* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter


ACTUALITES  DU MARDI
 
 
 


Mardi 18 février 2020

   Vendée - 85
Faut-il autoriser la chasse au sanglier
quelques semaines de plus en Vendée ?


https://static.actu.fr/uploads/2019/05/SANGLIER-854x581.jpg
A ce jour, le sanglier peut être chassé du 1er juin jusqu’au dernier jour de février. (©Publicateur)
Source :
actu.fr
 
La préfecture lance une consultation concernant la chasse. Faut-il autoriser la chasse au sanglier jusque fin mars en Vendée ? Vous avez jusqu'au 20 février pour répondre.

 - La période de chasse du sanglier en France peut être étendue, dans le cadre du dispositif réglementaire fixé par l’article R.424-8 du code de l’environnement. Ce dispositif définit pour certaines espèces de gibier chassable les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse.
 - La préfecture de Vendée lance une consultation à ce sujet, pour étendre la période de chasse du sanglier dans le département jusqu’au 31 mars.

Jusqu’au 20 février
 - « L’augmentation continue des populations de sangliers en France depuis plus de 30 ans explique en grande partie l’augmentation des prélèvements (50 000 sangliers prélevés par les chasseurs en France annuellement dans les années 1980, 500 000 en 2014, 700 000 en 2017, 760 000 en 2018).
En Vendée, l’évolution du plan de chasse du sanglier montre également une augmentation des prélèvements ».
 - La durée de la période de chasse est un des facteurs – clefs permettant d’optimiser la régulation du sanglier. À ce jour, le sanglier peut être chassé à l’affût, à l’approche ou en battue, avec ou sans chiens, du 1er juin jusqu’au dernier jour de février », souligne la préfecture.

Comment donner son avis ?
  • Par mail : pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr
  • ou au moyen d’un bulletin à cette adresse : Préfecture de la Vendée – DRCTAJ/1 – Pôle environnement – section des enquêtes publiques. 29 rue Delille, 85 922 La Roche sur Yon Cedex 9
  • ou en cliquant sur ce lien.
Publié par : actu.fr


La Fédération Nationale des Chasseurs
se félicite du lancement officiel de l’OFB



Illustration source : chassons.com

 
La Fédération Nationale des Chasseurs  se réjouit du lancement de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) à Chamonix par le Président de la République. C’est le monde de la chasse qui a, pendant des années, bloqué toute fusion entre l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et l’Agence française de la Biodiversité, en raison de l’absence de garanties pour défendre une écologie de terrain en associant tous les acteurs de la ruralité.

La FNC prend donc acte de la volonté politique du Gouvernement de considérer les chasseurs comme des acteurs incontournables de la biodiversité qui ont leur place dans la gouvernance de l’OFB. La FNC salue également l’engagement déterminant de la Secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon, qui oeuvre au quotidien pour que les réformes aboutissent, comme celle de l’OFB. Les chasseurs, qui ont créé et longtemps payé intégralement la police de la chasse et de l’environnement sur leurs propres deniers, apprécient aussi les déclarations du Président de la République Emmanuel Macron qui veut privilégier une police de proximité, « une police rurale, de la nature, de la chasse et de la pêche » devant les personnels de l’OFB et tous les élus présents.

La FNC partage le constat sur l’urgence de se mobiliser pour réduire l’artificialisation des sols, pour cultiver différemment dans le cadre d’une véritable transition agricole qui soit globale à l’échelle des territoires et pour promouvoir une éducation à la nature pour nos concitoyens qui perdent le contact avec les réalités de la nature et de la vie rurale. Le monde de la chasse conduit depuis de nombreuses années, au quotidien et dans toutes les régions de France, des actions de sauvegarde de la biodiversité, avec la préservation de nombreuses zones humides, avec des centaines de kilomètres de haies replantées et l’expérimentation de l’agroécologie bien avant qu’elle ne devienne à la mode. Les chasseurs ont aussi beaucoup investi sur le terrain avec les maires ruraux dans la gestion des espaces protégés y compris sur Natura 2000, dans la sauvegarde des mares et de tous les biotopes fragiles dans de nombreuses communes.

La FNC et les fédérations départementales des chasseurs ont été pionnières, en partenariat avec l’ONCFS et d’autres institutions scientifiques, pour développer la connaissance scientifique des espèces sauvages qui est l’élément essentiel pour établir des diagnostics partagés et une gestion durable. C’est à leur initiative que la gestion adaptative est maintenant en expérimentation en France alors qu’elle existe depuis plus de 20 ans aux USA et au Canada. Bien sûr, la FNC restera très vigilante sur la création annoncée de nouveaux espaces protégés, en veillant à ce que les activités traditionnelles rurales qui contribuent à la diversité de ces territoires soient maintenues, plutôt que de vouloir imposer des sanctuaires mis sous cloche. Le monde de la chasse a longtemps été un véritable lanceur d’alerte sur la dégradation de la biodiversité de nos terroirs et de nos villages.

Pour Willy Schraen, « cette réforme va franchement dans le bon sens, surtout si les trois priorités restent la reconquête de la biodiversité, la gouvernance, qui met tous les opérateurs ruraux autour d’une même table, et si la police rurale de proximité est confortée comme une priorité dans les départements. Ce nouvel office doit s’attacher à travailler en partenariats avec tous les opérateurs ruraux afin de trouver en permanence des solutions de compromis et de bon sens. Je partage la déclaration du Président de la République qui considère que la biodiversité est le combat du siècle et que ce combat est celui de l’innovation, de l’adaptation et de la conscience intime ».

Communiqué de la FNC du 14/02/20


Publié par : chassons.com


   Haute-Saône - Vesoul - 70
Deux cadavres de chiens découverts
dans un appartement au centre de Vesoul


Trois chiens et 2 chats sont probablement restés enfermés des jours dans cet appartement à Vesoul. Deux chiens sont morts.
Un chient et un chat sont en piteux état. Photo
estrepublicain.fr/DR SPA.
 
 
Saisie par la police, la SPA est intervenue ce lundi matin dans un appartement au centre-ville de Vesoul. À son arrivée, deux chiens étaient morts. Un chat et un chien sont dans un état critique. Les animaux auraient été laissés seuls pendant plusieurs jours.

C’est une vision d’horreur qu’ont eue les deux intervenants de la SPA ce lundi 17 février au matin en pénétrant dans un appartement à Vesoul. Appelés par le commissariat, ils ont découvert à leur arrivée deux cadavres de chiens : un caniche et un berger australien. Mais aussi un chat et un chien très mal en point, et un chat relativement en forme.

« Les animaux ont dû rester seuls au moins huit jours pour qu’ils meurent de faim et de soif », estime Bernard Armand, vice-président de la SPA Boules de poils à Dampvalley-lès-Colombe.

Aucune trace des locataires sur place.

Le propriétaire, qui a alerté les policiers, était présent au moment de la macabre découverte.

Les survivants confiés à un vétérinaire
Les deux cadavres ont été pris en charge par la direction des services vétérinaires tandis que les animaux mal en point ont été confiés à un vétérinaire. « On n’est pas sûrs qu’ils survivent. Ils sont dans un état lamentable », regrette Bernard Armand.

« L’appartement était dans dans un piteux état, un vrai dépotoir. Malheureusement, on voit de plus en plus de choses comme ça  », déplore le vice-président.

Par Eléonore Tournier
Publié par :
estrepublicain.fr
 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com