* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter


 

ACTUALITÉS  DU MERCREDI
 
 
Mercredi 3 août 2022
 

Un naturaliste écologiste condamné pour diffamation

 

Le fondateur de la FRAPNA, Jean-François Noblet, avait accusé le conseil départemental de l’Isère d’avoir fait voter au printemps 2021 une délibération pour créer une association de chasse chargée d’intervenir sur une partie des Hauts Plateaux du Vercors, n’hésitant pas à parler de « chasses présidentielles ».

En octobre 2021, Jean-François Noblet dénonçait, dans une chronique sur les ondes de France Bleu Isère, l’autorisation de la chasse aux cerfs sur une parcelle de la réserve naturelle des Plateaux du Haut-Vercors. Une autorisation décidée par le Département, propriétaire de la parcelle en question. Et Jean-François Noblet de suspecter la mise en place d’une « chasse présidentielle accessible à des invités ».
 - D’ailleurs il accuse aussi ouvertement de favoritisme le président du conseil départemental, Jean-Pierre Barbier, et son vice président, Fabien Mulyk, tous deux chasseurs, de vouloir se faire leur petite chasse à eux !!!
 - Ce à quoi le département répond que l’ouverture de la chasse aux cerfs relève d’une obligation, voulue par le plan de régulation de la population de cerfs. Quant aux statuts de l’association, ceux-ci sont « similaires à ceux de n’importe quelle association de chasse ou de pêche portée par une collectivité », répond le Département. En considérant l’évocation de « chasses présidentielles » comme une remise en cause de la probité des élus visés.
 - Les deux élus ont donc porté plainte pour diffamation et le tribunal correctionnel de Grenoble leur a donné raison en condamnant le militant écologiste à 2 000 euros d’amende avec sursis, plus une condamnation à verser 2 000 euros à chacun des élus mis en cause, ainsi qu’un euro de dommages et intérêts. Enfin, le tribunal demande aux journaux qui avaient relayé l’affaire ( Le Dauphiné Libéré, Le Parisien et Le Canard Enchaîné) de publier le jugement dans leurs colonnes.
 - L’avocat des élus a expliqué dans un communiqué : «  La justice vient de passer en condamnant l’insinuation et le mensonge. Nous sommes satisfaits de cette décision. Qui vient rappeler qu’au nom de la liberté d’expression, on ne peut pas tout dire, ni tout faire impunément. Il y a des bornes à ne pas franchir ».

Le militant écologiste, lui, envisage de faire appel.

Par :
Publié par : lechasseurfrancais.com

L’ACCA à La Teste de Buch

décide de ne pas chasser le chevreuil cette saison

 
 

Les chasseurs de la Teste de Buch n’ont pas eu besoin de pétition de défenseurs des animaux pour prendre une sage décision, basée non pas sur une idéologie verte, mais sur un simple constat après les incendies catastrophiques que la forêt à subit des dernières semaines.

 - Dans la forêt de La-Teste-de-Buch, les chasseurs estiment qu’entre 140 et 180 chevreuils ont péri dans les flammes, soit 30 à 40% de la population. Une estimation qui correspond à l’équivalent d’une saison de plan de chasse dans ce secteur.
 - Alors avec beaucoup de sagesse, l’ACCA a décidé de geler la chasse sur ce territoire ravagé par les flammes « jusqu’en juin 2023 » pour le chevreuil, le renard et le sanglier.
 - Son président Frédéric Mora a expliqué à Actu.fr  : « J’estime qu’il y a beaucoup trop de pertes. L’intégralité des petits chevreuils qui sont nés il y a un mois et demi dans la zone a été décimée, c’est catastrophique. Quand il y a eu le feu, les femelles sont parties et les petits sont restés derrière … Il y a environ 3 000 ou 4 000 hectares de forêt qui n’ont pas été impactés par l’incendie et les animaux s’y regroupent. Si on y va, ce ne sera plus de la chasse, ce serait du ball-trap … On ne peut pas les chasser comme ça, il faut les laisser tranquilles. ».
 - Concernant le sanglier, le gel n’est pas total, le président laisse la porte ouvertes à certaines opérations qui pourraient être nécessaires pour « des battues communales s’il y a des plaintes pour dégâts près des habitations ».
 - France3 Régions   précise même que la fédération départementale des chasseurs de Gironde a par ailleurs annoncé aux membres de l’ACCA que les frais de cotisations fédéraux seront offerts lors du renouvellement des permis.
 - Enfin les 800 chasseurs de l’ACCA ont été invités à aller chasser sur d’autres zones par des chasseurs de Gironde et des Landes « à moindre coût ».

Par :
Publié par : lechasseurfrancais.com

 

Un bouquetin retrouvé mort dans les Aravis

relance la polémique de la brucellose

 
 
 

La découverte d’un cadavre de bouquetin positif à la brucellose dans le massif des Aravis relance le débat sur la gestion des bouquetins du massif voisin, celui des Bauges, et laisse les éleveurs inquiets.

 - Certains le craignaient, que l’épidémie de brucellose présente depuis plusieurs années dans le massif des Bauges s’étende à un autre massif. D’ailleurs le massif des Aravis était sous surveillance justement à cause de sa proximité avec celui des Bauges. Pour l’instant rien n’est encore confirmé sur la provenance de la maladie et des analyses complémentaires sont en cours pour savoir si la souche de brucellose des Aravis est la même que celle du Bargy.
 - Néanmoins les préfectures de Savoie et haute Savoie ont immédiatement pris des mesures afin de renforcer la surveillance des troupeaux qui sont en estive actuellement : dépistage annuel entre le 1er mars et le 15 mai des cheptels qui ont estivé, complété par un contrôle sanitaire du retour d’estive et des ventes d’animaux, retrait de tout ce qui peut attirer les bouquetins (pierre à sels, complément d’aliment en continu), distribution de l’aliment en milieu de pâture à distance des clôtures, vigilance accrue sur les zones de pâturage précoce en période de mise bas des femelles de bouquetins….
 - L’ONF de son côté va renforcer la surveillance de la population de bouquetins des Aravis pour détecter d’éventuels signes cliniques sur les bêtes.
 - Du côté du Massif des Bauges, la consultation publique concernant le nouvel arrêté d’abattage de bouquetin est terminée ( voir notre article ), mais le résultat n’est pas encore connu.

Par :

Publié par : lechasseurfrancais.com



 

Cormoran :

le coup de gueule des pêcheurs de l’Oise

 
 

Source : chassons.com

Les représentants de la Fédération de Pêche de l’Oise sont très remontés et on peut les comprendre. Le cormoran est visiblement plus important que la faune aquatique…

 - « Après des arrêtés sécheresse totalement indécents (vides!), voilà qu’avec stupeur nous prenons connaissance de la consultation publique sur la régulation du grand cormoran ! Ne soyez pas dupes du titre, cet arrêté ne prévoit que des tirs pour les piscicultures et plus rien pour pouvoir éloigner les oiseaux de tous nos étangs et rivières ! S’il fallait encore une preuve de la prédominance et du lobbying des associations ornithologiques dans la protection de la nature, une nouvelle preuve en est. Peu importe l’étiolement du reste de la biodiversité du moment qu’ils ont leurs piafs !
 - Comme pour le projet canal Seine Nord Europe, peu importe que cela soit majoritairement des milieux aquatiques qui soient flingués, les poissons apparaissent à peine dans les compensations environnementales prévoyant même le comblement de dizaines d’hectares de plan d’eau pour créer des zones de refuges pour les zozios, le rallongement de siphons à proximité des confluences des affluents de l’Oise, l’accès à des pseudos frayères à brochet par des…buses de 80cm et que dire des pêches de sauvegarde des poissons de ces zones qui n’avaient même pas été prévues initialement et dans lesquelles le destin de ces mêmes poissons n’est pas encore connu !
 - Bref l’État sous la pression de ces mêmes associations empêche toute régulation d’un oiseau qui n’est plus en situation préoccupante, dont le suivi des populations a prouvé le non impact des précédentes campagnes de tirs, et ce malgré nos rapports annuels démontrant la quasi inefficacité des méthodes d’effarouchement et qui n’ont pas d’impact sur le reste de l’avifaune…et alors même que d’autres pays ré-autorisent le tir !
 - Quel avenir pour les poissons, dont certaines espèces sont elles déjà menacée par la fragilisation des milieux et dont on sait qu’elles sont prédatées par le cormoran (brochet)? 
 
- Lors d’une publication précédente, qui faisait écho à un article du Parisien (vu le nom du « canard » il ne faut pas s’étonner) où la parole avait été largement donnée à un représentant de la LPO alors que cet article avait été initié pour soulever nos inquiétudes, nous avions sollicité cette même association pour savoir si elle participerait au financement des dispositifs d’effarouchement, ces derniers ayant été largement et grassement subventionnés par le gouvernement précédent ! Curieusement aucune réponse.
 - J’invite donc les services de l’Etat et au Ministère Écologie Énergie Territoires à assumer leurs prises de positions dogmatiques et à demander aux diverses associations une participation financière aux équipements.
Nous trouvons dommageable de devoir tendre des câbles sur des étangs empêchant tout autre oiseau d’accéder à ces plans d’eau mais ils devront assumer leurs positions !

 - Chers poissons, nous vous envoyons vœux de courage et compassion ! Loin des yeux, loin du cœur!
La fédération de pêche de L’Oise

Par Baudouin de Saint Leger
Par : chassons.com
 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse