à des champignons qui poussent dans le sol et dans la végétation en décomposition, plus particulièrement dans des sols contaminés par des excréments d’oiseaux ou de chauves-souris; ces champignons, qui ne causent pas de zoonoses, ont des habitats spécifiques. Coccidioides immitis n’est commun que dans les régions arides et semi-arides, alors que Blastomyces dermatitidis préfère les sols humides situés en bordure des cours d’eau et les régions vierges. Cryptococcus neoformans et Histoplasma capsulatum sont les plus courants et vivent dans des sols enrichis par des excréments d’oiseaux et de chauves-souris. Ces champignons peuvent causer, par voie inhalatoire, des symptômes analogues à ceux de la pneumonie ainsi que des maladies systémiques graves, aussi bien chez l’être humain que chez les animaux.


Le tétanos

Le tétanos est une autre maladie grave qui affecte l’humain, mais aussi les animaux. Les bactéries du tétanos sont très courantes dans les sols, ainsi qu’un peu partout dans l’environnement, et leur présence est normale dans le tube digestif de nombreux animaux. Les lésions cutanées, et plus particulièrement les plaies punctiformes profondes et souillées, sont les plus susceptibles de s’infecter. Les mesures préventives consistent à bien soigner les blessures et à se faire vacciner régulièrement.


Les autres infections

Les tiques, les moustiques, les puces et autres insectes piqueurs sont souvent des vecteurs d’infections.
La peste bubonique est un exemple de bactériose transmise par les puces. L’infection chez la puce se produit suite à la consommation du sang d’un animal infecté — généralement un rongeur, un lapin ou un lièvre, mais aussi de divers carnivores. La puce transmet ensuite cette infection à un autre animal ou à un être humain. Chez ce dernier, l’infection peut aussi être causée par la manipulation de tissus d’animaux infectés ou par l’inhalation de gouttelettes projetées par d’autres personnes ou par des animaux, généralement des chats, atteints de peste pulmonaire. Les premiers symptômes de la peste bubonique ne sont pas spécifiques à cette maladie: fièvre, frissons, nausée et prostration. Au cours d’une phase ultérieure, les ganglions lymphatiques peuvent se tuméfier et s’enflammer (c’est le terme bubon qui a donné son nom à la maladie).

 

La maladie de Lyme

Une maladie plus courante transmise par la piqûre ou la morsure d’un insecte est la maladie de Lyme. C’est une des nombreuses maladies transmises par les tiques. Le premier symptôme est généralement une éruption en forme de cocarde pâle entourée d’une auréole rouge à l’endroit touché. L’éruption se résorbe; par contre, en l’absence de soins, la maladie peut progresser et causer de l’arthrite ainsi que des complications plus graves.

 
Les hantavirus

Les hantavirus infectent les rongeurs dans le monde entier et on signale des cas d’infection chez l’être humain depuis des décennies, la plupart du temps avec atteintes rénales. En 1993, le syndrome pulmonaire à hantavirus a été déclaré aux Etats-Unis. Ce virus provoque une insuffisance respiratoire évoluant rapidement vers le décès du sujet. Les hantavirus sont généralement transmis par des aérosols d’urine ou de déjections des rongeurs. On pense que les personnes infectées ont été exposées à des souris ayant contaminé des chalets et des maisons.

 
 

Source iconographique : http://ahrca.over-blog.com


En outre, les chasseurs et les trappeurs peuvent contracter toutes sortes d’autres infections virales, bactériennes, fongiques et parasitaires parfois présentes chez les animaux sauvages.


Source : http://www.ilo.org


 

 
Zoonose, un terme étrange qui désigne les maladies (ou affections) transmissibles des animaux vertébrés à l’homme, et inversement.

Zoonose signifie donc « maladie (sous-entendu de l’homme) due aux animaux »
.


 
Source iconographique : www.novamind.com
 
 
On peut éviter la plupart des zoonoses et autres agents infectieux en faisant preuve de bon sens et en prenant certaines précautions générales.
 
1- L’eau doit être bouillie ou traitée au moyen d’un produit chimique.
 
2- Tous les aliments doivent être suffisamment cuits, surtout ceux d’origine animale. La chair de tous les animaux sauvages doit être cuite à 71 °C. Les aliments consommés crus doivent être lavés à fond.
 
3 - Pour éviter les morsures et les piqûres d’insectes, il est recommandé de rentrer les jambes de pantalon dans les bottes, de porter des chemises à manches longues et de se protéger à l’aide d’insectifuges ou, au besoin, d’une moustiquaire portative.
 
4 - Les tiques doivent être enlevées dès qu’on les remarque. Le contact direct avec les tissus animaux et les liquides organiques doit être évité. Le port de gants est recommandé, surtout quand on a des crevasses ou des abrasions aux mains. Il faut se laver les mains à l’eau et au savon après avoir manipulé un animal et toujours avant de manger.
 
5 - Les morsures et les blessures doivent être rincées à l’eau et au savon aussitôt que possible et des soins médicaux sont indispensables, surtout si l’on craint d’avoir été infecté par un animal atteint de la rage.
 
6 - Les chasseurs et les trappeurs doivent être vaccinés contre les maladies courantes dans leur région. Une trousse médicale d’urgence à portée de la main et des notions élémentaires de secourisme peuvent faire toute la différence entre un incident mineur et un incident sérieux.

 


 
 



 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png