* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter



ACTUALITÉS  DU SAMEDI


 

Samedi 23 septembre 2023

 
Un bouquetin avec des crampons d’alpiniste
dans la gueule
 
 

L’image fait le tour des réseaux sociaux et des médias : des randonneurs ont filmé un bouquetin avec des crampons d’alpiniste coincé dans la gueule. Comment cela a-t-il pu arriver ?

 - Certains usagers de la nature prennent vraiment cette dernière pour une poubelle. La faune sauvage a déjà fort à faire avec les barbelés, et clôtures électriques abandonnées ( voir notre article sur les chasseurs de haute Savoie qui nettoient justement les alpages de ces détritus agricole qui tuent de nombreux animaux ), et les déchets en tous genres, voilà maintenant qu’elle doit composer avec du matériel d’alpinisme.
 - Samedi un couple de randonneurs a filmé un bouquetin qui avait un crampon métallique coincé dans sa mâchoire de l’animal. Ils en ont aussitôt parlé au refuge le plus proche, et ont contacté des associations de protection des animaux. L’OFB s’est rendu sur les lieux mardi avec des sapeurs-pompiers pour essayer de capturer l’animal, mais n’a pas réussit l’opération en raison d’un accès compliqué. La préfecture explique que l’animal semblait néanmoins en bonne santé, et qu’une seconde opération sera tentée en début de semaine prochaine.

 

Par Isabelle Leca
Pour lechasseurfrancais.com


Le chien à l’honneur dans toute la France en octobre,
la vénerie sera au rendez vous :
où les rencontrer ? ( 2ere partie)

Du samedi 30 septembre au dimanche 8 octobre, la Société Centrale Canine lance la première « Semaine Nationale du Chien » en organisant des évènements afin de mettre en avant le rôle bénéfique du chien dans la société.  La vènerie et ses 30 000 chiens participent activement à cette initiative. Voilà déjà les 6 autres équipages qui participent à cette opération.

Toutes les infos pour se rendez aux rendez à ce lien : https://semaineduchien.fr/

Le Rallye Brotonne ( 27350 Hauville ) ouvrira ses portes le dimanche 1er octobreAu cours de cette journée « portes ouvertes », vous pourrez découvrir les installations du chenil de l’Equipage Rallye Hauville Brotonne qui accueille 85 chiens français tricolores, un élevage de 12 chiots ainsi qu’une installation équestre pour 16 chevaux. Vous apercevrez le verger qui produit 800 litres de cidre bio avec la participation des enfants des écoles voisines dont la vente de jus de pommes est à leur profit. Vous apercevrez une salle d’accueil pour groupe permettant de découvrir le tradition de la Vènerie et l’élevage des chiens.
 - 
L’ensemble constituant un formidable projet social et culturel dans lequel tradition, découverte, dégustation et amour des chiens sont les fondamentaux de l’équipage. Activités et animations au programme : soupe des chiens (à 11h), visite des installations, présentation des chiots, partage d’un verre de cidre (fabriqué sur place) au Chenil

Le Rallye Vouzeron ( 18330 Vouzeron ) propose de découvrir le dimanche 1er octobre un des chenils de chasse à courre parmi les plus anciens de France (bâtiment classé au patrimoine culturel) où se trouve le chenil du Rallye Vouzeron comportant une meute d’environ 120 chiens.

Dans le cadre de cette journée « portes ouvertes », nous vous proposons de découvrir la meute et l’élevage de l’année, et d’écouter le piqueux qui vous fera découvrir les soins et l’organisation de la vie d’un tel chenil. Les visiteurs auront la possibilité de découvrir la vie du chenil entre 10h et 12h. Vous assisterez également à 10h30 à la soupe des chiens. Le maître d’équipage fera ensuite une présentation de l’équipage qui chasse le cerf depuis près de 150 ans et le choix de la race que l’équipage a choisi : les poitevins. Des trompes de chasse clôtureront cette matinée autour d’un verre de l’amitié.

Équipage Vautrait de Banassat ( 03360 Braize organise le samedi 7 octobre, à partir de 14h00 et jusqu’à 17h30, une journée « Portes ouvertes » dédiée aux chiens de vènerie. A cette occasion, le chenil et les écuries du Vautrait de Bassanat ouvriront exceptionnellement leurs portes au public. Les activités de la journée seront les suivantes : présentation de la meute du Vautrait et démonstration de notre méthode d’élevage. 

Le Vautrait Tiens Bon Picard 60350 Autrêches ) propose le dimanche 8 octobre une journée « portes ouvertes » dédiée aux chiens de vènerie de 14h à 17h.  A cette occasion il sera organisé une promenade avec une vingtaine de chiens, une présentation du travail de la meute dans la Grande cour et une visite du chenil. Pour clôturer cette journée, quelques sonneurs sonneront diverses fanfares.

Le Vautrait Tad Koz ( 35530 Servon-sur-Vilaine ) organise le samedi 7 octobre, à partir de 10h et jusqu’à 13h, une journée « Portes ouvertes » dédiée aux chiens de vènerie. À cette occasion, le Vautrait Tad Koz qui chasse le sanglier et un équipage qui chasse le lapin seront présents pour répondre à vos questions. Il est prévu que chaque maître d’équipage présente la race de ses chiens à travers deux sujets : son plus beau chien pour expliquer le standard et spécificités physiques de la race qu’il a choisie et son meilleur chien pour expliquer les qualités recherchées à la chasse. Mais aussi découverte des chiots de l’année, balade à poney, trompe de chasse.

Le Rallye Ardillières à Menaout ( 40 170 Mèzos) propose le dimanche 8 octobre, à partir de 14h30 et jusqu’à 17h, une journée « Portes ouvertes » dédiée aux chiens de vènerie. A cette occasion, les 12 équipages de chasse à courre qui chassent dans les Landes le cerf, le sanglier, le chevreuil, le renard, le lièvre ou le lapin seront présents pour répondre à vos questions. Il est prévu que chaque maître d’équipage présente la race de ses chiens à travers deux sujets : son plus beau chien pour expliquer le standard et spécificités physiques de la race qu’il a choisi et son meilleur chien pour expliquer les qualités recherchées à la chasse. A l’issue de ces présentations, les trompes feront un petit récital et une visite du chenil sera proposée.

Par Isabelle LECA
Pour lechasseurfrancais.com



 

Certains médias se rendent compte que la chasse
 attire de plus en plus de jeunes

Source : chassons.com
Nous entendons ou lisons tous la logorrhée verbale et auto persuasive que déversent certains de nos détracteurs et qui est relayée par la plupart des médias mainstream: « La chasse, gnagna, pratique moyenâgeuse, gnagna, de moins en moins de chasseurs, gnagna, un truc de vieux et d’alcooliques, gnagna, ils vont bientôt disparaitre« . Et bien, il semble que pour une fois, un média reconnu de tous ait essayer de se pencher sérieusement sur la situation de l’image de notre passion auprès d’une partie de la jeunesse et n’ait pu que reconnaitre que la chasse séduit de plus en plus ces jeunes.

 - En effet, hier, France Bleu Normandie, sous la plume de notre jeune confrère Léni Flouvat, a publié un article dans lequel le média régional pointe du doigt l’attrait de plus en plus évident de la chasse pour une partie de la jeunesse dans les départements de l’Orne et du Calvados. Ainsi, le journaliste a notamment interrogé plusieurs jeunes nemrods qui ont bien voulu expliciter les raisons de leur passion pour la chose cynégétique.
 - Ainsi, Cassandre, 21 ans et étudiante en Licence Pro Environnement à Caen, a expliqué : « J’ai toujours baigné dans le monde de la chasse. Je suivais ma famille dans les battues. C’est une tradition, c’est un mode de vie. Moi, dans mon groupe, il y a beaucoup de jeunes. Il y a aussi quelques personnes plus âgées, des amis de la famille et je suis la seule fille. La chasse, c’est quelque chose qui est très important pour moi et que j’ai envie de poursuivre 
»  
 - 
A l’opposé de cette jeune femme, issue d’une famille de chasseurs, le média régional a aussi donné la parole à Thibault, 19 ans, au départ totalement étranger à l’univers de la chasse : « J’ai passé mon permis de chasse cette année. C’est une passion depuis que je suis tout petit. Mon entourage a été ouvert et l’a bien pris. Ils comprennent ma passion pour la chasse. Moi, ce que j’aime, c’est découvrir des paysages, être dans la nature, voir des animaux sans forcément les tirer. Et puis, j’ai pris un permis national pour pouvoir voyager pour la chasse 
» 
 - Pour finir son article, le journaliste de France Bleu, a aussi pointé du doigt l’engouement suscité par la chasse auprès des jeunes sur les réseaux sociaux, où nombre de photos de trophées ou simplement d’animaux sont quotidiennement postées et où les vidéos de scènes de chasse vécues et filmées par ces jeunes nemrods pullulent. Un coup de chapeau donc à France Bleu Normandie pour ne pas avoir eu peur de braver la pensée unique et avoir relaté la réalité d’un univers cynégétique qui se rajeunit et se féminise, ouvrant en cela des perceptives réjouissantes pour le futur de notre passion.

Par 
Par Frédéric Buszkowski
Pour chassons.com

Les premiers cas de Maladie Hémorragique Épizootique
en France détectés dans le Sud-Ouest

 
 
 Source : chassepassion.net
Le ministère de l’Agriculture a annoncé dans un communiqué publié le 21 septembre qu’un nouveau virus qui touche les cervidés et les bovins a été détecté sur le territoire français. Le virus de la Maladie Hémorragique Epizootique (MHE) est arrivé en Europe à la fin de l’année dernière et plusieurs cas avaient été remontés en Espagne et en Italie depuis quelques mois.

Les premiers cas en France confirmés dans le Sud-Ouest.
 - L’ANSES a récemment confirmé la présence de la MHE dans trois élevages bovins situés dans le département des Hautes-Pyrénées et dans les Pyrénées-Atlantiques. Jusqu’ici, la France était encore restée indemne de la maladie sur son territoire mais la vitesse de propagation du virus aura finalement eu raison des frontières.
 - Les autorités vont donc instaurer des mesures de surveillance sanitaires visant à suivre le développement de la maladie sur le territoire, ce qui risque bien d’alourdir encore davantage les règlementations qui pèsent sur les éleveurs.
 - La zone géographique concernée va bien au delà des deux départements dans lesquels les foyers de MHE ont été découverts car la règlementation interdit l’envoi vers d’autres pays membres de l’UE de tout ruminant en provenance d’élevages situés dans un rayon de 150 kilomètres autour des élevages contaminés.
 - Comme l’indique le ministère de l’agriculture, ce sont donc de nombreux départements qui sont concernés par la mesure :
« Suite à l’identification des trois foyers présents dans les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées, l’arrêt des mouvements vers des Etats de l’Union européenne concerne à ce jour tout ou partie de plusieurs départements (les départements 64, 65, 40, 32, 31, et 09 sont concernés en totalité, les départements 40, 33, 47, 82, 81, 11 et 66 le sont pour partie). »

Un virus qui touche aussi la faune sauvage.
 - L’inquiétude ne se porte pas que sur les élevages de ruminants car la faune sauvage est également concernée par la MHE. Les cervidés peuvent eux aussi être porteurs de la maladie et il est à peu près certain que les chasseurs vont être appelés à jouer les sentinelles une fois de plus.
 - La Maladie Hémorragique Épizootique n’est pas transmissible à l’homme. Il s’agit d’une maladie virale qui touche donc les ruminants, essentiellement les cervidés et les bovins, mais peut aussi toucher d’autres espèces.
 - Les différents symptômes de la maladie sont les suivants : difficultés respiratoires, amaigrissement, fièvre et présence de lésions buccales.
 - Le virus est transmis par les piqûres d’insectes hématophages de genre Culicoides, responsables également de la transmission de la fièvre catarrhale aussi appelée « maladie de la langue bleue ». Ces insectes en provenance d’Afrique du Nord seraient arrivés en Europe, poussés par les vents à travers la mer Méditerranée.
 - Dans les pays les plus touchés comme en Espagne, les cervidés sauvages sont déjà fortement impactés par la maladie et une vidéo avait fait son apparition sur les réseaux sociaux de ce qui serait un charnier ou s’entassent les carcasses de cervidés contaminés par la MHE. Le ministère de l’Agriculture affirme pourtant que la maladie ne génère qu’une très faible mortalité.
 - Étonnamment, si les chasseurs s’inquiètent de la progression de la maladie depuis déjà quelques mois, les grands médias se saisissent tout juste du sujet sans parler des associations « écologistes » qui n’ont pas ou peu communiqué sur l’affaire.

Par Nicolas Liégeois
Pour chassepassion.net

 

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse

 


Chasseur.com
Traqueur-chasse.fr
chasseur-et-compagnie.com