* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter

PEUR DES COUPS DE FEU OU DES ORAGES

 




 

La phobie des orages et coups de feu doit être détectée le plus vite possible : consultez un vétérinaire comportementaliste pour cataloguer son type de peur.
 

 
 

Ces deux peurs ne sont pas forcément liées.

♦ La phobie des coups de feu peut être détectée assez  jeune.

N'attendez pas l’ouverture de la chasse pour mettre le chiot à l’ épreuve d'un coup de feu.
Si l’ on pense avoir un chien hypersensible au bruit parce qu'il manifeste des signes d'inquiétude quand une porte claque ou que les cloches sonnent, il faut tester sa sensibilité.
Commencez par tirer des coups de feu un peu loin et si possible, lui donner à manger en même temps ou exciter sa curiosité, avec un pigeon, par exemple.
Ensuite les bruits sont augmentés en intensité et en  se rapprochant peu à peu du chien en fonction de son comportement.

♦ Pour tester la peur de l’orage, c’est plus aléatoire : il en faut un !

Cette peur  n'est pas toujours congénitale,  elle peut être acquise un jour où l’orage est tombé très prêt du  chien : il a eu peur, c'est normal, il aura toujours peur,  cela l’est moins.

Quelle que soit la nature de ces phobies, consultez un vétérinaire comportementaliste. Il saura cataloguer le type de peur qui frappe  le chien et ordonner le médicament le mieux adapté : traitement au coup par coup ou à vie.


 
Par Bernard Domecq-Cazaux
Publié par : Le chasseur français - Juillet 2013 -p/44

 





Mon chien a peur des bruits retentissants



Le chien peut entrer en contact avec une série de bruits susceptibles de l’effrayer : feux d’artifice, pétards, sirènes, sonnette d’entrée ou sonnerie du téléphone, petits et gros électroménagers. Chez la plupart des sujets, la pathologie n’est pas grave au point de nécessiter une thérapie comportementale ; en effet, il suffit d’éloigner l’animal lorsqu’on utilise des électroménagers, ou de lui administrer des calmants à l’occasion des fêtes avec des feux d’artifice.

Lorsqu’il est effrayé par les sirènes, on peut essayer de le tranquilliser en le caressant ou en le distrayant en jouant. Si les bruits à l’origine de la phobie sont fréquents, ou si le chien s’agite de façon excessive, on peut avoir recours à cette thérapie : on lui fait écouter un enregistrement de ce qui lui fait peur en baissant le volume, en suivant la progression conseillée pour la peur de l’orage.

On peut aussi exposer le chien au bruit pendant une brève période et à une certaine distance pour ne pas l’effrayer, puis on augmente la durée et on réduit progressivement la distance, jusqu’à ce qu’il s’habitue à ce bruit précis. Il vaut mieux toujours essayer de prévenir ces troubles comportementaux en habituant le chien, dès qu’il est chiot, aux bruits les plus communs – comme ceux des électroménagers – pour qu’il n’ait pas peur une fois adulte.

Pour soigner la phobie des coups de feu, B. L. Hart et L. L. Hart suggèrent une méthode simple et efficace. Elle consiste à habituer le chien de façon progressive, en utilisant un pistolet calibre 22 chargé à blanc et des boîtes en carton qu’il faudra insérer l’une dans l’autre, pour étouffer le bruit. Il faut organiser une série de séances de déconditionnement où l’on fait écouter au chien une dizaine de coups de feu, en enlevant une boîte toutes les trois/quatre séances.

Si le carton n’atténue pas suffisamment le coup, on peut utiliser des couvertures pour entourer les boîtes. Elles doivent être suffisamment épaisses pour que le bruit n’effraie pas l’animal, que l’on calme à l’aide de caresses et de friandises.

S’il montre des signes de nervosité lors d’un coup de feu faiblement atténué, il faut reprendre le dressage à un stade précédent, c’est-à-dire que l’on rajoute quelques boîtes que l’on avait déjà éliminées. Les chasseurs pourront utiliser cette technique pour habituer les chiens qui craignent le bruit des coups de feu. Mais attention, il vous fera beaucoup de temps et un dressage continu pour obtenir de bons résultats.



Publié par : http://wamiz.com

 





Mon chien a peur des orages

 



De nombreux chiens craignent les orages et s’agitent avant même qu’ils n’éclatent, car leurs sens sont plus développés que les nôtres, et leur permettent de percevoir les changements de pression atmosphérique qui précèdent l’arrivée d’une perturbation. S’ils sont libres, ils essaient de fuir, s’ils sont enfermés dans un enclos, ils grattent le sol et mordent la grille pour ouvrir un passage et s’échapper.

S’ils y parviennent, ils courent pendant des kilomètres, en essayant d’éloigner d’eux les coups de tonnerre et les éclairs, en risquant aussi de se perdre. D’autres se réfugient dans un endroit sombre, en glapissant et en tremblant pendant toute la durée de l’orage.

Certains chiens cherchent leur maître ; c’est pour cette raison que, s’ils sont enfermés dehors, ils grattent furieusement les portes, ou essaient d’entrer par les fenêtres, en ne se calmant que lorsqu’ils parviennent à se coucher près de lui.

 

Quelle attitude adopter ?


Pour guérir le chien de sa phobie de l’orage, il faut l’habituer au stimulus anxiogène (le bruit du tonnerre) afin d’éliminer la peur. Il existe deux techniques :

1. La désensibilisation systématique qui consiste à lui faire entendre le bruit à une très faible intensité afin de ne pas l’effrayer, puis à l’augmenter progressivement jusqu’à atteindre l’intensité qui déclenche le comportement phobique.

2. Le déconditionnement qui consiste à lui faire écouter le bruit pendant qu’il est occupé à une activité plaisante, comme manger, afin qu’il associe le tonnerre à une expérience positive. Bien qu’il soit possible de désensibiliser et de déconditionner un chien qui craint l’orage, il s’agit d’un processus long qui demande beaucoup de patience. Avant d’entreprendre cette thérapie, il faut évaluer la gravité de la pathologie, et si le bruit du tonnerre ne se répète pas fréquemment, il vaut mieux trouver une autre solution.

On peut, par exemple, installer une niche dans la maison où le chien pourra se réfugier quand l’orage éclate. Il est préférable de choisir cette solution plutôt que d’essayer de le tranquilliser en le caressant, ce qui pourrait passer pour une « récompense » et produire des effets contraires à ceux recherchés.

La peur de l’orage peut cacher d’autres problèmes de comportement du chien comme le syndrome de privation sensorielle au premier stade, une phobie post-traumatique ou qui découle d’un état de surexcitation psychique, qu’il faut individualiser en ayant recours, si nécessaire, à l’aide d’un spécialiste.

 

Comment désensibiliser et déconditionner le chien ?


1. Obscurcissez la pièce et trouvez un endroit où vous mettre avec le chien.

2. Restez près de lui, et tenez-vous prêt à intervenir à chacune des réactions du chien.

3. Avant de commencer la thérapie, apprenez-lui le sens de « Assis ! » et de « Couché ! », ordres que vous donnerez au début de la séance.

4. Préparez la scène, faites-lui écouter l’enregistrement d’un orage en baissant le volume, quasiment imperceptible à l’oreille humaine. Caressez-le et offrez-lui des friandises pour qu’il reste tranquille – vous pouvez aussi le dresser tandis qu’il consomme son repas quotidien –. S’il montre des signes de nervosité (il bouge, il respire plus vite), éteignez l’enregistrement et reprenez en baissant davantage le volume.

5. Laissez-le écouter les bruits de l’orage pendant 5 minutes environ ; s’il s’agite, attendez 10 minutes pour voir s’il se calme, mais s’il ne se détend pas, baissez encore le volume.

6. Les séances doivent durer entre 10 à 15 minutes et doivent être proches l’une de l’autre. Il est possible de ne pas toujours dresser le chien à la même heure, et dans des pièces différentes, ou de relier l’enregistrement à une minuterie (pour qu’il démarre automatiquement, et que vous puissiez vérifier les réactions du sujet de l’extérieur de la maison).

Enfin, vous pouvez aussi ajouter d’autres éléments de l’orage, par exemple les éclairs, en utilisant un flash. Chaque fois que vous ajoutez un nouvel élément à la scène, baissez le volume. Il faudrait éviter les véritables orages lors de la leçon de dressage, mais, s’il y en a un qui éclate, calmez tout de suite votre chien, en lui administrant des tranquillisants si cela est nécessaire : s’il revit une situation effrayante pendant la thérapie, son apprentissage peut régresser.

Dans ce cas, il faut reprendre le dressage du chien depuis le début, mais ne vous découragez pas, car le temps perdu sera rapidement récupéré. Quand votre chien a l’air guéri, rafraîchissez-lui la mémoire avec quelques séances. Si, en effet, trop de temps s’écoule entre la thérapie de comportement et un véritable orage, votre fidèle ami peut oublier une partie des choses qu’il a apprises et devenir à nouveau peureux.



Publié par : http://wamiz.com



 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png