* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter


 

ACTUALITÉS  DU MERCREDI
 
 
 
Mercredi 21 février 2024

Le loup, un animal qui gagne du terrain en France

 

La population du loup est en hausse en France. Des récentes observations dans les Hauts-de-France montrent que son territoire augmente.

 - Le loup fait partie des quelques animaux dont la population tend à augmenter ces dernières années. Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, les programmes de réintroduction de cette espèce ainsi que l’interdiction de sa chasse ont porté leur fruit. Alors qu’elle avait complètement disparu du territoire français, elle est revenue depuis les Alpes italiennes dans les années 1990.
 - Aujourd’hui, la population du loup est en forte augmentation en France. Ce n’est d’ailleurs pas le seul animal dont la présence se fait de plus en plus fréquente. Les sangliers, le lynx, les chats sauvages ainsi que les ours bruns connaissent, eux aussi, une croissance de leur population.

Le nombre de loups est régulièrement revu à la hausse en France

 - Comme le rappelle l’Office français de la biodiversité dans son suivi du loup en France, la première fois que cette espèce a été de nouveau observée remonte à 1992, dans le parc national du Mercantour. Depuis, la population de cet animal a fortement cru. En 2021, elle a été estimée à hauteur de 620 individus. Aujourd’hui, ce nombre aurait presque doublé pour dépasser les 1100 individus.
 - C’est ce qui ressort d’une réévaluation de la population de loups en France datant de septembre 2023. Ainsi que l’observe Science&Vie, elle aurait ainsi augmenté en moyenne de 15% par an sur les cinq dernières années. Or, étant donné la flexibilité de cet animal et la taille de son territoire, cette hausse s’accompagne d’une extension de sa zone de présence.

Le loup progresse sur le territoire français

 - Le loup étant venu depuis l’Italie, il s’est surtout installé dans le sud-est de la France. C’est d’ailleurs dans cette zone que la majorité des meutes se sont installées. Toutefois, plusieurs indices et observations de loups montrent qu’ils remontent désormais jusque dans le nord de la France et en Belgique.
 - En septembre dernier, plusieurs individus ont ainsi été observés en Wallonie. De l’autre côté de la frontière franco-belge, des loups ont été vus à plusieurs reprises dans les Hauts-de-France et, un peu plus loin, en Normandie. Depuis 2022, ces rencontres sont même de plus en plus fréquentes. Et des attaques d’ovins dans la Manche laissent penser que des meutes pourraient s’être installées.
 - À long terme, quelle évolution attend encore la présence du loup en France ? Selon certains, il n’est pas tout à fait impossible que cet animal puisse reconquérir l’ensemble du territoire, comme c’était le cas quelques centaines d’années plus tôt.

 
Pour lechasseurfrancais.com


Plus de 800 miradors dans les forêts domaniales de l’Oise

 

600 miradors en plus en 2024 : c’est ce qu’annonce l’ONF qui veut développer la traque affût dans ses forêts.250 miradors déjà en place, 600 en 2024, pour sur les forêts de l’Oise vont ressembler à des camps militaires. Mais c’est le souhait de l’ONF qui veut généraliser la traque affût dans ses forêts révèle le Parisien 

850 miradors pour des chasses plus sécuritaires et plus efficaces

 - Notre journaliste Pascal Durantel explique que le principe de la traque affut consiste à poster les tireurs au cœur de la forêt rabattue. Ils sont positionnés sur des miradors judicieusement installés près des coulées fréquentées. Ils peuvent ainsi tirer à 360°, mais pas au-delà de 40 m, sur des animaux qui se présentent à petite vitesse dans l’ordre hiérarchique habituel. Ce type de chasse qui nous vient de l’Allemagne et de l’Est de la France fait de plus en plus d’émules. D’ailleurs même le Domaine de Chambord s’y est mis.
 - Pierre Gégou, responsable chasse à l’ONF vante les avantages de la traque affut au Parisien. Déjà au niveau sécuritaire : les chasseurs « utilisent un tir fichant, c’est-à-dire qu’il se fait du haut vers le sol, ce qui réduit les risques d’accident. Une balle suffit la plupart du temps, contre sept en moyenne pour une battue. C’est donc plus sûr pour les chasseurs mais aussi pour les autres usagers de la forêt ».  Plus sécuritaire, mais aussi plus efficace, comme le précise Marc Morgand, directeur de la Fédération des chasseurs de l’Oise (FDC60). Il cite un taux de réussite de 100% contre 80 en battue classique. Il n’en fallait pas plus pour plaire à l’ONF qui voit ainsi ses plans de chasse réalisés avec plus d’efficacité et surtout de rapidité « cela réduit les jours de chasse. On passe de 22 jours à 10 ou 12 sur une parcelle ».
 -
L’ONF qui avait mis en place cette technique en 2015 souhaite la développer voir la généraliser dans certains secteurs. Ainsi en forêt de Compiègne elle va l’imposer sur les 17 lots qu’elle possède sur ce massif. L’année dernière 250 miradors ont été installés en forêt de Chantilly, d’Halatte, de Laigue et de Compiègne. 600 de plus ont été commandées pour 2024.

  • « On compte un mirador pour 10 hectares. En Halatte par exemple, sur 700 hectares, 110 ont été positionnés et on va en faire rajouter 20. » Pierre Gégou

Et les chasseurs dans tout ça, que pense t ils de ce type de traque affut sur miradors ?

 - Si la traque affut est très appréciée des chasseurs de l’Est, elle ne fait pas l’unanimité ailleurs. Beaucoup aimerait la voir généralisée et il est vrai qu’elle commence à se mettre en place dans plusieurs régions. On parle même de chasse à la mode, prisée par les jeunes.
 - Elle est efficace c’est sûr, mais beaucoup trouvent que cette chasse est fade. Jonathan Grosbois, technicien grand gibiers à la FDC60 le reconnait : «  Ils ne trouvent plus le plaisir de la chasse avec leurs chiens, leurs camarades. Ce n’est plus la même ambiance. Ils se sentent esseulés ».
 -
Avec la traque affut des chasseurs n’hésitent pas à parler de chasse de régulation. Il n’y a plus de chasse plaisir, de chasse conviviale. Plus de chasse où on entend le chant des grands courants s’élever dans les forêts et les plaines.
 - Et puis soyons honnête, ce type de chasse que beaucoup aimeraient se voir généralisée sur les territoires reste impossible à se mettre en place dans certaines régions. Si un mirador est nécessaire pour 10 hectares, on vous laisse imaginer combien il faudrait de miradors pour les vastes territoires des chasses du sud de la France.

 
Pour lechasseurfrancais.com



 

Fermeture de la chasse :

Nos conseils pour stocker vos armes afin de les préserver

 
 

La fin de saison arrive à grands pas - Source : chassons.com

La saison de chasse 2023-2024 approche à grands pas. Si la chasse du sanglier reste ouverte pour plusieurs départements jusqu’au 31 mars, pour beaucoup de nemrods, le 29 février va marquer la fin de 6 mois de bonheur et d’émotions, vécus entre amis et avec nos compagnons à quatre pattes. Aussi, pour nombre de chasseurs, il va être temps de remiser fusils et carabines pour de longs mois.
 - Mais, stocker ses armes pour l’intersaison demande de prendre certaines précautions afin de préserver au mieux canonneries, mécaniques et bois de ces outils précieux pour qu’ils puissent être toujours opérationnels pour les saisons prochaines. Nous allons donc vous donner quelques conseils utiles pour les stocker tout en préservant leur intégrité.

Stocker en toute sécurité
 -
Si la pérennité de nos armes doit être un souci constant pour nous chasseurs, le premier impératif doit être celui de la sécurité aussi nous vous rappelons que selon l’article R314-4 du Code de la Sécurité Intérieure, les personnes physiques ou morales détentrices d’armes à feu de catégorie C, et de leurs éléments, doivent les conserver :
-Soit dans des coffres ou armoires fortes adaptés au type et au nombre de matériels détenus ;
-Soit par démontage d’un élément de l’arme la rendant immédiatement inutilisable, lequel est conservé à part ;
-Soit par tout autre dispositif empêchant l’enlèvement de l’arme.

Résidus de poudre, excès de lubrification, humidité et variation de température : les quatre menaces dont il faut se prémunir
 -
La conservation dans le temps de nos fusils et carabines peut être compromise par quatre facteurs principaux: la présence de résidus de poudre des munitions tirées qui peut engendrer la corrosion, l’humidité éventuelle qui elle aussi peut engendrer une corrosion des parties métalliques et une altération des bois, et enfin les variations trop importantes de température qui elle aussi peuvent opérer des dégâts sur les bois de l’arme. De plus un excès de lubrification peut occasionner avec le temps un gonflement et un affaiblissement des bois qui peuvent alors devenir facilement cassants.
 - Aussi, avant de remiser vos armes, il convient de nettoyer toutes les parties métalliques (externes et internes) et la canonnerie avec soins afin d’en débarrasser toutes traces de poudre consumée et d’humidité puis de les huiler légèrement avec un huile minérale de bonne qualité et adapté aux armes (type Armistol), soit en spray, soit par application avec un chiffon sec. Les bois seront eux à nettoyer avec un chiffon doux puis devront être traités avec une huile végétale (type huile de lin) .
 - Le lieu de stockage revêt lui aussi une importance cruciale. Que ce soit en armoire ou coffre-fort ou sur râtelier, ceux-ci doivent se situer dans une pièce tempérée et dépourvue de source d’humidité. De plus, il convient d’éviter les pièces avec de fortes variations de températures qui peuvent être source d’altération des bois. En aucun cas, les armes ne doivent être stockées dans des housses de transport ou entourées de chiffons pour éviter toute condensation.

Le cas particulier des munitions
 -
Comme pour les armes, les munitions de Catégorie C doivent être, toujours selon l’article R314-4 du Code de la Sécurité Intérieure, conservées séparément des armes et et doivent être enfermées sous clés. Pour préserver leurs qualités et leurs performances lors des tirs, elle doivent elle aussi être stockées à l’abri de l’humidité, hors de touts porte cartouches ou cartouchières et elles aussi dans un endroit dépourvu d’humidité et à l’abri de fortes variations de température. Les munitions modernes, dont la poudre est moins concentrée en stabilisant qu’il à 30 ou 40 ans supportent encore moins les forts écarts de température qui peuvent altérer leur efficacité.

Par Frédéric Buszkowski
Pour chassons.com



Le monde de la chasse aux chiens courants est en ébullition ce week-end alors que les passionnés se préparent pour une compétition de haut niveau : la coupe de France sur chevreuil. Organisée par le club du Porcelaine, cette compétition attire les équipages les plus talentueux de tout le pays pour une confrontation passionnante.

La compétition va se dérouler dans le Tarn-et-Garonne.

 - Cette année, la compétition se déroulera dans le Tarn-et-Garonne à Comberouger, offrant aux participants un environnement naturel idéal pour la chasse au chevreuil. Si le point de rassemblement pour les compétiteurs se trouvera à Comberouger, les départs de chasse ont été scindés en deux sur les territoires de Lavit-de-Lomagne et Beaumont-de-Lomagne.
 - La coupe de France va s’étaler sur trois jours ou les races en lice pourront concourir :

Le vendredi 23 février 2024 :

Le samedi 24 février 2024 :

Le dimanche 25 février 2024 :

Objectif : valoriser les races de chiens courants.

 - Les équipages ont été sélectionnés au préalable à travers leurs participations aux différents brevets de chasse concernant chacune des races inscrites à la compétition. Chaque chien a reçu une note individuelle et la somme de toutes les notes de la meute a permis de sortir un classement leur permettant ou non de concourir.
 - En plus de l’aspect compétitif de l’événement, la Coupe de France sur le chevreuil offre également une occasion aux chasseurs de se réunir entre passionnés de chiens de chasse pour échanger et faire vivre les différents clubs représentés.
 - L’intégralité des notes accordées par les juges ne concernent que les capacités des chiens sur la voie mais aussi celles du conducteur de la meute à tenir son rôle.
 - La compétition est également uniquement tournée sur le travail des chiens car les capacités des chasseurs à effectuer des prélèvements n’entrent pas en compte dans cette compétition.
 - C’est donc une formidable opportunité pour les passionnés de chiens courants mais aussi pour les familles qui voudraient découvrir le travail des chiens de se rendre sur place pour profiter d’un spectacle cynégétique fabuleux.
 - Alors que les préparatifs finaux sont en cours et que l’excitation monte, les participants et les spectateurs attendent de pied ferme ce rassemblement qui verra se dérouler un week-end de compétition acharnée, mais aussi de camaraderie et de passion pour la chasse du chevreuil.


 


 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse

 


Chasseur.com
Traqueur-chasse.fr
chasseur-et-compagnie.com