* Michel BLANC :- 04 94 77 76 01 - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *
Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
N'hésitez pas à me contacter


ACTUALITES  DU MERCREDI

 

Mercredi 20 mai 2020

   Somme - Cayeux-sur-Mer - 80
Un sauvaginier devant le tribunal pour
« tapage nocturne » de ses canards


Illustration source : chassepassion.net

 
L’affaire est nouvelle pour nous, mais à Cayeux sur Mer, elle ne date pas d’hier.
Depuis 2015, année où Julien Chirache, passionné de chasse au gibier d’eau a emménagé, la guerre fait rage avec l’un de ses voisins. Ce dernier a porté plainte contre Julien, excédé par le bruit des canards, la nuit notamment.


 - Notre sauvaginier a, semble-t- il, pourtant tout fait pour réduire les nuisances de ses appelants. Il a tout d’abord changé ses colverts pour des canards moins bruyants, tels que des sarcelles, siffleurs ou souchets, parqué ses oies plus loin, mais cela n’a pas suffi à calmer les rancœurs de son voisin.
 - En octobre 2017 c’est l’altercation. Coups de poings, barre à mines, Julien en est quitte pour 4 jours d’ITT. Si à ce jour cette agression n’a pas encore été jugée, celle du tapage nocturne des canards l’a été en revanche par le tribunal administratif d’Abbeville.
 - Malgré les 2 plaintes du voisin, une pétition signée par 7 riverains, le tribunal a débouté le voisin manifestement un peu trop sensible au bruit. 2 autres riverains ont été appelés à la barre et ont affirmé que les canards ne les gênaient aucunement L’homme pas franchement ami avec les canards a déclaré pourtant être en dépression à cause de ces derniers«Ma dépression est certifiée médicalement. J’ai perdu mon travail de pêcheur et le salaire qui va avec. Je demande des dommages et intérêts ». Il compte faire appel.

En attendant les canards de Julien pourront barboter tranquillement dans leur beau parc !


Par : Jacques Cheval
Publié par :
chassepassion.net

   Landes - 40

Déconfinement :
les chasseurs landais inquiets de la prolifération des sangliers
 

Selon la Fédération départementale des chasseurs des Landes, la période de confinement a favorisé la prolifération des sangliers
Selon la Fédération départementale des chasseurs des Landes, la période de confinement a favorisé la prolifération des sangliers © Maxppp - Source : francebleu.fr

 
Alors que le confinement se termine, les chasseurs landais alarment sur la multiplication des sangliers. Depuis le 16 mars, les battues administratives étaient interdites. Elles reprennent aujourd'hui peu à peu, mais les chasseurs craignent une prolifération des sangliers difficile à réguler.

 - Vous avez peut-être observé des familles de sangliers en roulant ou en vous baladant dans les Landes. Pendant la période de confinement, la nature a repris ses droits, et les sangliers aussi. Selon la Fédération départementale des chasseurs des Landes, cette période de confinement a favorisé leur prolifération. Même si les battues administratives reprennent peu à peu dans le départements, les chasseurs sont inquiets pour la suite.
  •    " Une période de déconfinement qui nous rappelle l'après tempête Klaus "

 - Pour le directeur de la Fédération départementale des chasseurs des Landes, Régis Hargues, cette période post-confiment est comparable à la catastrophe de 2009, concernant la prolifération des sangliers : "Il y a eu pour conséquence, en 2009, une augmentation exponentielle des sangliers."

 - Selon le directeur, cette période de confinement, comme la période post-tempête où la chasse avait du être interrompue, aura deux conséquences : "On a un double effet : l'économie des animaux qui auraient été prélevés par la chasse, mais aussi l'économie des femelles qui auraient été abattues, et qui auraient donné naissance à trois, quatre, cinq petits. Il ne faut pas beaucoup de temps, finalement, pour réduire à néant des mois d'efforts sur la régulation d'une espèce."
 - "En 2009, on a obtenu une augmentation de population dont on se souvient encore. Si on a la même chose avec le confinement, ça risque d'être problématique", s'inquiète Régis Hargues.

Un arrêt de la chasse classique mi-mars qui pénalise les chasseurs
 - Selon la Fédération de chasse landaise, l'arrêt brutal des battues au moment du confinement a favorisé la prolifération des sangliers : "Nous avons eu un arrêt de la chasse classique dès le début du confinement, mi-mars, explique le directeur. Ce qui n'a pas permis la régularisation du sanglier. Progressivement, fin mars, on a réussi à de nouveau faire  des tirs individuels, d'approche et d'affût, qui nous ont aidé à maintenir une pression."

Le reprise des battues administratives encadrées
 - Désormais, sur indications d'un arrêté, les battues administratives ont repris progressivement dans les Landes. Depuis début mai, seulement une vingtaine de chasseurs à la fois peuvent y participer, tout en respectant les règles sanitaires imposés par la situation actuelle.


Par Lou Bourdy
Publié par : francebleu.fr


   Tarn - 81
Un pompier volontaire de 14 ans s’est jeté à l’eau
pour sauver un Patou emporté par le courant

 
Illustration source : wamiz.com
Un sauvetage héroïque !

C’est au détour d’une balade avec sa mère que Maxence, 14 ans, a sauvé la vie d’un Patou coincé dans le courant de la rivière de l'Agout (Tarn), particulièrement dangereuse à cause de récentes pluies torrentielles. Le chien avait été attiré par les canards, est tombé dans la rivière, puis a lutté contre le courant pour s’en sortir.

Des actions dignes d’un héros
 - En voyant son chien se débattre sans succès, le maître du chien a crié à l’aide, et a ainsi alerté Maxence et sa mère Estelle. L’adolescent a alors foncé sur son vélo pour aller plonger dans la rivière au secours du chien de 70 kilos.

Maxence a raconté ses actes héroïques à 30 Millions d’Amis :

 - « Je l'attrape par le collier mais je sens que je n'ai pas pied, se remémore l'adolescent. Je tiens le coup. Ma mère arrive et me tient le bras. Une riveraine et le maître nous prêtent main-forte et forment la chaîne. L'eau était gelée et profonde à cause de la crue, il y avait bien 2 mètres de profondeur. Mais après un dernier effort, on a réussi à sortir ! C'était un vrai réconfort. »

Sa mère, Estelle, a ajouté :
 - « C'était incroyablement dangereux mais, sur le coup, tout est allé si vite. Les conditions étaient affreuses. La rivière débordait et des vagues violentes se formaient. C'était effrayant. Nous sommes tellement soulagés que tout cela se soit bien terminé. Et qu'Oural aille bien ! »
 - Oural, c’est le jeune Patou d’un an qui doit sa vie à Maxence et Estelle, tous les deux pompiers volontaires et amoureux des animaux, ayant eux-mêmes un chien et cinq chats.

 
Un pompier volontaire de 14 ans s’est jeté à l’eau pour sauver un Patou emporté par le courant
Illustration source : wamiz.com
Une belle amitié est née
 - Depuis cet incident, Maxence va voir Oural chaque jour chez son propriétaire qui est infiniment reconnaissant vis-à-vis du jeune homme pour ses actes héroïques.
 - Les conséquences auraient tout de même pu être dramatiques : tous les ans, des propriétaires de chiens se noient en essayant de sauver leurs animaux tombés à l’eau. Alors dès que vous promenez votre chien près d’une source d’eau, veillez à le tenir en laisse et ne pas le laisser se baigner si les conditions ne sont pas bonnes !

Oural, Maxence et Estelle ont eu beaucoup de chance de s’en sortir. On applaudit leur courage, en espérant qu’ils ne soient plus jamais en danger !

Publié par :
wamiz.com

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail



Bookmark and Share

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


LeClosduPoste.com traduit - LeClosduPoste.com translates - LeClosduPoste.com traduce - LeClosduPoste.com übersetzt
Contact - Conditions Générales d'Utilisation de Wifeo.com