* Michel BLANC : - 06 62 61 65 91 - regine.blanc-michel@orange.fr *

Je reste à votre disposition pour toutes questions, conseils ou informations.
Retour%20AccueilN'hésitez pas à me contacter


Willy Schraen, patron des chasseurs

SON ADORABLE DÉDICACE


Lundi 21 février 2022

Décès tragique d’une randonneuse lors d’une battue :

la réaction de Willy Schraen

 
 

Source : chassons.com
Une randonneuse de 25 ans est décédée samedi 19 février à Cassaniouze (Cantal) au cours d’une battue aux sangliers, Alors même que les accidents de chasse sont en baisse depuis plusieurs années, un tel drame dans le contexte sénatoriale et présidentielle que nous connaissons est une véritable catastrophe. Notre revue adresse nos plus sincères condoléances à la famille de la victime. Voici le message que Willy Schraen a souhaité adresser à chaud aux organisateurs de chasse français.
 
Chers amis chasseurs,
C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris en fin d’après-midi le décès d’une randonneuse de 25 ans par un tir accidentel dans le département du Cantal. Le tir aurait été effectué par une jeune chasseresse Cantalienne lors d’une battue au grand gibier sur la commune de Cassaniouze. Je tiens à présenter à la famille de cette jeune femme et à ses proches mes plus sincères condoléances.
Pour l’instant, je n’ai pas totalement connaissance de l’ensemble des circonstances qui ont pu amener à un tel drame. L'accident s’est produit sur un petit sentier pédestre dans le sous bois. Les panneaux de battue auraient été correctement posés.
L’enquête en cours déterminera de toute façon les responsabilités. Mais devant la gravité d’un tel accident, je souhaite vous communiquer certaines réflexions qui s’imposent à nous.
En premier lieu, les services de la FNC sont en train de contacter toutes les fédérations de Chasseurs, pour qu’il soit rappelé à chaque organisateur de battue l’ensemble des règles de sécurité propre à toute pratique de chasse. Dans les heures qui viennent, je demanderai au Président de l’Alliance des Sports et loisirs de nature de réunir dès le début de la semaine prochaine l’ensemble des fédérations de Nature pour rappeler les dispositifs de sécurité sur lesquelles nous travaillons ensemble depuis plus de deux ans.
Pour finir, je lance un appel pour que chaque chasseur de France prenne bien sûr toute la mesure du drame qui vient de se produire. Sans attendre les résultats de l’enquête, je veux vous dire que Rien ne peut justifier, même de façon accidentelle, la mort d’une personne. Je vous rappelle que nous utilisons des armes létales, et que chacun dans son utilisation doit être irréprochable. Je compte sur chacun d’entre vous pour redoubler de prudence. Ne pas tirer dans une situation où le moindre doute ou le moindre risque persistent, doit être l’unique conduite à tenir lors d’une action de chasse. Enfin, je vous demande d’exclure de vos chasses toute personne qui n’aurait pas une conduite sécuritaire parfaite lors de la pratique de notre passion. Il en va de notre avenir collectif.
Willy Schraen, Président FNC


Publié par : chassons.com


Samedi 19 février 2022
 

Willy Schraen, invité de Sud Radio,
prévoit un grand oral des candidats à la présidentielle

Willy Schraen, le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs, était ce matin l’invité de Sud Radio pour revenir sur le rôle que joue la chasse et qu’elle doit encore jouer dans les années à venir ainsi que la position des chasseurs face aux candidats à l’élection présidentielle.
 

 - Lors de cet entretien, le patron des nemrods Français est revenu sur les dysfonctionnements existants dans la gestion de la biodiversité Française qui est morcelée entre plusieurs ministères.
 - Rappelons que l’une des demandes formulées par la FNC lors des manifestations de septembre dernier était la création d’un grand Ministère de la Ruralité, qui sera très certainement au programme des négociations avec les candidats à la présidentielle.
 - Interrogé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger, Willy Schraen a aussi affirmé qu’il était nécessaire que tous les candidats soient reçus par les chasseurs pour une sorte de « grand oral » d’ici la fin du mois de mars. Tous les candidats à l’exception de Yannick Jadot, car pour Willy Schraen, cela n’aurait « aucun intérêt ».

Par : Nico Amberian
Publié par : chassepassion

Jeudi 3 février 2022
 

Annonce choc :
Willy Schraen annonce déposer 3 pétitions au Sénat

 

Auditionné hier soir par le Sénat dans le cadre de la Commission Sénatoriale sur la mission de sécurisation à la chasse, Willy Schraen est apparu remonté.

 - Accompagné du Directeur de la FNC, Nicolas Rivet et de Thierry Coste, le Président de la FNC ne pouvait cacher son mécontentent au sujet de cette mission menée suite à une pétition du site « 1 jour, 1 chasseur ».
 -
Néanmoins, Willy Schraen a tenu à réaffirmer au Sénat toute la détermination qu’est la sienne, et celle des chasseurs de France, à faire évoluer chaque jour la sécurité à la chasse, tout en expliquant, chiffres à l’appui que la chasse était pointée du doigt comme une activité très accidentogène alors que d’autres sports et/ou loisirs bénéficient de beaucoup plus de clémence de la part de l’opinion publique.
 - En fin de commission, Willy Schraen a voulu également conclure en informant la Présidente de la commission qu’à son tour il déposera plusieurs pétitions en ligne afin qu’une commission voit le jour concernant les harcèlements perpétuels que subissent les chasseurs sur les réseaux et sur le terrain. Réponse du berger à la bergère, bravo Président !

 
 
Publié par : chassepassion.net

Mardi 1 février 2022

Willy Schraen :
« Arrivera un moment où on ne pourra plus financièrement »

 
Les indemnisations des dégâts liés au sanglier serrent le cou des Fédérations de chasseurs. En Centre-Val de Loire, où Willy Schraen, président de la FNC était en déplacement cette semaine, on a payé 1,6 million d’euros, rien que pour 2020. Pour le chasseur du Nord, « on est proche de la rupture ». L’exemple pris à Orléans démontre une réalité nationale. L’étau se resserre autour des finances des Fédérations, qui doivent toujours payer plus, tout en ayant moins de chasseurs.

 - « La loi sur laquelle repose ce système date de 1968, à une époque où on tuait 80.000 sangliers par an en France ; aujourd’hui, on prélève million de sangliers par an, la prolifération est considérable. Parallèlement, le nombre de chasseurs a diminué, il y a de plus en plus de grandes parcelles agricoles où il est, de toute façon, très difficile d’intervenir pour déloger les animaux et les zones de non-chasse se développent. La situation devient inextricable », déplore Willy Schraen.
 -
Alors, il est dit sans le dire que de nombreuses Fédérations rencontrent des problèmes financiers. « Ici on puise dans les réserves, ailleurs on emprunte… Ce ne sera pas tenable indéfiniment. » Quelle solution pour sauver les Fédérations ? Le Président des chasseurs appelle à réformer la loi, qui n’est de toute façon plus au goût du jour. « Je vais prendre un exemple concret : vous avez un territoire que vous ne voulez pas mettre à la chasse – et ça se respecte, jamais nous ne demanderons d’aller chasser dans un espace public ou privé si on ne nous y invite pas à le faire. »
 - « Mais il faut bien comprendre que si vous avez un morceau de forêt de 50 ou 150 hectares qu’on retire de la chasse, il va y avoir des populations d’animaux qui vont y vivre et qui sortiront la nuit provoquer des dégâts sur les cultures agricoles. Il y a un moment où il faudra bien responsabiliser financièrement les gens de ces territoires non chassés », conclut le président des chasseurs.

Publié par : chassons.com


Samedi 29 janvier 2022
 

Indemnisation des dégâts des sangliers :
"On est proche de la rupture"
selon le président des chasseurs

De passage à Orléans, Willy Schraen, le président de la fédération nationale des chasseurs, estime qu'une réforme est indispensable dans le système d'indemnisation des dégâts agricoles causés par le grand gibier. En 2020, la fédération des chasseurs du Loiret a ainsi dû verser 1,6 million d'euros.

 - Willy Schraen, le président de la fédération nationale des chasseurs était à Orléans ce jeudi : il a rencontré les responsables des fédérations départementales des chasseurs en Centre-Val de Loire. Autour de deux préoccupations majeures : l'indemnisation des dégâts agricoles provoqués par le grand gibier et le problème de l'engrillagement de la Sologne. Entretien avec Willy Schraen.

Jeudi dernier, le Conseil constitutionnel qu'avait saisi la Fédération nationale des chasseurs a confirmé le système actuel d'indemnisation des dégâts agricoles causés par le grand gibier (cerf, chevreuil et surtout sanglier) : vous estimez pourtant qu'on est arrivé au bout de ce système...

 - C'est l'évidence. Prenez l'exemple de la fédération départementale des chasseurs dans le Loiret : en 2020, elle a versé 1,6 million d'euros pour ces dégâts agricoles, elle devrait avoisiner les deux millions d'euros pour 2021 ! Et la tendance est la même partout. La loi sur laquelle repose ce système date de 1968, à une époque où on tuait 80.000 sangliers par an en France ; aujourd'hui, on abat 1 million de sangliers par an, la prolifération est considérable. Parallèlement, le nombre de chasseurs a diminué, il y a de plus en plus de grandes parcelles agricoles où il est, de toute façon, très difficile d'intervenir pour déloger les animaux et les zones de non-chasse se développent. La situation devient inextricable.

Certaines fédérations commencent à avoir des problèmes financiers ?

Oui, ici on puise dans les réserves, ailleurs on emprunte... Ce ne sera pas tenable indéfiniment. Rendez-vous compte que dans le Loire, les indemnisations progressent, alors qu'on a réussi à réduire de 20% la surface concernée par ces dégâts agricoles ! On veut bien continuer à être au service de l'intérêt général, mais là, on est proche de la rupture. Arrivera un moment où on ne pourra plus financièrement, tout simplement.

Vous en appelez donc à réformer la loi pour qu'il y ait d'autres contributeurs ?

On n'y échappera pas. Je vais prendre un exemple concret : vous avez un territoire que vous ne voulez pas mettre à la chasse - et ça se respecte, jamais nous ne demanderons d'aller chasser dans un espace public ou privé si on ne nous y invite pas à le faire. Mais il faut bien comprendre que si vous avez un morceau de forêt de 50 ou 150 hectares qu'on retire de la chasse, il va y avoir des populations d'animaux qui vont y vivre et qui sortiront la nuit provoquer des dégâts sur les cultures agricoles. Il y a un moment où il faudra bien responsabiliser financièrement les gens de ces territoires non chassés.

Autre sujet d'actualité, l'engrillagement de la Sologne. Là aussi, pourra-t-on échapper à une loi ?

Il y a même 2 propositions de loi qui ont été déposées, l'une par le député LREM du Cher François Cormier-Bouligeon, l'autre par le sénateur LR du Loiret Jean-Noël Cardoux... Moi j'habite le Pas-de-Calais, quand je vois ici en sortant de l'autoroute ces grillages qui s'alignent à côté d'autres grillages, pendant des dizaines de kilomètres, je suis bien conscient que c'est inadmissible. En revanche, je ne veux pas que cette loi sur l'engrillagement se transforme en une loi liberticide contre la chasse. Il faut trouver un juste équilibre, et on y sera très attentif
 
Par François Guéroult
Publié par : francebleu.fr


Willy Schraen présente ses vœux pour 2022 :
« Soyons convaincants, responsables et ouverts à la société »

 
Ces vœux sont les derniers du mandat que la chasse française a confié à Willy Schraen il y a presque 6 ans. Logiquement, il revient quelques instants sur cette période qui n’aura pas été toujours de tout repos pour la chasse et les chasseurs, comme pour lui-même.

 
Publié par : chasseurdefrance.com

 

Willy Schraen :
« l’écologie a probablement tué le parti socialiste »

 

Cela faisait quelque temps que n’avions plus vu Willy Schraen à son poste de chroniqueur dans les Grandes Gueules de RMC.

 - Ce matin, le président de la FNC est venu pour parler notamment de la situation sanitaire, mais il s’est également exprimé sur l’avenir du parti socialiste.
 - Si sa fonction ne le lui permet sans doute pas de stigmatiser le parti socialiste, il a clairement affirmé que ce sont les écologistes qui ont tué le parti, tombé on le rappelle aux alentours de 5% des intentions de votes aux prochaines élections.
 - « On voit quand même que la gauche de la gauche finira par tuer la gauche, et que l’écologie a probablement tué le partie socialiste » a t-il déclaré.
 - Pour Willy Schraen les partis écologistes ne partagent en vérité aucune conviction avec le PS, du moins ce qu’il en reste.

Partagez-vous son analyse ?

Publié par : chassepassion.net

Retour%20Accueil


Me%20contacter%20par%20mail


https://static.pecheur.com/responsive/chasseur/dist-img/logo/Logo-Chasseur.png

   




https://www.traqueur-chasse.fr/wp-content/uploads/2020/04/Logo-traqueur-small.jpg
Vêtement de chasse